Nom de domain Hebergement web téléphonie VoIP SMS

Abus et détentions au secret à la prison de Yaoundé ; dis

Abus et détentions au secret à la prison de Yaoundé ; disparitions forcées

Les autorités camerounaises ont détenu plus d’une centaine de personnes au secret et torturé un grand nombre d’entre elles dans un centre de détention à Yaoundé, la capitale du Cameroun, entre le 23 juillet et le 4 août 2019.

Les détenus ont été transférés vers ce centre, le Secrétariat d’État à la défense (SED), le lendemain matin d’une émeute de détenus à la prison centrale de Yaoundé le 22 juillet pour protester contre la surpopulation, les conditions de vie désastreuses et les retards dans le traitement des dossiers devant les tribunaux. Nombre d’entre eux étaient détenus parce qu’ils étaient soupçonnés de faire partie de groupes séparatistes armés opérant dans les régions anglophones du Cameroun ou de les soutenir. Depuis fin 2016, un cycle de manifestations civiles dans ces régions suivies de répression gouvernementale a dégénéré en hostilités entre les forces gouvernementales et des groupes séparatistes armés, faisant plus de 2 000 morts. Parmi les autres détenus figuraient des membres et des partisans du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), un parti d’opposition.

« Ces récits crédibles de torture et d’abus au Secrétariat d’État à la défense ne sont malheureusement pas les premiers, mais seulement les plus récents », a déclaré Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch. « Le fait que les forces de sécurité semblent se croire libres de torturer les détenus et de les soumettre à d’autres abus est la conséquence directe de l’attitude du gouvernement camerounais consistant à fermer les yeux sur les rapports documentant ces abus – mais le monde entier observe la situation de près. »

Dans un communiqué de presse du 2 août, le ministre de la Communication René Emmanuel Sadi a confirmé le transfert de 224 prisonniers depuis la prison centrale vers des unités de police et de gendarmerie à Yaoundé pour y faire l’objet d’interrogatoires, sans pour autant préciser de quels centres il s’agissait.

Human Rights Watch a établi qu’au moins une centaine de ces prisonniers avaient été conduits au SED. Pendant près de deux semaines, le lieu où se trouvaient la majorité d’entre eux était inconnu. Lorsque la détention d’individus est suivie d’un refus soit de reconnaître leur détention, soit de révéler leur sort ou le lieu où ils se trouvent, cela constitue une disparition forcée, autrement dit une atteinte flagrante aux droits humains, a indiqué Human Rights Watch. Le 3 août, soit le lendemain de la reconnaissance officielle du lieu de détention des hommes, certains avocats ont enfin pu rencontrer certains de leurs clients au SED.

Human Rights Watch a mené des entretiens avec 14 personnes qui avaient été détenues au SED, qui ont toutes déclaré avoir été torturées et détenues au secret pendant toute la période où elles s’y trouvaient, et recueilli des témoignages dignes de foi indiquant que des dizaines d’autres avaient également été torturées. Human Rights Watch s’est par ailleurs entretenue avec des parents de détenus et six avocats qui lui ont fourni des renseignements sur leurs clients et leurs conditions de détention.

Un détenu de 29 ans de Kumba, dans la région du Sud-Ouest, a ainsi déclaré : « On nous a traités comme des animaux ; on nous battait deux fois par jour avec des matraques en bois et des machettes. Les conditions d’hygiène étaient abominables. »

Le 4 août, tous les prisonniers qui avaient été transférés au SED ont été ramenés à la prison centrale. Des avocats ont expliqué à Human Rights Watch que le 6 août, au moins 80 des détenus reconduits à la prison centrale avaient été inculpés devant un tribunal de première instance de Yaoundé pour « rébellion, tentative d’évasion, destruction de biens et vol ».

Certains avocats n’ayant pas été autorisés à entrer dans le tribunal, leurs clients n’ont pas été représentés pendant leur inculpation. Ceux qui avaient pu voir leurs clients avant ont déclaré à Human Rights Watch que leurs clients leur avaient dit avoir été torturés au SED. Certains présentaient des signes de torture, ont précisé les avocats.

