Nom de domain Hebergement web téléphonie VoIP SMS

L’épouse du président de la République, Chantal Biya a

L’épouse du président de la République, Chantal Biya a eu un geste très maladroit en soulevant les bras de son mari de président pour saluer la foule dans la salle de réception du Palais d’Etoudi. La foule compacte des invités, entassés comme des bêtes dans un enclos, a dû donner le tournis à un homme épuisé par une longue journée de fête où il a subi un défilé civil et militaire interminable. On peut critiquer au passage cette tradition instaurée par le Renouveau qui entasse les invités dans une salle des banquets surpeuplée où tout le monde se fait écraser les orteils dans une chaleur étouffante. A quoi servent les immenses jardins du palais présidentiel en capacité de contenir des centaines de convives dans une garden-party digne de ce nom comme on le fait les jours de fête nationale au Palais de l’Elisée à Paris ou au palais de Buckingham, résidence de la Reine d’Angleterre. Suffoquer de chaleur dans un climat tropical doux qui offre même le soir, de la fraîcheur, à Yaoundé, cela tient d’un véritable délire.

Où sont donc passés ces jours anciens où toutes les grandes dames de la capitale faisaient assaut d’élégance pour la soirée au Palais diner classique assis, orchestre te soirée dansante.

Ce 20 mai 2019 a donné toute à l’opinion camerounaise une idée de la terreur qu’inspire notre peuple au Président qui est régulièrement élu avec un score dit soviétique. Comment expliquer aux pays amis de la président a été véritablement élu par l’écrasante majorité du pays. Comment comprendre que plus de 35 as après a seule tentative de putsch qu’il n’y ait jamais eu chez nous, le président affiche cette phobie de ses concitoyens. La capitale doit être totalement vidé tout le long du parcours entre le palais présidentiel et la place du défilé. On est bien de l’époque où son prédécesseur exigeait que les écoliers et les militants du parti unique viennent tous se masser tout le long de

son parcours or qu’ils les saluent tous à bord de sa limousine décapotable, une Lincoln.

Maintenant le président se déplace dans un véritable bunker ambulant composé d’une voiture ultra blindée, une nouvelle d’ailleurs, une autre espèce de char d’assaut pudiquement habillé en véhicule 4x4, le tout escorté une gentille Jeep militaire. Mais autour de sa voiture court des gardes du corps en costumes, puis la police en moto et la garde présidentielle en grande tenue et à cheval. On peut aisément imaginer ensuite vient le défilé militaire toujours ouvert par une sorte d’armée prétorienne avec le Bir et la Garde Présidentielle avant l’armée régulière. Mais le pire en terme d’image, c’est cette escouade de molosses, des chiens tueurs que les pouvoirs racistes des Etats-Unis et de l’Afrique du Sud du temps de l’apartheid envoyaient sur les manifestants Noirs en lutte pour leur émancipation. C’était au cœur du siècle dernier. Il ne peut venir à personne en l’idée que ces chiens dressés à tuer serviront à mordre un cambrioleur égaré dans la cour du palais présidentiel du village du président ou à Etoudi pour opérer un cambriolage. Non, il s’agit bien de tuer des manifestants lorsque on les a ratés par balles. Soweto, Alabama, même combat auquel le régime peut se rapprocher en matière de répression des masses. En clair, le président nous montrait ce 20 mai quelques éléments de la mise en scène de la terreur d’Etat qu’on utiliserait en cas de toute contestation populaire. On ne peut s’empêcher de remarquer que ces molosses sont nourris de morceaux de choix taillés dans de la bonne viande. Rien à voir avec ces millions d’enfants privés de protéines dans nos quartiers les plus pauvres

Chaque fois qu’une contestation populaire met à bas un régime, Etoudi se crispe et met en œuvre des mesures supplémentaires pour tenir

