Nom de domain Hebergement web téléphonie VoIP SMS

Le double champion du monde de boxe de passage au Cameroun,

Le double champion du monde de boxe de passage au Cameroun, son pays natal, à Douala est un inconnu total pour les autres, malgré ses prouesses dans le noble art et la reconnaissance mondiale de ses pairs.

Qui est Bika Sakio ?
Je suis Camerounais, et je crois que tout le monde le sait. Je suis né le 18 avril 1979 au Cameroun à Douala. J’ai grandi au quartier Yabassi. J’ai commencé la boxe étant très jeune à l’âge de 13 ans, une discipline sportive que j’adore.

De 13 ans à aujourd’hui 40 ans, il y a eu tellement de combats. Et comme ça fait mal de prendre des coups, il y’en a certainement que vous n’avez pas oubliés. Des défaites, mais les victoires surtout. Non ?
On n’oublie pas les victoires, surtout les plus éclatantes d’une carrière. Je suis deux fois champion du monde, mais cela n’a pas commencé par là. Je vais essayer de me rappeler tout ce que j’ai gagné sur mon parcours. Le portail des camerounais de Belgique. Champion provincial (à cette époque, le Cameroun était divisé en provinces, pas en régions), champion du Cameroun, champion d’Afrique Centrale, champion d’Afrique, champion du Contender (une compétition mondiale organisée par Sugar Rey Leonard et Sylvester Stallone), champion du monde à deux reprises, champion de la MBA aux Etats Unis, je suis un boxeur plus connu dans les grands pays de boxe, mais pas autant au Cameroun. En Angleterre, au Canada, aux USA, en Australie, au Mexique et même au Japon, je ne peux pas passer inaperçu comme dans mon pays le Cameroun.

Votre titre de champion d’Afrique est celui qui nous intéresse le plus. Comment l’êtes-vous devenu ?
J’ai gagné mon titre de champion d’Afrique en Egypte, et c’est à ce titre que j’ai été qualifié pour les Jeux Olympiques (JO) de Sydney en Australie. Le règlement prévoyait que deux boxeurs Africains de chaque catégorie devaient se qualifier pour les JO de Sydney 2000. Avant la finale, j’avais un boxeur d’Afrique du nord en face de moi. Il était comme à domicile. J’ai du mal à ne pas croire que c’était même un fils du pays. Il avait tout pour lui, les faveurs du public et des arbitres. Je me rappelle bien de ce qu’une journaliste Camerounaise est venue me dire. C’était Madeleine Soppi Kotto qui est venue me dire : « Sakio, tu peux, et je sais que tu le feras ». Des mots qui m’ont accompagné sur le ring pendant tout le combat. Nous étions 12 boxeurs, et j’étais l’espoir de mon pays. J’ai gagné ce combat aux points, et je savais déjà que j’avais mon ticket pour les JO de Sydney 2000. La finale face à un Guinéen n’était plus qu’un jeu pour moi, et j’ai remporté la médaille d’or.

Vous voilà à Sydney, aux JO de 2000. Vous perdez sur le ring, mais vous n’acceptez pas votre défaite. Pourquoi ?
Jusqu’aujourd’hui, je n’ai jamais accepté ma défaite du seul combat que j’ai livré aux JO. Les dirigeants Camerounais de l’époque ont protesté au travers d’une requête, mais rien n’y a fait. Aux JO les « petits pays » n’ont pas tellement de chances. Mais cette défaite-là ne m’a pas empêché de continuer dans ce que j’avais pensé, devenir un boxeur professionnel.

Vous décidez de prendre votre destin en mains, avec ce qu’on a qualifié de la fugue bénéfique. Vous pouvez comprendre ceux qui n’étaient pas d’accord avec votre fugue ?
Quand tu as déjà tout gagné derrière toi, tous ces titres depuis ta ville de naissance jusqu’à l’ensemble du continent, il ne te reste plus qu’à aller chercher mieux ailleurs. Les JO, c’est le plafond pour un amateur. Et malgré la rage de la défaite que l’arbitrage m’a collée alors que j’avais l’espoir d’une médaille olympique, il fallait partir. Aujourd’hui, je ne regrette pas, je suis deux fois, champion du monde.

