Nom de domain Hebergement web téléphonie VoIP SMS

Du haut de ses 22 ans, l’étudiante en sciences politiques

Du haut de ses 22 ans, l’étudiante en sciences politiques est aussi Secrétaire déléguée chargée des affaires de la femme au bureau départemental jeune du Mrc dans le département de la Menoua. Elle dit militer pour le changement au Cameroun.

Joviale et sereine sont les mots qui décrivent l’état d’esprit de Julienne Christelle Atso ce jeudi, 08 avril 2019. Assise au parloir du quartier des femmes, elle discute avec quelques détenues, profitant ainsi de la chaleur de voir leurs proches. Car, ce jeudi est jour de visite à la prison centrale de Yaoundé. Pour comprendre les raisons de sa présence dans ces lieux, il faut remonter au samedi, 26 janvier dernier. En tant que cadre du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), Julienne Christelle Atso a été arrêtée et séquestrée par les forces de l’ordre dans la ville de Dschang alors qu’elle participait à la « marche blanche » organisée par son parti politique. Camer.be. « Nous avions organisé une marche pour faire des revendications et malheureusement, le sous-préfet de la ville a interdit l’évènement. Nous avions alors décidé de ne pas marcher. Seulement, il n’y avait pas d’électricité dans la ville depuis deux jours, ce qui nous a empêchés de signaler à nos militants que la marche était annulée », se souvient-elle. Les militants et sympathisants du Mrc de la Menoua ont tout de même marché pendant trente minutes, entonnant l’Hymne National et dénonçant les problèmes de la crise dite anglophone. « Durant la marche, nous étions encadrés par les policiers et forces de maintien de l’ordre. Après la marche, le sous-préfet de la ville a ordonné aux policiers de nous arrêter, ce qui a été fait. Sauf que parmi nous, il y a des personnes arrêtées alors qu’elles ne participaient pas à la marche », ajoute Julienne Christelle Atso.

Arrestation

Rouée de coups, tabassée et tirée au goudron, Julienne Christelle Atso décrit les circonstances de son arrestation comme étant les plus difficiles de son parcours jusqu’ici. « Étant la seule fille arrêtée à Dschang, j’ai dû passer la nuit assise au sol car il n’y avait pas de cellules disponibles pour moi. Tous les policiers qui entraient au commissariat me tapaient et m’insultaient », se lamente-t-elle. Privée de nourriture et d’eau, même la présence de Maitre Simh, avocat du Mrc n’a pas pu lui apporter son aide. Le lendemain aux alentours de 12 heures, elle sera conduite à la prison de Dschang où elle a pu se débarbouillée. Seulement, les conditions de détentions n’étaient pas fameuses. « Nous étions quatre femmes dans une même cellule et étions obligées à faire nos besoins dans un seau et attendre la permission des gardiens pour aller vider le seau. On pouvait ainsi passer la nuit avec les odeurs et toutes sortes de déchets humains », raconte Julienne Christelle Atso.

Le 28 janvier à 17 heures, Julienne Christelle Atso est interpellée ainsi que les autres militants arrêtés par le commissaire de la ville de Dschang. « Le Comissaire nous a dit que Maitre Simh va rencontrer de procureur pour voir si on peut nous libérer. Grande était notre joie qui malheureusement, a été de courte durée. A 18 heures, nous sommes chargés dans un car de l’agence de voyages Avenir avec des policiers armés jusqu’aux dents », relate-t-elle. Prise de panique, Julienne Christelle Atso dit avoir pensé au pire, surtout que toutes leurs interrogations restaient sans réponses de la part des policiers qui les escortaient. « Le voyage était stressant, surtout que nous n’étions pas autorisés à regarder par la fenêtre. L'info claire et nette. Nous avons voyagé avec la tête baissée et pas moyen de communiquer », indique-t-elle. C’est à son arrivée dans les locaux de la police judiciaire qu’elle va se rendre compte qu’elle se trouve dans la ville de Bafoussam. Elle va y passer trois heures, dans une cellule commune avec des hommes. A 22 heures, son périple vers une destination inconnue reprendra. Elle est conduite ainsi que les militants arrêtés dans la ville de Bafang dans un camion qui roulait à tombeau ouvert. « J’ai vu des hommes pleurer durant ce voyage et, cela m’a fait comprendre qu’ils sont plus fragiles que nous les femmes », rigole-t-elle. Une fois dans la ville de Yaoundé, Julienne Christelle Atso va passer deux jours au Commandement central des groupements mobiles d’intervention (Ccgmi) à Soa.