Un avocat qui représente huit prisonniers de partis d’opposition faisant partie de ceux qui avaient signalé des cas de torture a commenté : « Je me suis entretenu avec mes clients le 6 août à l’extérieur du tribunal. J’ai vu des horreurs. Ils avaient tous des cicatrices sur le corps à cause de la torture subie au SED, et des blessures à la tête. Ils m’ont dit avoir été sévèrement battus au SED au moins deux fois, dans leurs cellules, par des gendarmes et d’autres gardiens avec des gourdins. Ils m’ont aussi dit avoir été interrogés sous la menace d’une arme. »

Le droit relatif aux droits humains interdit formellement toute forme de traitement inhumain et dégradant de détenus ; le droit camerounais dispose en outre que les détenus ne peuvent faire l’objet de contraintes physiques ou mentales, ou d’actes de torture, et que leur avocat et leur famille devraient pouvoir leur rendre visite à tout moment.

Human Rights Watch a précédemment rendu compte du recours généralisé à la torture et aux détentions au secret au SED, visant principalement des détenus soupçonnés d’entretenir des liens avec des groupes séparatistes armés. Depuis au moins 2014, cette prison sert de centre de détention au secret et de torture des prisonniers. La torture est omniprésente dans tout le pays, aussi bien dans les centres de détention officiels que non officiels.

En décembre 2017, le Comité contre la torture des Nations Unies a déclaré que le gouvernement camerounais devrait veiller à la réalisation d’enquêtes rapides, efficaces et impartiales sur toutes les allégations de torture, de mauvais traitements et de détention au secret, et poursuivre en justice et punir de manière appropriée les auteurs de ces abus. Le gouvernement n’a pris aucune mesure pour mettre en œuvre cette recommandation.

Le 15 août, Human Rights Watch a envoyé un courrier avec ses conclusions à Ferdinand Ngoh Ngoh, secrétaire général de la présidence, sollicitant une réponse à ses questions mais le gouvernement n’a pas répondu.

« Les autorités camerounaises chargées de l’application des lois semblent prêtes à torturer sans crainte de répercussions », a déclaré Lewis Mudge. « Les signalements de tels abus se multiplieront tant que les partenaires internationaux du Cameroun ne feront pas en sorte d’exhorter le gouvernement à prendre des mesures. »

Émeute dans la prison le 22 juillet et transfert au SED

D’après des médias, les protestations du 22 juillet à la prison centrale se sont transformées en émeute lorsque les détenus ont pris possession de certaines sections de l’établissement pénitentiaire. Human Rights Watch a analysé des vidéos et images montrant des bâtiments en flammes et des tirs de coups de feu alors que les forces de sécurité tentaient de reprendre le contrôle de la situation. Human Rights Watch n’a pas été en mesure de confirmer si des balles réelles ont été utilisées, mais d’autres rapports indiquent que cela a été le cas.

Human Rights Watch a entendu des rapports dignes de foi selon lesquels, tout en tentant de rétablir l’ordre, les autorités ont battu des détenus, notamment ceux qu’elles soupçonnaient d’être responsables de l’émeute.

Des avocats de membres et de partisans du MRC ont déclaré que leurs clients pensaient avoir été ciblés pour les passages à tabac, notamment le vice-président du MRC, Mamadou Mota, détenu depuis le 1er juin. Mota a été arrêté pour avoir mené des protestations réclamant la libération du président du MRC, Maurice Kamto, arrêté le 30 janvier. Mota et Kamto attendent tous les deux d’être traduits devant le tribunal militaire de Yaoundé.

Les avocats de Mota ont déclaré à Human Rights Watch qu’un gardien de prison et un gendarme l’avaient battu à la prison centrale, lui fracturant un bras, et qu’il avait ensuite été emmené au centre de la Direction de la sécurité, où il avait été maintenu à l’isolement pendant 12 jours. Il a pu voir ses avocats quatre jours après son arrivée. D’après ce que Human Rights Watch a pu déterminer, Mota serait le seul détenu – parmi ceux qui ont été transférés depuis la prison centrale vers d’autres centres – à avoir pu rencontrer ses avocats avant le 3 août.

Après la répression de l’émeute, une centaine de détenus ont été transférés au SED.

Un détenu de 30 ans de la région du Nord-Ouest a déclaré à Human Rights Watch :

Le 23 juillet, vers une heure trente du matin, les gardiens de la prison centrale nous ont tous déplacés ; ils ont dit que tous les « Ambazoniens » [Anglophones] devaient partir. On m’a emmené au SED juste avec la chemise que j’avais sur le dos. Je me suis retrouvé à côté de dizaines d’autres Anglophones. On nous a sévèrement battus. On nous a emmenés dans des cellules au sous-sol sans lumière du jour.