Un promoteur décide de vous garder en Australie. C’est qui cet homme qui a cru en vous ?
Celui qui me garde en Australie est un ancien champion de boxe. Deux fois, champion du monde dans deux catégories différentes. Il s’appelle Jeff Nix. Il m’a dit qu’il a vu le potentiel, et m’a promis d’arriver là où je suis aujourd’hui. Cela n’a pas été facile. Au début, tu ne vas pas aller chercher le championnat du monde non plus. Tu commences avec les combats de quatre rounds, puis six, puis huit, dix et douze.

Il y a un combat intérieur en chaque boxeur, celui de garder sa catégorie. Depuis votre arrivée à Sydney il y a 19 ans avez-vous changé de catégorie ?
Pour être champion d’Afrique, j’étais dans les 72 kilos. Aujourd’hui, 19 ans plus tard, je suis le même. Les personnes qui ne connaissent pas la boxe et qui la regardent à distance peuvent se dire : c’est un sport brutal, pour les indisciplinés. C’est tout le contraire. Il faut une discipline d’enfer pour rester boxeur professionnel. J’ai tout gagné en Afrique dans les 72 kilos et quand je me suis installé en Australie, j’ai fait mes classes en professionnels dans cette même catégorie. Champion d’Australie des 72 kilos, j’ai défendu mon titre quatre fois dans la même catégorie, j’ai fait même un combat intercontinental dans les 72 kilos. Après, j’ai changé pour aller dans la catégorie des 76 kilos, et c’est là où j’ai été deux fois champion du monde.

De tous vos titres, il y a un qui a fait exploser tous les compteurs, c’est le titre de champion du monde de Contender en 2007. Pouvez-vous nous en parler ?
C’est une compétition de boxe en télé-réalité. Les organisateurs Sugar Ray Leonard et Sylvester Stallone sélectionnent les boxeurs dans le monde, plus de 200 boxeurs de poids moyens. Ils sont soumis à plusieurs tests d'évaluation : l’athlétisme spécifique à la boxe en mesurant la puissance de frappe, l'endurance et la vitesse, entre autres tests. A la fin de ces multiples tests, vous êtes 16 à loger dans un même appartement, avec des caméras qui filment chacun de vos gestes. Vous avez les mêmes entrainements, la même nourriture, les mêmes épreuves, et tout est diffusé à la télévision. Vous vivez en famille avec 15 autres boxeurs aussi puissants que vous, puis on va éliminer au fur et à mesure les uns et il y a deux finalistes. Lors de la finale, bien que ce soit en direct, toutes les grandes figures mondiales de la boxe encore vivantes sont invitées à venir assister. Si tu n’es pas fort psychologiquement, tu perds tes couilles. Pour moi, sortir du Cameroun et arriver déjà à être parmi les 16 derniers concurrents du Contender, c’était énorme. Mais je suis allé au-delà et j’ai remporté la victoire finale (il gagne l’Américain Jaidon Codrington et empoche 75000 dollars US, ndlr). Mon adversaire était le favori, et nous étions aux USA. Il fallait que je l’arrête avant la fin, sinon ce serait difficile de gagner aux points. Je l’ai stoppé au 8ème round par un KO.

On peut donc dire que depuis 2007, vous n’êtes plus un inconnu du noble art après cette victoire au Contender ?
Oui, parce que c’est une téléréalité, des combats très rudes qui passaient en direct dans le monde entier. C’est à partir de là que ma vrai carrière professionnelle a explosé.