On comprend donc qu’à la fin de la journée le président montre des signes inquiétants non seulement de fatigue mais d’épuisement au point de ne plus pouvoir s’orienter dans un espace réduit à un mouchoir de poche. Il y a une vingtaine d’années le journaliste Puis Njawé purgeait une peine de plusieurs années à la prison de centrale de New-bel à Douala, pour avoir écrit que le président a eu un malaise

lors d’une cérémonie publique. Il aura fallu la mobilisation de la presse nationale avec toutes ses organisations et des organisations internationales de protection des journalistes dont Reporters sans frontières en France, l’Ong Camerounaise Ocalip, l’Union des Journalistes Camerounais et The Committee to protect journalists à New-York. L’emprisonnement de Njawé était un avertissement contre quiconque s’aventurerait à évoquer la santé du président de la République en bien ou en mal, surtout en mal. On se serait cru en Corée du Nord. Une condamnation sévère pour avoir tout simplement dit que le président avait eu un malaise. La foudre judiciaire doit vous tomber dessus comme une véritable bombe atomique pour vous dissuader d’évoque la santé du président. Les autorités ont justifié la condamnation de Njawé par le fait que cette information aurait pu provoquer le chaos et entraîner le pays dans une déstabilisation aux lendemains incertains.

La démocratie était pourtant déjà là, en 1997. Depuis, personne n’allait plus osr de parler de la santé présidentielle en dépit des signaux criards à chaque apparition de Paul Biya. Mais cette fois-ci, la génération androïde célébrée par le président lui-même, a trahi ce que le président cachait. Comme toujours pendant la réception au palais, chaque invité se précipite sur son portable pour capter l’image du couple présidentiel, preuve qu’on était bien un des heureux élus venus trinquer avec Dieu le Père. Comment résister à la tentation de fixer sur son portable l’image du couple présidentiel. Pour qu’on puisse dire preuve à l‘appui : j’y étais.

Mais le geste de la première dame, aidant son mari à lever des bras pour saluer, et l’orientant pour qu’il ne se perde pas, a tout révélé sur l’état de santé de Paul Biya. Mais ce que n’est pas unique dans l’histoire, et le président ne devrait pas le redouter car notre histoire récente regorge de cas de malades installés au pouvoir. Ils croient toujours qu’en se cachant, ils dissimulent à leurs concitoyens, ce qu’ils doivent savoir.

L’histoire des grands malades au pouvoir

Lorsque le président soviétique Léonid Brejnev est en fin de vie, il ne parvient plus à s’orienter. Pour saluer un hôte au bas de la passerelle

à la descente de l’avion, le protocole est obligé de diriger sa main qu’il ne peut plus orienter. Naturellement, la Cia, toujours à l’affût pour décrypter tous les faits et gestes du principal ennemi de la guerre froide, constate que la maladie de Brejnev ne lui laisse plus que quelques semaines de vie. A sa mort, le politburo du parti communiste soviétique choisit Andropov, la Cia pose un nouveau diagnostic sur le nouveau venu. Lui aussi est gravement malade et il décèdera quelques mois plus tard. Cette fois le parti choisit Tchernenko pour lui succéder. Nouveau diagnostic alarmant. Tchernenko meurt très vite. C’est alors que le parti choisit enfin un « jeune homme » pour lui succéder : Mikhaïl Gorbatchev. On connaît la suite.

Plus loin, en Tunisie, le héros de la lutte contre le colonialisme, Habib Bourguiba, s’éternisait au pouvoir malgré une déficience de ses facultés mentales perceptibles ses sautes d’humeurs, ses oublis, son irascibilité etc. Bourguiba décide de se séparer de Mohammed M’Zali son inamovible premier ministre. Il nomme alors Zine Abdine Ben Ali. Mais à peine arrivé aux affaires que le vieux annonce son limogeage. Ben Ali convoque alors en urgence le conseil constitutionnel et les médecins pour établir son bulletin de santé et de conclure devant les institutions son incapacité à diriger le pays.

Autre exemple plus complexe celui-là car il s’agit d’un pape, le Pape Jean-Paul II. En 2005, le Pape est au plus mal, mais le Vatican tient à l’exhiber à la fenêtre pour saluer la foule. Cela a donné lieu à des images bizarres où on hisse le pape à la fenêtre quelques minutes, puis on le descend, et on le fait à nouveau une des fois. C’était à se demander si le pape, un homme de spiritualité ne pouvait se préparer dans l’intimité à quitter ce monde. Jusqu’au bout la communauté catholique fera comme si ce pape ultra médiatisé et grand voyageur devant l’Eternel n’avait pas droit à un peu d’intimité et de sérénité. On peut alors comprendre pourquoi le rigoriste Cardinal Ratzinger, gardien de la doctrine qui va lui succéder sous le nom de Pape Benoît XVI choisira de démissionner plutôt que de se donner en spectacle lorsque sa fin s’annoncera.

