Nom de domain Hebergement web téléphonie VoIP SMS

L’épouse du président de la République, Chantal Biya a

L’épouse du président de la République, Chantal Biya a eu un geste très maladroit en soulevant les bras de son mari de président pour saluer la foule dans la salle de réception du Palais d’Etoudi. La foule compacte des invités, entassés comme des bêtes dans un enclos, a dû donner le tournis à un homme épuisé par une longue journée de fête où il a subi un défilé civil et militaire interminable. On peut critiquer au passage cette tradition instaurée par le Renouveau qui entasse les invités dans une salle des banquets surpeuplée où tout le monde se fait écraser les orteils dans une chaleur étouffante. A quoi servent les immenses jardins du palais présidentiel en capacité de contenir des centaines de convives dans une garden-party digne de ce nom comme on le fait les jours de fête nationale au Palais de l’Elisée à Paris ou au palais de Buckingham, résidence de la Reine d’Angleterre. Suffoquer de chaleur dans un climat tropical doux qui offre même le soir, de la fraîcheur, à Yaoundé, cela tient d’un véritable délire.

Où sont donc passés ces jours anciens où toutes les grandes dames de la capitale faisaient assaut d’élégance pour la soirée au Palais diner classique assis, orchestre te soirée dansante.

Ce 20 mai 2019 a donné toute à l’opinion camerounaise une idée de la terreur qu’inspire notre peuple au Président qui est régulièrement élu avec un score dit soviétique. Comment expliquer aux pays amis de la président a été véritablement élu par l’écrasante majorité du pays. Comment comprendre que plus de 35 as après a seule tentative de putsch qu’il n’y ait jamais eu chez nous, le président affiche cette phobie de ses concitoyens. La capitale doit être totalement vidé tout le long du parcours entre le palais présidentiel et la place du défilé. On est bien de l’époque où son prédécesseur exigeait que les écoliers et les militants du parti unique viennent tous se masser tout le long de

son parcours or qu’ils les saluent tous à bord de sa limousine décapotable, une Lincoln.

Maintenant le président se déplace dans un véritable bunker ambulant composé d’une voiture ultra blindée, une nouvelle d’ailleurs, une autre espèce de char d’assaut pudiquement habillé en véhicule 4x4, le tout escorté une gentille Jeep militaire. Mais autour de sa voiture court des gardes du corps en costumes, puis la police en moto et la garde présidentielle en grande tenue et à cheval. On peut aisément imaginer ensuite vient le défilé militaire toujours ouvert par une sorte d’armée prétorienne avec le Bir et la Garde Présidentielle avant l’armée régulière. Mais le pire en terme d’image, c’est cette escouade de molosses, des chiens tueurs que les pouvoirs racistes des Etats-Unis et de l’Afrique du Sud du temps de l’apartheid envoyaient sur les manifestants Noirs en lutte pour leur émancipation. C’était au cœur du siècle dernier. Il ne peut venir à personne en l’idée que ces chiens dressés à tuer serviront à mordre un cambrioleur égaré dans la cour du palais présidentiel du village du président ou à Etoudi pour opérer un cambriolage. Non, il s’agit bien de tuer des manifestants lorsque on les a ratés par balles. Soweto, Alabama, même combat auquel le régime peut se rapprocher en matière de répression des masses. En clair, le président nous montrait ce 20 mai quelques éléments de la mise en scène de la terreur d’Etat qu’on utiliserait en cas de toute contestation populaire. On ne peut s’empêcher de remarquer que ces molosses sont nourris de morceaux de choix taillés dans de la bonne viande. Rien à voir avec ces millions d’enfants privés de protéines dans nos quartiers les plus pauvres

Chaque fois qu’une contestation populaire met à bas un régime, Etoudi se crispe et met en œuvre des mesures supplémentaires pour tenir