Avec tout ceci, comment arrivez-vous à passer inaperçu au Cameroun ?
Le Cameroun est un pays de footballeurs, tout le monde le sait. Et je respecte les grands footballeurs Camerounais qui nous ont ouvert les portes de la gloire. J’ai un respect énorme pour l’ambassadeur Itinérant S.E. Albert Roger Milla, et pour des footballeurs comme Samuel Eto’o Fils, Gérémi Njitap et autres Patrick Mboma. Ces grands footballeurs là connaissent Mike Tyson, Sugar Ray Leonard, Royjohn Junior, tous ces grands noms de la boxe mondiale, mais ce sont ces grands champions que vous connaissez qui parlent de Sakio Bika en des termes de respect. Aux USA, quand on parle des grands boxeurs qui ont marqué leur époque, on parle de Sakio Bika. Ils ne sont pas nombreux, les boxeurs de ma catégorie qui peuvent demander à me challenger. Ils savent que Sakio Bika est une machine qui n’a jamais pris de KO. Il faut mouiller le maillot en face de moi. Il y aura peut-être un autre Africain ou un Camerounais qui viendra relever le défi, ce que je souhaite, mais j’ai placé la barre bien haute.

La boxe au Cameroun, quel est le regard de Sakio Bika ?
Les jeunes générations souffrent. Il faut faire quelque chose pour les aider. Ce n’est pas forcément de l’argent, mais il faut du matériel et des dirigeants qui aiment la discipline. Une salle seulement à Douala et une à Yaoundé, ce n’est pas suffisant. Il faut créer des salles et les fournir en matériel pour que les enfants s’entrainent, c’est la seule chance d’avoir d’autres champions en boxe. On aura peut-être certains qui feront mieux que Bessala, Ndongo Ebanga, et mieux que Sakio Bika.

Quelles sont vos relations avec les autres Camerounais champions du monde de boxe ?
Je connais Ndam Njikam, c’est un petit que je respecte, qui s’est imposé. Il y a Ngoudjo Herman qui est aussi un petit frère que je respecte en sa qualité de très grand boxeur, il y a Takam, il y en a même des anciens qui n’étaient pas champions du monde, mais qui méritent beaucoup de respect. Il faut vraiment faire quelque chose pour les nouvelles générations où on trouve beaucoup de talents. Parce que bientôt, nous tous seront à la retraite.

Parlant justement de retraite, à 40 ans, on pense beaucoup à elle si on n’a pas encore arrêté non ?
Un boxeur peut prendre sa retraite à 25 ans, un autre à 35 ans, un autre comme moi qui pense la prendre à 45 ans. La date de départ dépend de comment tu manages ton corps. C’est une affaire de discipline et de professionnalisme. Si tu ne sais pas gérer ton corps, tu peux finir rapidement. Mais si tu sais manager,

C’est quoi l’actualité de Sakio Bika, à quand le prochain combat ?
Je devais faire un combat aux USA le 24 mars 2019 à New York City, mais j’ai eu un bobo aux entrainements à moins une semaine. Le combat a été annulé et il sera reprogrammé. J’ai profité de ce repos imposé par mon bobo pour venir visiter la famille et le pays.

Avez-vous déjà fondé votre famille ?
Oui, je suis marié à une Australienne, et nous avons trois enfants. Deux garçons et une fille. L’aîné aura 14 ans en septembre.

Il sera boxeur comme son père ?
En ce qui concerne le choix de la discipline sportive, il faut laisser chacun faire son choix. Nous les sportifs, nous devons juste encadrer l’enfant à pratiquer le sport et lui donner la chance de choisir. Le premier est footballeur, le deuxième est basketteur et la dernière fait un peu d’athlétisme. Si après à 18 ans il décide de devenir boxeur comme son père, je serai content, mais je lui dirai qu’il y a un travail fou et beaucoup de risques.