On s’en tiendra à ces deux cas pour ne pas évoquer Abdelaziz Bouteflika qui jettera lui-même l’éponge sur la demande du peuple descendu dans la rue.

Dans un tout autre pays d’Afrique australe, la succession a été surprenante. Les forces déclinantes de Robert Mugabe ont poussé la première dame, Grace Mugabe à afficher son pouvoir tout puissant sur la gestion des hommes et de l’Etat, au point d’exacerber la hiérarchie du parti au pouvoir, la Zanu-Pf et la hiérarchie militaire. Ce sont ces deux institutions qui vont prendre la décision de déposer le président pourtant héros de la lutte de libération du Zimbabwe.

La leçon à en tirer c’est que les services secrets mêmes les plus médiocres seront en capacité de déceler en la personne du président de la République toute défaillance physiques liée à une simple fatigue passagère ou des symptômes plus importants liés ç une maladie. En fait les services secrets étrangers savent tout tandis que le président lui-même mets un point d’honneur à se faire soigner exclusivement en Suisse. En réalité on cache aux camerounais ce que ces médecins Suisses sont plus informés sur la santé du président que ses concitoyens. La légende nimbée de fierté patriotique et d’orgueil, et qui accompagna l’inauguration des deux hôpitaux généraux de Douala et de Yaoundé célébrait également la fin des évacuations sanitaires en Europe dont le cout grevait le trésor public.

Le Président Biya, depuis la tentative du putsch de 1984, a choisi de tenir son peuple à distance. Le régime précédent cultivait des appels au peuple pour se masser tout le long du parcours du cortège présidentiel. Renouveau lui, préfère vider la capitale de ses habitants pour se sentir à l’aise.

Plus en plus des forces lancées dans la course de positionnement autour de la succession, s’affrontent avec violence. C’est tout le sens de cette lettre qui circule sur le net faisant état d’une prétendue colère des officiers de l’armée d’origine Bulu qui se croient écartés de la succession du Président Paul Biya. D’autres textes circulent sur la mainmise d’un prétendu clan de Nanga-Eboko dirigé par la Première dame qui s’appuie sur le Secrétaire général de la Présidence et du ministre de la culture.

Le régime du Renouveau a creusé comme jamais les inégalités sociales d’une violence sans précédent. En excluant du champ régalien tous les soutiens de l’Etat au motif que l’ère était au désengagement de l‘Etat mené tambour battant par les journalistes de la presse officielle, jeunes soldats de la mondialisation cannibale qui crachait le feu sur des populations en désarroi, à la limite de l’insulte. Dans cette aventure conviée au festin de l’Etat devenu patrimonial. C’est cette caste dirigeante issue de plusieurs régions du pays qui ont pillé les caisses de l’Etat avec l’encouragement du président lui-même qui affirmait à la presse française qu’il n’avait pas connaissance de ce que la presse de son pays affirmait. Il a fallu attendre les menaces des bailleurs de fonds outrés par cet argent du Trésor publique qui a servi à enrichir une classe de prédateur sans scrupule.

Quand le président se rend compte que le pays livré aux fourches caudines des bailleurs de fonds internationaux ne trouve plus la force de redresser le pays. Alors il se barricade au palais du village comme le fit jadis son ancien homologue, Mobutu du Zaïre dans son village de Gbadolite.

Paul Biya et son entourage ont réussi leur coup, le chef de l’Etat est transformé en une espèce de fantôme social qui ne voit personne, ne parle à personne et n’apparait plus que dans son palais à l’occasion des cérémonies officielles.

Il faut dire que la violence des plans d’ajustement structures a été elle que le président désormais privé de toute souveraineté budgétaire et de tout levier économique et social, a définitivement battu en retraite. Il fallait désormais se contenter lui rôle de gendarme d’où qui lui a été assigné par les bailleurs de fonds à savoir réprimer tout mouvement social d’où qu’il vienne. Le tout arrosé de discours tantôt insultants tantôt menaçants. Dans ce contexte, la fonction présidentielle est réduite à néant. Impossible de tenir la moindre promesse de bien-être pour ses compatriotes.

La distribution des prébendes pour s’acheter une paix sociale factice pour élargir les soutiens de tous acabits sans une réelle politique d’alliance puisque le régime ne présente à ses partenaires la moindre

vision. Les projets marquent le pas ou ils disparaissent lorsque le budget prévu a fini sa course dans les comptes des paradis fiscaux.