On comprend donc qu’à la fin de la journée le président montre des signes inquiétants non seulement de fatigue mais d’épuisement au point de ne plus pouvoir s’orienter dans un espace réduit à un mouchoir de poche. Il y a une vingtaine d’années le journaliste Puis Njawé purgeait une peine de plusieurs années à la prison de centrale de New-bel à Douala, pour avoir écrit que le président a eu un malaise

lors d’une cérémonie publique. Il aura fallu la mobilisation de la presse nationale avec toutes ses organisations et des organisations internationales de protection des journalistes dont Reporters sans frontières en France, l’Ong Camerounaise Ocalip, l’Union des Journalistes Camerounais et The Committee to protect journalists à New-York. L’emprisonnement de Njawé était un avertissement contre quiconque s’aventurerait à évoquer la santé du président de la République en bien ou en mal, surtout en mal. On se serait cru en Corée du Nord. Une condamnation sévère pour avoir tout simplement dit que le président avait eu un malaise. La foudre judiciaire doit vous tomber dessus comme une véritable bombe atomique pour vous dissuader d’évoque la santé du président. Les autorités ont justifié la condamnation de Njawé par le fait que cette information aurait pu provoquer le chaos et entraîner le pays dans une déstabilisation aux lendemains incertains.

La démocratie était pourtant déjà là, en 1997. Depuis, personne n’allait plus osr de parler de la santé présidentielle en dépit des signaux criards à chaque apparition de Paul Biya. Mais cette fois-ci, la génération androïde célébrée par le président lui-même, a trahi ce que le président cachait. Comme toujours pendant la réception au palais, chaque invité se précipite sur son portable pour capter l’image du couple présidentiel, preuve qu’on était bien un des heureux élus venus trinquer avec Dieu le Père. Comment résister à la tentation de fixer sur son portable l’image du couple présidentiel. Pour qu’on puisse dire preuve à l‘appui : j’y étais.

Mais le geste de la première dame, aidant son mari à lever des bras pour saluer, et l’orientant pour qu’il ne se perde pas, a tout révélé sur l’état de santé de Paul Biya. Mais ce que n’est pas unique dans l’histoire, et le président ne devrait pas le redouter car notre histoire récente regorge de cas de malades installés au pouvoir. Ils croient toujours qu’en se cachant, ils dissimulent à leurs concitoyens, ce qu’ils doivent savoir.

L’histoire des grands malades au pouvoir

Lorsque le président soviétique Léonid Brejnev est en fin de vie, il ne parvient plus à s’orienter. Pour saluer un hôte au bas de la passerelle

à la descente de l’avion, le protocole est obligé de diriger sa main qu’il ne peut plus orienter. Naturellement, la Cia, toujours à l’affût pour décrypter tous les faits et gestes du principal ennemi de la guerre froide, constate que la maladie de Brejnev ne lui laisse plus que quelques semaines de vie. A sa mort, le politburo du parti communiste soviétique choisit Andropov, la Cia pose un nouveau diagnostic sur le nouveau venu. Lui aussi est gravement malade et il décèdera quelques mois plus tard. Cette fois le parti choisit Tchernenko pour lui succéder. Nouveau diagnostic alarmant. Tchernenko meurt très vite. C’est alors que le parti choisit enfin un « jeune homme » pour lui succéder : Mikhaïl Gorbatchev. On connaît la suite.

Plus loin, en Tunisie, le héros de la lutte contre le colonialisme, Habib Bourguiba, s’éternisait au pouvoir malgré une déficience de ses facultés mentales perceptibles ses sautes d’humeurs, ses oublis, son irascibilité etc. Bourguiba décide de se séparer de Mohammed M’Zali son inamovible premier ministre. Il nomme alors Zine Abdine Ben Ali. Mais à peine arrivé aux affaires que le vieux annonce son limogeage. Ben Ali convoque alors en urgence le conseil constitutionnel et les médecins pour établir son bulletin de santé et de conclure devant les institutions son incapacité à diriger le pays.