Sans nouvelles de sa famille durant quatre jours, elle a profité de la compréhension des policiers du Ccgmi pour pouvoir les joindre. Julienne Christelle Atso a dû faire face à beaucoup de courage et de détermination pour ne pas succomber. « J’ai pensé à ma mère et à ma famille, et je me suis dit que je dois me battre pour eux. Ma mère a eu un malaise lorsqu’elle a appris la nouvelle et jusqu’aujourd’hui, elle a du mal à marcher », affirme-t-elle. Surtout que dans sa famille, elle est celle sur qui reposent tous les espoirs. Car, à 22 ans seulement, Julienne Christelle Aso est déjà étudiante en Master 2 en sciences politiques. En plus, elle a arboré la casquette de professeur d’espagnol au lycée bilingue de Santchou. Pour elle, il est donc impératif de se battre pour offrir un avenir meilleur à ses proches. Pour ce qui est de son vécu quotidien à la prison centrale de Yaoundé, Julienne Christelle Atso occupe ses journées à travers des prières, la lecture, les cours de thérapie, la couture et la coiffure. Elle affirme que la prison « est un lieu de pénitence et de rétrospection qui corrige les gens ». A son arrivée en prison, elle a fait de semaine de maladie car, n’était pas habituée au rythme de celle-ci. Aujourd’hui, elle se dit mieux insérée et adaptée qu’il y a trois mois. « Au début, j’étais égarée. Je me demandais comment je vais m’en sortir, surtout que je faisais face au mépris des anciennes détenues », dit-elle.

Vie sociale

Née un 1er juillet 1997 à Santchou et domiciliée à Dschang, Julienne Christelle Atso est étudiante en Master 2 en sciences politiques. Elle a fait ses études primaires et secondaires dans sa ville natale. Titulaire d’une licence en anglais, français et espagnol, elle a déjà reçu plusieurs recompenses. Notamment un diplôme de jeune leader de l’Institut Friedrich Eibert et deux primes en poesie en Espagne. Elle le dit justement avec un air fier « la poésie c’est ma passion, et je compte bien écrire des oeuvres ». Julienne Christelle Atso rejoint le Mrc en 2017. Elle est tout d’abord adhérente. Ensuite, elle trouve en ce parti politique une richesse immense, qui lui donne envie d’y être cadre. « Le Mrc est le seul parti politique qui m’a fait rêver. Ses convictions et sa vision à travers les actions qu’il mène m’ont poussé à y adhérer fièrement », se réjouit- elle.