Alors le président est absent. On le voit plus qu’à la télé. L’homme invisible d’Etoudi laisse aux forces de défenses et de police le soin de tenir tout le monde en respect. Les pauvres sous-préfets qui doivent justifier l’injustifiable. Le régime s’abrite derrière un arsenal de lois impropres à toute démocratie digne de ce nom.

Alors le président doit s’activer à préparer la succession comme le fit son prédécesseur sans qu’il n’y ait de remous. Il faut éviter des bruits de bottes qui s’annonce lorsque les institutions chancellent. C’est malheureusement encore le cas au Cameroun quoiqu’on dise. Ces bruits de bottes qui s’annoncent trahissent les conséquences d’une succession sujette à caution, là où son prédécesseur a réussi une transition propre sans conflits ni états d’âmes. Dans une société où les promesses de prospérités du président n’ont jamais été suivies de résultat, le président a choisi de cultiver la distance et l‘isolement, protégé par les forces armées et de polices et une certaine bienveillance de la communauté internationale, mais il a fini par lasser ses plus fervents soutiens tant la situation politique et économique est désastreuse. La parole présidentielle n’est plus crédible, pire encore, plus personne ne l’écoute plus. Seuls les ministres et les chefs.

Le système féodal construit par le Renouveau où seuls les élus ont droit à la cité et tout le monde est exclu, donne toujours lieu à des révolutions violentes, les plus violentes de l’histoire. Mais visiblement le pouvoir ne semble pas s’en préoccuper.

Les pressions internationales que craint au plus haut point le régime de Yaoundé en dépit de ses fanfaronnades oblige et qui provoque de véritables démangeaisons souverainistes à s’arracher peau. Mais quand le président est en difficulté, on se précipite dans des cours de droit international public pour réciter les devoirs de la Suisse envers notre institution présidentielle en divagation. Si la santé du président est à ce point défaillante, alors qu’on le dise au Camerounais. Le président Ahidjo s’était retiré du pouvoir pour des raisons de santé selon son épouse, alors que Biya en fasse autant et il n’y aura pas mort d’homme.