Fiche technique

Cameroun - Curiosité: Selon le journal Essingan, La résidence privée de Paul Biya au quartier Golf-Ntoungou à Yaoundé serait bâtie sur un terrain ayant u
Cameroun - Justice: Au tribunal militaire de Yaoundé, les partisans de Maurice Kamto demandent sa libération
Les alentours du tribunal militaire sont fortement militarisés depuis les premières heures de ce 6 septembre 2019.
Crise anglophone : Lettre ouverte à Madame Chantal Biya
L’Oapi va s’investir dans le changement climatique (dirigeant)
L’Oapi va s’investir dans le changement climatique (dirigeant)
Cameroun – Procès Maurice Kamto et autres : Un important dispositif de sécurité autour du Tribunal militaire de Yaoundé.
Les extravagants anniversaires de Robert Mugabe
Le père de la fillette égorgée retrouvé mort
Cameroun - Soutien: Les Nations Unies choisissent le Cameroun pour accéder à un fonds de 10 milliards de FCFA pour la consolidation et le soutien des initiat
Cameroun - Gouvernance: Accusés d’exploitation forestière illégale et trafic d’espèces protégées, une rencontre internationale appelle les investisseu
Cameroun - Crise Anglophone: Au moins 80 morts en août selon International Crisis Group
Cameroun – Médias: Après sa suspension, le Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC) apporte son soutien à Ernest Obama
Au Cameroun, le principal opposant à Paul Biya jugé pour "insurrection"
Affaire Maurice Kamto et autres : le procès de la honte
Procès de Maurice Kamto et Cie: Yaoundé fortement militarisé
Le SNJC dénonce les violations des droits de Guy Modeste Dzudie et interpelle le pouvoir judiciaire
Amadou Vamoulke et Abah Abah, otages du TCS et du Minfi
Au Cameroun, la sagesse dépasse parfois l’intelligence…
LE TARO SAUCE JAUNE LE ERU WATER FUFU OU LES BEIGNETS HARICOTS C’EST LES DIMANCHES AVEC MARLYSE
FECAFOOT-LFPC : Jusqu’où ?
Yaoundé : retour progressif de l’énergie électrique
Burkina Faso : 20 ans de prison pour Diendéré, 10 ans pour Bassolé
Générosité: Rentrée en rose pour les orphelins de Bafoussam IIème
Le grand retour de Denis Sassou Nguesso à l’Elysée
Un Noir chassé d’un avion « pour qu’un chien puisse voyager en 1ère classe »
Un Noir chassé d’un avion « pour qu’un chien puisse voyager en 1ère classe »
Le Conseil de l’ordre des avocats veut stopper les abus judiciaires
Mines : le Camerounais Dieudonné Bougne forge son empire
Crise anglophone au Cameroun : vers une rentrée scolaire perturbée
Littérature : et il est comment le dernier… Eugène Ébodé ?
Cameroun : les avocats annoncent une grève contre les entraves à leur profession
[Tribune] Cameroun : les prisonniers du président
Cameroun : Maurice Kamto face au tribunal militaire, un procès sous haute tension
Cameroun/Pays-Bas: Jean-Marc Thouvenin (secrétaire général de l’Académie du droit international de l’ONU): « Maurice Kamto est un des meilleurs dans l
Cameroun - Braquage: Plus de 20 millions de FCFA emportés à la CAMPOST d’Eseka (Centre)
Xénophobie en Afrique du Sud: au moins 10 morts, apaisement des tensions avec le Nigeria
Ebola en RDC: 2.050 morts dont 52 en huit jours
Cameroun - Régions économiquement sinistrées: Selon l’économiste Célestin Tchakounté, il est impossible d’attirer l’investissement dans une zone où
L’industriel camerounais âgé de 66 ans a été interpellé le 28 janvier 2019 à Douala. Il est incarcéré à la prison centrale de Yaoundé, accusé devant le tribunal militaire de rébellion, insurrection et hostilité contre la patrie.
UEFA Champions League - Tirage au sort : Choupo-Moting, Matip, Onguéné et Onana fixés
Transfert : Aurélien Chedjou revient en France
Paris Saint-Germain : Choupo-Moting marque encore
Interpoules 2019 : Ngaoundéré FC jouera en Ligue 2
Interpoules 2019 : la joie du staff de Foncha Street après la qualification
