Callshop Management System
Members
Latest News

Appels par code pin

(USA) 970-550-0044
(CAN) 438-600-0075

Zik Live Stream

  • Camer, Africa & World
  • Gospel Music
  • USA Hit, HIP HOP/RAP
  • Naija Style Music
  • Excusivite Camer
  • Folklore Hits
  • Top 100 USA
  • Cameroon & Afro Hit
  • Music flow. All style
  • Bikutsi Camer
  • Camer & Party songs
  • Africa Legends
  • New release Camer
  • Mix & Compil
Filme Porno

Cameroun, Livre Shanda Tonme: L'obsession du complot bamileke July 11, 2018

"Il doit être tenu pour vrai et pour logique, au-delà et par delà tout doute, réserve, hésitation, humilité, critique ou contestation, que c'est à chaque peuple, à chaque groupe humain, à chaque communauté
organisée et consciente, qu'il revient de préserver sa mémoire historique, et ce faisant, de savoir honorer et vénérer ses martyrs".

Une pensée de SHANDA TONME

Extraits du livre

En mémoire de nos inoubliables Martyrs

* Djengoue Kamga Collins

Ce jeune étudiant fut brûlé vif dans sa chambre à la cité universitaire de l’université de Yaoundé par la milice ethno-fasciste pro-régime qui sévissait dans le campus durant les années fortes de braise, sous le règne du Parlement estudiantin. La société camerounaise en quête de changement, était en ébullition (1991 – 1993).1 Son tort, il était Bamiléké.

* Christophe Silenou

Pionnier de l’indépendance du Cameroun dans le secteur de l’enfûtage du gaz domestique et semi-industriel, promoteur de la société de construction et de travaux métallique (SCTM). Le gouvernement de son propre pays, obéissant aux ordres des multinationales, fit tout pour lui compliquer la vie, mais il tint bon, résista de toutes ses forces et triompha. Son tort, il était Bamiléké.

* Lélé

Pionnier de l’indépendance du Cameroun dans le secteur de la banque à capitaux entièrement nationaux, et promoteur de la banque Unie du Cameroun (BUC). Le Gouvernement de son pays, très soucieux de protéger et de préserver la mainmise des établissements néocoloniaux français sur l’économie et sur la monnaie, le contraignit à fermer les portes malgré l’engouement des milieux d’affaires et le soutien populaire. Son tort, il était Bamiléké.

1 L’assassinat de cet étudiant plutôt timide qui n’était en rien mêlé aux mouvements estudiantins, choqua profondément le pays et accentua la fracture ethnique crée et entretenue par le régime dont les principaux dirigeants prônaient ouvertement la chasse aux Anglo-Bamis traités d’opposants. Comme on le verra dans le livre, nous n’étions pas loin d’un appel au génocide. Les obsèques furent organisées et supervisées de bout en bout par le LAAKAM et drainèrent une foule indéchiffrable. Le martyr fut mis en terre à Bana après une messe dite par Monseigneur Kuissi en la paroisse Saint Joseph attelée à la concession du Patriarche Joseph Kadji Defosso. Le premier Ministre Saidou Hayatou était personnellement présent à la tête d’une forte délégation. De nombreux dignitaires traditionnels étaient également présents. Lors de son homélie, Monseigneur Kuissi fut d’une violence jamais égalée à l’endroit des tenants du pouvoir, « ceux qui disait-il, se croient plus puissants que Dieu et se permettent tout ».

© Camer.be : La Rédaction


⇒ Via JetCamer.com
  • Leave a comment

    Leave a message...