Cameroun - Curiosité: Selon le journal Essingan, La résidence privée de Paul Biya au quartier Golf-Ntoungou à Yaoundé serait bâtie sur un terrain ayant u
Cameroun - Justice: Au tribunal militaire de Yaoundé, les partisans de Maurice Kamto demandent sa libération
Les alentours du tribunal militaire sont fortement militarisés depuis les premières heures de ce 6 septembre 2019.
Crise anglophone : Lettre ouverte à Madame Chantal Biya
L’Oapi va s’investir dans le changement climatique (dirigeant)
L’Oapi va s’investir dans le changement climatique (dirigeant)
Cameroun – Procès Maurice Kamto et autres : Un important dispositif de sécurité autour du Tribunal militaire de Yaoundé.
Les extravagants anniversaires de Robert Mugabe
Le père de la fillette égorgée retrouvé mort
Cameroun - Soutien: Les Nations Unies choisissent le Cameroun pour accéder à un fonds de 10 milliards de FCFA pour la consolidation et le soutien des initiat
Cameroun - Gouvernance: Accusés d’exploitation forestière illégale et trafic d’espèces protégées, une rencontre internationale appelle les investisseu
Cameroun - Crise Anglophone: Au moins 80 morts en août selon International Crisis Group
Cameroun – Médias: Après sa suspension, le Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC) apporte son soutien à Ernest Obama
Au Cameroun, le principal opposant à Paul Biya jugé pour "insurrection"
Affaire Maurice Kamto et autres : le procès de la honte
Procès de Maurice Kamto et Cie: Yaoundé fortement militarisé
Le SNJC dénonce les violations des droits de Guy Modeste Dzudie et interpelle le pouvoir judiciaire
Amadou Vamoulke et Abah Abah, otages du TCS et du Minfi
Au Cameroun, la sagesse dépasse parfois l’intelligence…
LE TARO SAUCE JAUNE LE ERU WATER FUFU OU LES BEIGNETS HARICOTS C’EST LES DIMANCHES AVEC MARLYSE
FECAFOOT-LFPC : Jusqu’où ?
Yaoundé : retour progressif de l’énergie électrique
Burkina Faso : 20 ans de prison pour Diendéré, 10 ans pour Bassolé
Générosité: Rentrée en rose pour les orphelins de Bafoussam IIème
Le grand retour de Denis Sassou Nguesso à l’Elysée
Un Noir chassé d’un avion « pour qu’un chien puisse voyager en 1ère classe »
Un Noir chassé d’un avion « pour qu’un chien puisse voyager en 1ère classe »
Le Conseil de l’ordre des avocats veut stopper les abus judiciaires
Mines : le Camerounais Dieudonné Bougne forge son empire
Crise anglophone au Cameroun : vers une rentrée scolaire perturbée
Littérature : et il est comment le dernier… Eugène Ébodé ?
Cameroun : les avocats annoncent une grève contre les entraves à leur profession
[Tribune] Cameroun : les prisonniers du président
Cameroun : Maurice Kamto face au tribunal militaire, un procès sous haute tension
Cameroun/Pays-Bas: Jean-Marc Thouvenin (secrétaire général de l’Académie du droit international de l’ONU): « Maurice Kamto est un des meilleurs dans l
Cameroun - Braquage: Plus de 20 millions de FCFA emportés à la CAMPOST d’Eseka (Centre)
Xénophobie en Afrique du Sud: au moins 10 morts, apaisement des tensions avec le Nigeria
Ebola en RDC: 2.050 morts dont 52 en huit jours
Cameroun - Régions économiquement sinistrées: Selon l’économiste Célestin Tchakounté, il est impossible d’attirer l’investissement dans une zone où
L’industriel camerounais âgé de 66 ans a été interpellé le 28 janvier 2019 à Douala. Il est incarcéré à la prison centrale de Yaoundé, accusé devant le tribunal militaire de rébellion, insurrection et hostilité contre la patrie.
UEFA Champions League - Tirage au sort : Choupo-Moting, Matip, Onguéné et Onana fixés
Transfert : Aurélien Chedjou revient en France
Paris Saint-Germain : Choupo-Moting marque encore
Interpoules 2019 : Ngaoundéré FC jouera en Ligue 2
Interpoules 2019 : la joie du staff de Foncha Street après la qualification