JO 2020 : Les Lionnes indomptables ont rendez-vous avec l’Éthiopie
Affaire Fécafoot - LFPC  : un Comité Technique Transitoire va gérer la Ligue jusqu’en 2021
JO 2020 : ce fut difficile pour les Lionnes
"Examens médicaux de routine" à Londres pour le président gabonais (présidence)
"Examens médicaux de routine" à Londres pour le président gabonais (présidence)
"Examens médicaux de routine" à Londres pour le président gabonais (présidence)
"Examens médicaux de routine" à Londres pour le président gabonais (présidence)
Bessengue : 10 suspects interpellés
L’instrumentalisation politique de la mort de DJ Arafat par le régime Ouattara-Bakayoko (I)
Exploitation minière à l’Est:Voyage au cœur d’une catastrophe géologique
NDOUMBE EBOULE Jacques-Alfred : Livre de condoléances ouvert à l’ambassade du Cameroun à Bruxelles
NOTE DE POSITION DU REDHAC: 1ERE AUDIENCE DU Pr. KAMTO ET 89 AUTRES DONT 11 FEMMES
Tensions xénophobes en Afrique du Sud : Ramaphosa condamne
Affaire Nexttel : Baba Danpullo dribble la réunion de crise
Le gouvernement camerounais muet face aux attaques ciblées contre les étrangers en Afrique du Sud
Le gouvernement camerounais muet face aux attaques ciblées contre les étrangers en Afrique du Sud
Aide spéciale du chef de l’Etat : Les précisions de Camrail
Des détenus torturés
Des détenus torturés
Yaoundé 7ème: Un époux cocufié crée la panique à la mairie
Yaoundé 7ème: Un époux cocufié crée la panique à la mairie
Cameroon - Life Jail For Ayuk Tabe & Co.: Agbor Balla Fumes, Says Military Court Verdict Is "An Affront To Due Process, Rule of Law"
Cameroun - Initiative: L’Association des réalisateurs documentaristes donne la parole aux déplacés de la crise anglophone à travers le projet «Lumière
Cameroun - Blackout à Yaoundé: La vie des Yaoundéens sans électricité
La moto et le spectacle des vanités
La moto et le spectacle des vanités
La moto et le spectacle des vanités
La moto et le spectacle des vanités
Qui a tué Mamadou Barry ?
Séverin Tchounkeu et Emmanuel Chatue disent qu’ils ne sont pas des fonctionnaires fictifs
AMOUR: BERTRAND (LE MILLIARDAIRE DROIT CHEMIN) ET CAROLINA SE SONT DIT OUI
Climat des affaires: Ces facteurs qui décrédibilisent les entreprises camerounaises
Cameroun - Condamnation à vie des leaders sécessionnistes: Les avocats de la défense dénoncent «une mauvaise condamnation»
Cameroun – Crise anglophone: Historique de l’arrestation, puis de la condamnation de Sisiku Ayuk Tabe et Cie.
Cameroun - Région de l’Ouest: Un homme tue quatre enfants d’une même famille à Bana (Haut-Nkam)
Au Cameroun, prison à vie pour un leader des séparatistes anglophones
Cameroon – Condemnation of Sisiku Ayuk And Co: Defense Lawyer Calls Ruling A Sham, Meeting To Draft Appeal Holds Today
Cameroun: La ministre de l’Habitat, Ketcha Courtès, nommée PCA de la SIC
Le Tribunal militaire de Yaoundé a décidé à l’issue d’une audience tenue dans la nuit d’hier à ce mardi 20 août 2019, de condamner à la prison à perpétuité Sisiku Ayuk Tabe, le président de l’Etat fantôme d’Ambazonie et 9 de ses compagnons.
Carles Puyol : « Mon idole de toujours, c’est Rigobert Song »
Nkoulou et Torino se qualifient pour les barrages de l’UEFA Europa League
Transfert : Lecce espère Choupo-Moting
Jean-Loïc Nolla : « Je regarde forcément vers le Cameroun »
EA Guingamp : essai non concluant pour Jacques Zoua
OGC Nice redécouvre Ignatus Ganago
Interpoules 2019 : Bertoua attend les dix champions des régions
Amical : Coton Sport et Étoile Filante se sont affrontés
Lions en Club : Zambo Anguissa vit l’intensité des matchs de la Liga
Après la Coupe du Monde, les Lionnes visent les Jeux Olympiques 2020
Abus de pouvoir : un commissaire démis de ses fonctions au Sénégal