Douala le 5 juin 2019

Henriette EKWE

Journaliste

Cameroun - Elections législatives du 9 février 2020: Olivier Bibou Nissack (Porte-parole de Maurice Kamto) est-il candidat du MRC dans le département des Ba
Cameroon – Religion: Rt. Rev. Fonki Re-elected PCC Moderator, Rev. Miki Hans Abia Is New Synod Clerk
Pour sa restructuration, l’IAI va solliciter l’accompagnement de l’Union africaine et l’Unesco
Rwanda - Cameroun : les meilleures séquences vidéo du match
Charles Ndongo accuse cet organe de s’être entendu avec la CAF pour empêcher la CRTV d’avoir accès aux paramètres satellitaires nécessaires à la diffusion du match des éliminatoires de la CAN 2021 Rwanda-Cameroun disputé le 17 novembre 2019 à Kigali.
L’accélération des procédures envisagée en vue du démarrage du projet de tramway de Douala au Cameroun
Le footballeur à la retraite explique qu’il veut acquérir les compétences qui lui permettront de réussir dans sa nouvelle carrière d’entrepreneurs.
L’agenda du sommet extraordinaire de la Cemac gardé secret
En procurant au Gabon 60% de l’emprunt obligataire 2019-2024, le Cameroun se confirme comme place financière de la Cemac
Jumia entame un processus de suspension de ses activités au Cameroun, jugé peu mature pour l’e-commerce
Le DG de la Socaver suggère à l’État des abattements fiscaux pour encourager le recyclage des déchets par les entreprises
Au 3e trimestre 2019, les exportations des grumes camerounaises vers l’UE ont chuté de 20%, à 11 300 tonnes
Cameroun - Législatives 2020: Cabral Libii annonce une coalition avec l’UDC dans le Wouri
Tchèques et Belges lorgnent les projets énergétiques au Cameroun
De la pire incompétence de Paul Biya
Cameroun - Douala: Un chinois se fait arracher une mallette contenant 56 millions de FCFA par des badauds
Cameroun - Crise anglophone: Le cardinal Christian Tumi et l’évêque de Mamfe conduisent la campagne de sensibilisation aux résolutions du Grand dialogue na
Directive centrale du MPDR – PMDR relative au choix des Représentants Régionaux
France-Guinée équatoriale : Macron, Obiang et les biens mal acquis
Cameroun - Scandale : Le ministre de la santé exige 50.000 FCFA aux élèves sages-femmes pour l’établissement de leurs attestations de réussite
Cameroun - Forum de Paris sur la paix/Owona Nguini: «Paul Biya est un homme formé qui connait beaucoup de choses. Ceux qui ont voulu le piéger ont pu le cons
Cameroun - Réflexion/Dieudonné Essomba: «La loi réprimant le discours sur le tribalisme n’aura aucun effet sur le tribalisme»
Cameroon music icon, Daphne Njie, author of the popular hit ‘calée’ is said to be recovering from a malaise suffered during her performance at a show in the United States on Saturday November 16.
Cemac : vers la mise en place de nouveaux systèmes de détection précoce des défaillances des banques et microfinances
La camerounaise Djaïli Amadou Amal, lauréate du 1er Prix Orange du Livre en Afrique
Elections législatives et municipales : le RDPC, parti au pouvoir entre en zone de turbulence.
Au Cameroun, 2 316 entreprises sur 6 458 ont fermé entre 2009 et 2016, soit un taux de cessation de 36%
La marine française accoste au port de Kribi en prélude à un exercice militaire dans le golfe de Guinée
2ème Forum sur la paix : Le grand complot de Paris
Eric Niat: « Je remercie S.E Paul Biya »
Le pont sur la Sanaga, qui réduit la distance entre Yaoundé et Ngaoundéré de près de 200 Km, sera livré en février 2020
Risque d’éboulement, Mbankolo, les riverains de ce quartier vivent sous la menace permanente
Cameroun - Reconversion: Samuel Eto’o investit dans les paris sportifs
Cameroun - Football/Lions Indomptables: Voici la réponse de Patrick Mboma au tacle de Samuel Eto’o
Marathon international d’Abidjan: Le camerounais Justilin Foimi dompte les redoutables athlètes kenyans et remporte l’épreuve en 2h 22mn 55 sec.
Cameroon - Anglophone Crisis: Bamenda Regional Hospital Blood Bank Goes Empty
Le secrétaire général du Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, fait partie des personnalités reçues en audience dans la soirée du vendredi 15 novembre 2019 par le président de la République Paul Biya.
Allemagne-Grande soirée du Noun: Tout est fin prêt pour demain
La chanson « Djoukssa » de Falone Maty : euphorique musique !
Les mototaximen de Douala en phase avec Atanga Nji
Un Conseil d’administration extraordinaire pour sortir l’IAI de l’agonie
Cameroun : Maurice Kamto réorganise ses troupes
Législatives et municipales 2020 au Cameroun: Mamadou Mota «Allons-y pour nos mères et sœurs!»
Afrique centrale: Le nouveau Fcfa se prépare
THE VALUE OF PAUL BIYA’S CONFESSION TO THE STRUGGLE By Denis Atemnkeng
Accusé de violations de droits humains, la Guinée répond à Amnesty
Atanga Nji demande aux moto taximen de respecter les zones interdites
Cameroun - Région du Nord: Un chef de village octogénaire à la tête d’un gang de preneurs d’otages