JO 2020 : Les Lionnes indomptables ont rendez-vous avec l’Éthiopie
Affaire Fécafoot - LFPC  : un Comité Technique Transitoire va gérer la Ligue jusqu’en 2021
JO 2020 : ce fut difficile pour les Lionnes
"Examens médicaux de routine" à Londres pour le président gabonais (présidence)
"Examens médicaux de routine" à Londres pour le président gabonais (présidence)
"Examens médicaux de routine" à Londres pour le président gabonais (présidence)
"Examens médicaux de routine" à Londres pour le président gabonais (présidence)
Bessengue : 10 suspects interpellés
L’instrumentalisation politique de la mort de DJ Arafat par le régime Ouattara-Bakayoko (I)
Exploitation minière à l’Est:Voyage au cœur d’une catastrophe géologique
NDOUMBE EBOULE Jacques-Alfred : Livre de condoléances ouvert à l’ambassade du Cameroun à Bruxelles
NOTE DE POSITION DU REDHAC: 1ERE AUDIENCE DU Pr. KAMTO ET 89 AUTRES DONT 11 FEMMES
Tensions xénophobes en Afrique du Sud : Ramaphosa condamne
Affaire Nexttel : Baba Danpullo dribble la réunion de crise
Le gouvernement camerounais muet face aux attaques ciblées contre les étrangers en Afrique du Sud
Le gouvernement camerounais muet face aux attaques ciblées contre les étrangers en Afrique du Sud
Aide spéciale du chef de l’Etat : Les précisions de Camrail
Des détenus torturés
Des détenus torturés
Yaoundé 7ème: Un époux cocufié crée la panique à la mairie
Yaoundé 7ème: Un époux cocufié crée la panique à la mairie
Cameroon - Life Jail For Ayuk Tabe & Co.: Agbor Balla Fumes, Says Military Court Verdict Is "An Affront To Due Process, Rule of Law"
Cameroun - Initiative: L’Association des réalisateurs documentaristes donne la parole aux déplacés de la crise anglophone à travers le projet «Lumière
Cameroun - Blackout à Yaoundé: La vie des Yaoundéens sans électricité
La moto et le spectacle des vanités
La moto et le spectacle des vanités
La moto et le spectacle des vanités
La moto et le spectacle des vanités
Qui a tué Mamadou Barry ?
Séverin Tchounkeu et Emmanuel Chatue disent qu’ils ne sont pas des fonctionnaires fictifs
AMOUR: BERTRAND (LE MILLIARDAIRE DROIT CHEMIN) ET CAROLINA SE SONT DIT OUI
Climat des affaires: Ces facteurs qui décrédibilisent les entreprises camerounaises
Cameroun - Condamnation à vie des leaders sécessionnistes: Les avocats de la défense dénoncent «une mauvaise condamnation»
Cameroun – Crise anglophone: Historique de l’arrestation, puis de la condamnation de Sisiku Ayuk Tabe et Cie.
Cameroun - Région de l’Ouest: Un homme tue quatre enfants d’une même famille à Bana (Haut-Nkam)
Au Cameroun, prison à vie pour un leader des séparatistes anglophones
Cameroon – Condemnation of Sisiku Ayuk And Co: Defense Lawyer Calls Ruling A Sham, Meeting To Draft Appeal Holds Today
Cameroun: La ministre de l’Habitat, Ketcha Courtès, nommée PCA de la SIC
Le Tribunal militaire de Yaoundé a décidé à l’issue d’une audience tenue dans la nuit d’hier à ce mardi 20 août 2019, de condamner à la prison à perpétuité Sisiku Ayuk Tabe, le président de l’Etat fantôme d’Ambazonie et 9 de ses compagnons.
Carles Puyol : « Mon idole de toujours, c’est Rigobert Song »
Nkoulou et Torino se qualifient pour les barrages de l’UEFA Europa League
Transfert : Lecce espère Choupo-Moting
Jean-Loïc Nolla : « Je regarde forcément vers le Cameroun »
EA Guingamp : essai non concluant pour Jacques Zoua
OGC Nice redécouvre Ignatus Ganago
Interpoules 2019 : Bertoua attend les dix champions des régions
Amical : Coton Sport et Étoile Filante se sont affrontés
Lions en Club : Zambo Anguissa vit l’intensité des matchs de la Liga
Après la Coupe du Monde, les Lionnes visent les Jeux Olympiques 2020
Abus de pouvoir : un commissaire démis de ses fonctions au Sénégal