Détention au secret

Les 14 détenus interrogés par Human Rights Watch ont expliqué avoir été détenus au SED pendant 12 jours avant d’avoir pu s’entretenir brièvement avec des avocats le 3 août.

Cinq membres des familles de détenus ont déclaré n’avoir appris que le 3 août où se trouvaient leurs proches, et que lorsqu’ils avaient contacté le SED pendant les dix jours précédents pour s’enquérir des détenus, l’accès leur avait été refusé et personne n’avait officiellement reconnu qu’ils se trouvaient effectivement dans ce centre.

L’épouse d’un détenu anglophone arrêté fin 2016 à Bamenda, dans la région du Sud-Ouest, qui avait été détenu à la prison centrale de Yaoundé, a déclaré :

J’étais sans nouvelles de lui depuis le 23 juillet. L’avocat m’a dit qu’il avait fini par le voir au SED, mais je ne lui ai pas parlé. J’étais très inquiète, parce qu’il avait déjà été torturé au SED auparavant. Quand je suis allée à Kondengui [la prison centrale] le jour de l’émeute, on m’a interdit d’entrer. Je suis allée au SED et un gardien m’a dit qu’un grand nombre de ceux qui avaient été transférés depuis la prison centrale étaient détenus au SED. Mais il ne m’a pas laissé entrer.

L’avocat de trois hommes dont on était sans nouvelles du 22 juillet au 3 août a déclaré que les autorités pénitentiaires ne lui avaient donné aucun renseignement et que l’accès au SED lui avait été refusé : « Je suis allé au SED les 24 et 25 juillet. Je n’ai pas pu entrer. Les gardiens m’ont dit que je ne pouvais pas entrer et ne m’ont fourni aucune autre information. »

Un détenu de 41 ans de Ndu, dans la région du Nord-Ouest, a déclaré :

Au SED, personne n’avait accès à sa famille. Ma famille a dû croire que j’étais mort. Des avocats sont venus la veille du jour où on nous a ramenés à Kondengui [prison centrale]. Mais pendant 12 jours, on a été détenus au secret, sans accès au monde extérieur. Si vous demandiez à voir quelqu’un, on vous battait sévèrement.

Un homme de 25 ans de la région du Sud-Ouest a indiqué :

Nous n’avons vu personne d’autre que les gardiens, qui n’ont fait que nous battre et nous insulter pendant deux semaines. Nous n’avions pas accès à l’extérieur et ne pouvions appeler personne ; nous ne pouvions pas voir nos avocats et nos familles. C’était un cauchemar.

Torture

Les 14 détenus interrogés ont tous déclaré avoir été torturés au SED. Ils ont précisé avoir été battus avec différents objets, notamment des bâtons en bois, des planches, des fils électriques, des machettes et des fusils.

Un homme de 37 ans de Bamenda a déclaré que des gendarmes avaient tenté de l’étouffer : « Les gendarmes m’ont mis un morceau de tissu sur le nez et m’ont battu. J’ai été torturé comme ça, sévèrement battu plusieurs fois aux jambes et au dos. »

Un avocat qui représente des détenus anglophones et qui a eu la permission de rendre visite à ses clients le 3 août a expliqué :

Ce que j’ai vu était insupportable. La bonne nouvelle, c’est qu’ils n’étaient pas morts, mais certains étaient horriblement mal-en-point physiquement et psychiquement. L’un d’eux, qui avait une lacération à la tête, avait subi sept points de suture sans anesthésie. Un autre avait également plusieurs lacérations à la tête et avait reçu 12 points de suture, de nouveau sans anesthésie. J’ai vu des détenus blessés. Nous en avons rencontré 80, après avoir essayé de les voir pendant 12 jours. Nos clients nous ont dit avoir été forcés sous la menace d’une arme à mettre un tee-shirt et des vêtements fournis par les gardiens du SED juste pour nous rencontrer, car lorsqu’ils avaient été amenés ici et pendant leur séjour, ils devaient rester nus ou à moitié nus.

Un détenu anglophone de 32 ans de Bamenda, dans la région du Nord-Ouest, a déclaré :

On m’a battu, emmené de Kondengui à moitié nu. J’ai été amené au SED avec d’autres détenus, pour la plupart des Anglophones. J’ai été détenu dans une petite cellule au sous-sol avec une vingtaine d’autres personnes. Les gardiens nous ont battus avec des bâtons et des fils électriques. J’ai été tabassé comme un serpent. La nourriture et l’hygiène étaient tout simplement déplorables.