Autre exemple plus complexe celui-là car il s’agit d’un pape, le Pape Jean-Paul II. En 2005, le Pape est au plus mal, mais le Vatican tient à l’exhiber à la fenêtre pour saluer la foule. Cela a donné lieu à des images bizarres où on hisse le pape à la fenêtre quelques minutes, puis on le descend, et on le fait à nouveau une des fois. C’était à se demander si le pape, un homme de spiritualité ne pouvait se préparer dans l’intimité à quitter ce monde. Jusqu’au bout la communauté catholique fera comme si ce pape ultra médiatisé et grand voyageur devant l’Eternel n’avait pas droit à un peu d’intimité et de sérénité. On peut alors comprendre pourquoi le rigoriste Cardinal Ratzinger, gardien de la doctrine qui va lui succéder sous le nom de Pape Benoît XVI choisira de démissionner plutôt que de se donner en spectacle lorsque sa fin s’annoncera.

On s’en tiendra à ces deux cas pour ne pas évoquer Abdelaziz Bouteflika qui jettera lui-même l’éponge sur la demande du peuple descendu dans la rue.

Dans un tout autre pays d’Afrique australe, la succession a été surprenante. Les forces déclinantes de Robert Mugabe ont poussé la première dame, Grace Mugabe à afficher son pouvoir tout puissant sur la gestion des hommes et de l’Etat, au point d’exacerber la hiérarchie du parti au pouvoir, la Zanu-Pf et la hiérarchie militaire. Ce sont ces deux institutions qui vont prendre la décision de déposer le président pourtant héros de la lutte de libération du Zimbabwe.

La leçon à en tirer c’est que les services secrets mêmes les plus médiocres seront en capacité de déceler en la personne du président de la République toute défaillance physiques liée à une simple fatigue passagère ou des symptômes plus importants liés ç une maladie. En fait les services secrets étrangers savent tout tandis que le président lui-même mets un point d’honneur à se faire soigner exclusivement en Suisse. En réalité on cache aux camerounais ce que ces médecins Suisses sont plus informés sur la santé du président que ses concitoyens. La légende nimbée de fierté patriotique et d’orgueil, et qui accompagna l’inauguration des deux hôpitaux généraux de Douala et de Yaoundé célébrait également la fin des évacuations sanitaires en Europe dont le cout grevait le trésor public.

Le Président Biya, depuis la tentative du putsch de 1984, a choisi de tenir son peuple à distance. Le régime précédent cultivait des appels au peuple pour se masser tout le long du parcours du cortège présidentiel. Renouveau lui, préfère vider la capitale de ses habitants pour se sentir à l’aise.

Plus en plus des forces lancées dans la course de positionnement autour de la succession, s’affrontent avec violence. C’est tout le sens de cette lettre qui circule sur le net faisant état d’une prétendue colère des officiers de l’armée d’origine Bulu qui se croient écartés de la succession du Président Paul Biya. D’autres textes circulent sur la mainmise d’un prétendu clan de Nanga-Eboko dirigé par la Première dame qui s’appuie sur le Secrétaire général de la Présidence et du ministre de la culture.

Le régime du Renouveau a creusé comme jamais les inégalités sociales d’une violence sans précédent. En excluant du champ régalien tous les soutiens de l’Etat au motif que l’ère était au désengagement de l‘Etat mené tambour battant par les journalistes de la presse officielle, jeunes soldats de la mondialisation cannibale qui crachait le feu sur des populations en désarroi, à la limite de l’insulte. Dans cette aventure conviée au festin de l’Etat devenu patrimonial. C’est cette caste dirigeante issue de plusieurs régions du pays qui ont pillé les caisses de l’Etat avec l’encouragement du président lui-même qui affirmait à la presse française qu’il n’avait pas connaissance de ce que la presse de son pays affirmait. Il a fallu attendre les menaces des bailleurs de fonds outrés par cet argent du Trésor publique qui a servi à enrichir une classe de prédateur sans scrupule.

Quand le président se rend compte que le pays livré aux fourches caudines des bailleurs de fonds internationaux ne trouve plus la force de redresser le pays. Alors il se barricade au palais du village comme le fit jadis son ancien homologue, Mobutu du Zaïre dans son village de Gbadolite.

Paul Biya et son entourage ont réussi leur coup, le chef de l’Etat est transformé en une espèce de fantôme social qui ne voit personne, ne parle à personne et n’apparait plus que dans son palais à l’occasion des cérémonies officielles.