Cameroun - Législatives et municipales 2020: Le MRC et le PCRN de Cabral Libii accusent l’administration de manœuvrer pour l’élimination de leurs candida
Cameroun/France - Santé: Les jumelles siamoises nées à l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé ont été opérées avec succès à Lyon
Au cours de sa sortie médiatique le 14 novembre 2019 sur quatre chaînes de télévision (CRTV, Canal 2, Vision 4, STV2), l’ancien capitaine des Lions Indomptables est revenu sur la non sélection de son fils pour la Coupe du monde des U17 en cours au Brésil.
Forum de la Paix: Le Voyage de Trop à Paris
Drôle de créature
L’arrivée d’un nouveau directeur fait grincer les dents à l’usine Cimencam de Figuil, dans le nord du Cameroun
Campost, entreprise postale publique du Cameroun, satisfaite des premières retombées de son plan de restructuration
Socaver, filiale du brasseur camerounais SABC, investit 5,3 milliards de FCFA pour doper sa production d’emballages
Drogba "se décidera vite" pour briguer la présidence de la Fédération ivoirienne e foot
Cameroun – Samuel Eto’o à propos de Nathalie Koah: «C’est une histoire sombre de mon passé… j’ai tiré un trait là-dessus»
La réforme du franc CFA, un chantier économique et diplomatique compliqué
L’ancien capitale des Lions indomptables de football regrette d’avoir combattu Iya Mohammed, l’ex président de la Fédération camerounaise de football, emprisonné depuis six ans pour des accusations de détournement de fonds publics.
Cameroun: Les Lions indomptables de football espoirs éliminés du second tour de la CAN Egypte U23 et des Jeux olympiques Tokyo 2020.
Cameroun - Coopération: La République Tchèque veut investir dans le secteur forestier et Faunique
Ce comptable qui «touche» le salaire d’un militaire
Ce comptable qui «touche» le salaire d’un militaire
Egypte - Cameroun : arrivée en chanson des Lions au stade
Corridor Brazzaville-Yaoundé : le Congo livre son tronçon, long de 312 Km, en 2020
Diaspora - Discorde: Pour avoir marché sur le drapeau français en soutien à Paul Biya, « General El Chenou » est accusé de trahison envers Maurice Kamto
Égypte - Cameroun : le onze de départ de Rigobert Song
Cameroon - Electoral Fever: SDF Goes Back To Its Vomit Again, Attends November Parliamentary Session
PATRICE EKWE EDIMO SILO APPELLE À UNE ALLIANCE M.P – R.D.P.C
Brésil : la moitié des footballeurs noirs victimes de racisme (média)
Le Centre Hospitalier Universitaire de Yaoundé se meurt: La lettre de la COMICODI au MINSANTE
La lutte contre la drogue et la sécurité des frontières au menu d’un conclave des chefs de police d’Afrique centrale
Antonio Conceiçao : « L’équipe a joué pour gagner »
Cameroun/Allemagne – Wilfried Ekanga (MRC): « Aller à ces élections dans le cadre actuel, c’est foncer droit vers la fournaise. Elle entraînera plus de
Cameroun - Session parlementaire de novembre 2019: Le SDF pose ses conditions pour participer aux travaux
Le gouvernement soumet au parlement un projet de modification du Code pénal, pour sanctionner le tribalisme au Cameroun
Cameroun - Repli identitaire: Une loi contre le tribalisme sur la table des députés
Le sac d’oignons atteint le prix record de 120 000 FCFA à Yaoundé, soit 6 fois plus que d’habitude
Cameroun - Budget 2020: 3 milliards de FCFA pour la mairie de Douala 3ème
Cameroun – Elections 2020/Cabral Libii: «Je serai candidat à la députation mais, la vraie fraude a commencé»
Le footballeur camerounais Jean II Makoun signe un partenariat avec Upowa, pour promouvoir le solaire
Ils insistent davantage sur la présentation d’un projet de loi portant sur le statut spécial des régions anglophones.
Commerce, financements, investissements : la Chine devance largement les États-Unis au Cameroun en 2018
MTN prend de l’avance sur ses concurrents sur le marché de numérisation de la fonction publique camerounaise
Wafa Assurance finalise le rachat de Pro Assur et renforce l’empreinte marocaine dans l’assurance au Cameroun
15 entreprises suspendues pour exploitation forestière illégale
Cameroun - Cap-Vert : match nul sans but pour les Lions
Cameroun – griefs: Pr Messanga Nyamnding: « Les gens du MRC nous font peur comme les « Ndjoundjou Kalaba »
Cameroun – Sollicitude: L’internationale camerounaise Nchout Njoya Ajara offre sa prime de victoire face à la Cote- d’ivoire aux victimes de la tragédie
Cameroun – Eliminatoires CAN 2021 : Les officiels cherchent un terrain à Douala pour les Lions indomptables de football
Cameroon - "For Before, For Back": Fru Ndi Instructs Incumbent SDF MPs, Municipal Officials To Compile Candidacy Files For February 9 Twin Elections
Cameroun – Échéances électorales: Le Social Democratic Front (SDF) va participer aux élections législatives et municipales en février 2020
Cameroun - Elections Législatives et Municipales du 9 février 2020: Les potentiels candidats ont jusqu’au 25 novembre 2019 pour déposer leurs dossiers de c
Législatives et Municipales 2020 :Le SDF décide de se présenter au double scrutin de février 2020