Un détenu de 26 ans de la division de Manyu, dans la région du Sud-Ouest, a quant à lui expliqué :

Les passages à tabac ont commencé à Kondengui et se sont poursuivis au SED. On nous a très mal traités et battus au moins deux fois par jour, le matin et le soir, avec des fils électriques, des gourdins et des machettes. Nous avons dormi sur le sol mouillé pendant deux semaines. Nous n’avons pas eu accès au moindre service médical.

Comme cela a déjà été documenté par Human Rights Watch, les conditions de détention au SED sont épouvantables, avec un manque d’hygiène, d’installations sanitaires et de soins médicaux. Les détenus ont également fait part d’une surpopulation, d’une nourriture inadéquate et insuffisante et d’un manque d’accès à l’air frais.

Cameroun - Accès à l’énergie: Des centrales solaires photovoltaïques d’une capacité de 100,5 MW bientôt construites dans les régions septentrionales
Cameroun - Médias: Le Syndicat national des journalistes du Cameroun crée le Conseil national d’éthique et de déontologie pour protéger les citoyens «fa
Cameroun - Critique contre les Beti: La sénatrice Nicole Okala Bilaï prend la défense de Jean Pierre Amougou Belinga
Cameroun - Carnet noir: L’ancien ministre chargé de mission à la Présidence, John Ebong Ngole, est mort
Cameroun - Performance: Gaz du Cameroun réalise un chiffre d’affaires de près de 12 milliards de FCFA en 2019
Cameroun - Crise Anglophone: Sons discordants en "Ambazonie" au sujet des négociations de cessez-le-feu avec Yaoundé
Engagé dans ce qu’il a lui-même appelé «un processus de grande réalisation», Jean Pierre Amougou a visité, le 2 juillet 2020, le chantier de construction de ses deux tours jumelles dans la ville de Yaoundé.
Un projet de pont frontalier entre Mfum et Ekok, pour doper les échanges commerciaux entre le Cameroun et le Nigeria
En février 2020, les banques du Cameroun ont capté 20% de la liquidité injectée dans le système bancaire par la Beac
Qu’est-ce que l’économie numérique ?Powered by Froala Editor
En février 2020, les pays de la Cemac ont mobilisé 168 milliards de FCFA par BTA contre aucune émission en OTA
Les transferts d’argent au Cameroun, de la banque vers le mobilePowered by Froala Editor
Football : la CAN au Cameroun reportée à 2022 en raison du coronavirus
Quel avenir pour les transferts d’argent mobiles au Cameroun ?Powered by Froala Editor
Cameroun - Polémique: Joseph Antoine Bell répond à Richard Bona sur la question de l’alternance
Cameroun – Abus: Le journaliste de la CRTV Moki Edwin Kindzeka malmené par des policiers pour s’être exprimé en anglais
Passé colonial belge: "regrets" historiques du roi Philippe aux Congolais
Crise politique en RDC: Tshisekedi met en garde ses partenaires pro-Kabila
Les entreprises camerounaises les plus rentables en 2020Powered by Froala Editor
Enjeux et défis de l’économie numérique au CamerounPowered by Froala Editor
Cameroun - Frontière Cameroun/Guinée Équatoriale/Joseph Beti Assomo (ministre de la Défense): «En ce qui nous concerne côté camerounais, nous ne voyons p
BTP : le coronavirus ampute d’un demi-milliard de FCFA le budget de la Mission de promotion des matériaux locaux
Cameroun - Lutte contre le Coronavirus: 70 hygiénistes communautaires de la région de l’Est formés à la prévention et au contrôle de la maladie
Déjà plus de 2400 demandes d’emploi enregistrées au Douala Grand Mall pour ses 160 enseignes qui ouvriront en septembre
Cameroun - Soutien: Plus de 80 avocats prennent d’assaut les locaux de la direction régionale de la Police judiciaire du Sud-Ouest à Buea
Cameroun - Co-working: Le ministre des Petites et Moyennes Entreprises, Achille Bassilekin III, inaugure ‘’Africa Business Center’’ à Yaoundé
Relance du projet de poste de contrôle unique de Koutéré pour faciliter le commerce frontalier entre le Cameroun et le Tchad
Cameroun - Représailles: Bibou Nissack (porte-parole de Maurice Kamto) a peur pour sa famille