Il faut dire que la violence des plans d’ajustement structures a été elle que le président désormais privé de toute souveraineté budgétaire et de tout levier économique et social, a définitivement battu en retraite. Il fallait désormais se contenter lui rôle de gendarme d’où qui lui a été assigné par les bailleurs de fonds à savoir réprimer tout mouvement social d’où qu’il vienne. Le tout arrosé de discours tantôt insultants tantôt menaçants. Dans ce contexte, la fonction présidentielle est réduite à néant. Impossible de tenir la moindre promesse de bien-être pour ses compatriotes.

La distribution des prébendes pour s’acheter une paix sociale factice pour élargir les soutiens de tous acabits sans une réelle politique d’alliance puisque le régime ne présente à ses partenaires la moindre

vision. Les projets marquent le pas ou ils disparaissent lorsque le budget prévu a fini sa course dans les comptes des paradis fiscaux.

Alors le président est absent. On le voit plus qu’à la télé. L’homme invisible d’Etoudi laisse aux forces de défenses et de police le soin de tenir tout le monde en respect. Les pauvres sous-préfets qui doivent justifier l’injustifiable. Le régime s’abrite derrière un arsenal de lois impropres à toute démocratie digne de ce nom.

Alors le président doit s’activer à préparer la succession comme le fit son prédécesseur sans qu’il n’y ait de remous. Il faut éviter des bruits de bottes qui s’annonce lorsque les institutions chancellent. C’est malheureusement encore le cas au Cameroun quoiqu’on dise. Ces bruits de bottes qui s’annoncent trahissent les conséquences d’une succession sujette à caution, là où son prédécesseur a réussi une transition propre sans conflits ni états d’âmes. Dans une société où les promesses de prospérités du président n’ont jamais été suivies de résultat, le président a choisi de cultiver la distance et l‘isolement, protégé par les forces armées et de polices et une certaine bienveillance de la communauté internationale, mais il a fini par lasser ses plus fervents soutiens tant la situation politique et économique est désastreuse. La parole présidentielle n’est plus crédible, pire encore, plus personne ne l’écoute plus. Seuls les ministres et les chefs.

Le système féodal construit par le Renouveau où seuls les élus ont droit à la cité et tout le monde est exclu, donne toujours lieu à des révolutions violentes, les plus violentes de l’histoire. Mais visiblement le pouvoir ne semble pas s’en préoccuper.

Les pressions internationales que craint au plus haut point le régime de Yaoundé en dépit de ses fanfaronnades oblige et qui provoque de véritables démangeaisons souverainistes à s’arracher peau. Mais quand le président est en difficulté, on se précipite dans des cours de droit international public pour réciter les devoirs de la Suisse envers notre institution présidentielle en divagation. Si la santé du président est à ce point défaillante, alors qu’on le dise au Camerounais. Le président Ahidjo s’était retiré du pouvoir pour des raisons de santé selon son épouse, alors que Biya en fasse autant et il n’y aura pas mort d’homme.

Douala le 5 juin 2019

Henriette EKWE

Journaliste

Aide spéciale du chef de l’Etat : Les précisions de Camrail
Des détenus torturés
Des détenus torturés
Yaoundé 7ème: Un époux cocufié crée la panique à la mairie
Yaoundé 7ème: Un époux cocufié crée la panique à la mairie
Cameroon - Life Jail For Ayuk Tabe & Co.: Agbor Balla Fumes, Says Military Court Verdict Is "An Affront To Due Process, Rule of Law"
Cameroun - Initiative: L’Association des réalisateurs documentaristes donne la parole aux déplacés de la crise anglophone à travers le projet «Lumière
Cameroun - Blackout à Yaoundé: La vie des Yaoundéens sans électricité
La moto et le spectacle des vanités
La moto et le spectacle des vanités
La moto et le spectacle des vanités
La moto et le spectacle des vanités
Qui a tué Mamadou Barry ?
Séverin Tchounkeu et Emmanuel Chatue disent qu’ils ne sont pas des fonctionnaires fictifs
AMOUR: BERTRAND (LE MILLIARDAIRE DROIT CHEMIN) ET CAROLINA SE SONT DIT OUI
Climat des affaires: Ces facteurs qui décrédibilisent les entreprises camerounaises
Cameroun - Condamnation à vie des leaders sécessionnistes: Les avocats de la défense dénoncent «une mauvaise condamnation»
Cameroun – Crise anglophone: Historique de l’arrestation, puis de la condamnation de Sisiku Ayuk Tabe et Cie.
Cameroun - Région de l’Ouest: Un homme tue quatre enfants d’une même famille à Bana (Haut-Nkam)
Au Cameroun, prison à vie pour un leader des séparatistes anglophones
Cameroon – Condemnation of Sisiku Ayuk And Co: Defense Lawyer Calls Ruling A Sham, Meeting To Draft Appeal Holds Today
Cameroun: La ministre de l’Habitat, Ketcha Courtès, nommée PCA de la SIC
Le Tribunal militaire de Yaoundé a décidé à l’issue d’une audience tenue dans la nuit d’hier à ce mardi 20 août 2019, de condamner à la prison à perpétuité Sisiku Ayuk Tabe, le président de l’Etat fantôme d’Ambazonie et 9 de ses compagnons.
Carles Puyol : « Mon idole de toujours, c’est Rigobert Song »
Nkoulou et Torino se qualifient pour les barrages de l’UEFA Europa League
Transfert : Lecce espère Choupo-Moting
Jean-Loïc Nolla : « Je regarde forcément vers le Cameroun »
EA Guingamp : essai non concluant pour Jacques Zoua
OGC Nice redécouvre Ignatus Ganago
Interpoules 2019 : Bertoua attend les dix champions des régions
Amical : Coton Sport et Étoile Filante se sont affrontés
Lions en Club : Zambo Anguissa vit l’intensité des matchs de la Liga
Après la Coupe du Monde, les Lionnes visent les Jeux Olympiques 2020
Abus de pouvoir : un commissaire démis de ses fonctions au Sénégal
Abus de pouvoir : un commissaire démis de ses fonctions au Sénégal
Abus de pouvoir : un commissaire démis de ses fonctions au Sénégal
Abus de pouvoir : un commissaire démis de ses fonctions au Sénégal
Guerandi Mbara, le « colis » de Monsieur Biya ou la vraie histoire d’un crime d’État franco-africain
Guerandi Mbara, le « colis » de Monsieur Biya ou la vraie histoire d’un crime d’État franco-africain
Affaire Mrc : Mamadou Mota en route pour Yoko ?
Une méga manifestation des Camerounais annoncée à Bruxelles le 7 septembre prochain
Kribi : La récurrence des noyades inquiète
Corruption : Arrivée ce jour au tribunal du président déchu Omar-el-Béchir où il sera jugé
CRISE CAMEROUNAISE ET GUERRE DU NOSO: Sacré "renouveau"...
EKAMBI BRILLANT ENCOURAGE L’AMBASSADE GOURMET PENDANT LE LIVE DU DIMANCHE
Nominations: Ahmadou Sadaouna nouveau DG de la Sic, Ketcha Courtès Pca
Un gouverneur tanzanien déclare la guerre à l’infidélité masculine
Condamnation à vie de Ayuk Tabe & Cie:la sentence de satrapes ne concerne que la satrapie de Yaoundé
Cameroun : près de 200 " meneurs " de la mutinerie de Kondengui traduits au tribunal pour " rébellion "
Cameroun : Paul Biya, les sept vies du Sphinx
Mahamadou Issoufou : " Ma décision de respecter la Constitution et de ne pas me représenter est irrévocable "
Cameroun : bonne campagne pour la filière cacao
Piraterie dans le golfe de Guinée : des marins asiatiques et européens enlevés au large du Cameroun
Cameroun : Sisiku Ayuk Tabe et neuf autres séparatistes anglophones condamnés à la prison à vie
Cameroon – Buea Prison Mutiny: Rene Sadi Says 43 Detainees Were Injured But Lawyer Insists At Least 70 Wounded Inmates Denied Treatment
Cameroon: Financing of Customs and Ports Authority Surveillance During Crises Comes Under Scrutiny in Limbe
Cameroon – Anglophone Crisis: Lawyer Says Journalist Samuel Wazizi Now Held Incommunicado In Military Custody
Cameroun: La fête du mouton sera célébrée ce 11 août 2019
Cameroun - Pertes: La crise anglophone fait chuter les ventes du ciment Dangote de 7,1%
L’ambassadeur de Guinée Equatoriale au Cameroun a été reçu, à cet effet le 8 août 2019, par le ministre délégué auprès du ministre des Relations Extérieures.
LA GIGA STAR BELKA TOBIS ENFLAMME L’AMBASSADE GOURMET DANS UN LIVE TORRIDE
Sosucam : Un nouveau statut du personnel en vigueur dès le 1er novembre 2019
Afrique du Sud : une femme oblige sa rivale présumée à manger des excréments
PAUVRETÉ AU CAMEROUN : Le septentrion fait la course en tête
Forum de la Fondation Tony Elumelu 2019 : les Présidents africains pour la création d’emplois jeunes
Des « tennis » sur le trottoir à Bertoua
Cameroon - Justice: Bar Council Seizes Yaounde Appeal Court Over Assault Of Anglophone Lawyer By Gendarme Officer
Univers carcéral: l’autre visage de l’échec du développement durable en Afrique!
Camair-Co reprend la route de Cotonou. Coût du billet d’avion : 209 900 FCFA TTC
Community Shield : Joel Matip est aussi un redoutable marqueur
Impossible de visiter la maison des esclaves au Sénégal sans couler les larmes
Nestlé Cameroun sensibilise sur l’importance de l’allaitement maternel.
L’ORCHESTRE DE SALOPARDS DE PARIS S’INSTALLE LES WEEK-ENDS AUX OISEAUX LA COUR DES HUMBLES CHEZ NANA
QUERELLE : Quand Yannick Noah rejette le corps de son oncle
Cameroun – Litige: Le Groupement Bolloré/APMT attaque le directeur général du Port Autonome de Douala en justice
Cameroon – Decongesting Yaoundé/Douala Highway: Wouri SDO Restricts Movement of Heavy Duty Trucks
Cameroun – Coup de gueule: Des artistes camerounais pestent contre le traitement salarial réservé aux artistes camerounais par les grandes entreprises, lors
Cameroon - Anglophone Crisis: One soldier, biker killed in rare ambush by separatists in Penda Mboko
Cameroon : Social Democratic Front Party Meets In A Decisive Ordinary Assembly This Weekend
Cameroun - Trafic: La douane saisit 60 kg d’or d’une valeur de 1,5 milliard de FCFA à l’aéroport de Douala
Ils lancent une caravane à travers les dix régions du pays pour invoquer la puissance des ancêtres.
Arnaud Djoum n’a pas encore fni avec les Lions Indomptables
Lions en Club : la Gantoise s’en remet à Ngadeu
Lions en Club : Moumi Ngamaleu inscrit un deuxième but
Mbombo Njoya : « Il n’y a pas d’équivoque, le Cameroun organisera la CAN 2021 »
Léopard de Douala : l’ex-Lion Indomptable Kalla Nkongo démissionne
Lions en Club : Achille Emana signe à UD Sanse
Lions en Club : Ndip Tambe et Sheriff au dernier tour de UEFA Europa League
Yaoundé: Un camion citerne garé sans freins fonce dans une maison et tue 2 enfants
Gambie: les anciens membres des escadrons de la mort passent aux aveux
Dialogue social : une thèse de Doctorat corrige des mauvaises pratiques
Makelele à la tête des léopards: Ça se précise
Crise anglophone: Sisiku Ayuk Tabe et ses lieutenants de nouveau à la barre ce jour
Nécrologie : Pierre Ivan Mingne le sous- préfet de Matomb est mort
Nécrologie : Pierre Ivan Mingne le sous- préfet de Matomb est mort