Face au faible recouvrement de la taxe d’intégration, la Commission de la Cemac suggère de créer de nouveaux prélèvements
Cameroun - Enseignement Supérieur: Les docteurs PhD recrutés dans les universités d’Etat organisent une marche de soutien à Paul Biya
Cameroun - Football/CHAN 2020 et CAN 2021: La CAF se prononce ce jour
Cameroun - Pêche et Aquaculture: Le ministre des Pêches et des Industries Animales, Dr Taïga, offre du matériel de travail aux pêcheurs
Cameroun - CAN 2021/Abel Mbengue (porte-parole du COCAN): «Par expérience, aucune tendance n’est à l’annulation»
Cameroun - Succession de gré à gré/Oumarou Fadil (membre influent du RDPC): «Le pouvoir n’est pas dans les rues encore moins dans les réseaux sociaux ou
Le Cameroun enregistre un déficit de production du maïs de plus 500 000 tonnes au cours de l’année 2019
Élimination du commerce illicite du tabac : les industriels camerounais redoutent un coup tordu des multinationales
Cameroun - Athlétisme: La lanceuse camerounaise Auriol Dongmo change de nationalité
Cameroun - Education: Plus de 180.000 élèves à l’assaut du concours d’entrée en 6ème ce 30 juin 2020.
Cameroun - Coronavirus: L’OMS offre 183 concentrateurs d’oxygène au Cameroun pour près de 79 millions FCFA
Zambo-Anguissa et Villarreal aux portes du top 4 en Liga
Cameroun - Gendarmerie Nationale: Le Groupement de la circulation routière reçoit du matériel moderne de surveillance des voies de communication
Cameroun - Stade d’Olembé: L’entreprise MAGIL reporte la livraison du chantier au mois de novembre 2020
Cameroun - Institution: Après trois années passées à la BAD, le camerounais Célestin Monga retourne à la Banque Mondiale
Cameroun - Kye-Ossi (Sud): La disparition de deux Camerounais ravive les tensions entre Camerounais et Equato-guinéens aux frontières
Cameroun - Invention: Un compteur intelligent inventé pour contrôler la consommation à distance de l’énergie électrique 
Cameroun - Affaire des biens de feu Marc-Vivien Foe/Martin Amougou Foé (père de Marc-Vivien Foe): «Marie Louise a simplement profité de mon absence du Came
Cameroon: Anglophones sidelined from influential posts in new appointments at CRTV
Au Cameroun, le Covid-19 plombe le budget d’investissement public (BIP), exécuté à 17% au premier semestre 2020
Cameroun - Collectivités territoriales décentralisées: Le Ministre de la Décentralisation, Georges Elanga Obam, évalue les compétences transférées dix a
Au Cameroun, le Covid-19 plombe le budget d’investissement public (BIP), exécuté à 17% au premier semestre 2020
Cameroun - Enseignement supérieur: Le ministre Jacques Fame Ndongo ne reconnaît par les diplômes de Doctorat et Phd délivrés par l’Institut Panafricain d
Cameroun - Crise anglophone: L’armée annonce la libération de deux otages dans le Donga Mantung (Nord-Ouest) 24h après leur kidnapping
Roland Maxime Ak’a Ndi’i prend les rênes du Chantier naval et industriel du Cameroun, suite au décès d’Alfred Nforgwei
Cameroon – COVID-19: Cameroonians barred from entering European Union when borders reopen on July 1
La start-up camerounaise Ndoto Sarl conçoit un compteur électrique intelligent permettant de réduire la fraude
Burundi: un nouveau gouvernement dominé par les durs du régime
Covid-19 : les échanges commerciaux globaux du Cameroun régressent de 16% au premier semestre 2020
Hon. Joshua Osih, 1st Vice National Chairman of the opposition Social Democratic Front, SDF, has called on the Head of State to restrict travels into Cameroon for citizens of the European Union.
Vient de paraître: Il y a des Camerounais qui vous aiment de Marie Louise Eteki Otabela
Cameroun - Salubrité: Célestine Ketcha Courtes, ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, lance le concours «Ville la plus propre» 2020 à Douala
Cameroun - Dénonciation/Pr Jean Bahebeck (universitaire, militant de l’UPC): «Les Bassa sont la seule tribu du Cameroun dispersée dans trois régions… Le
Cameroun - Assemblée Nationale/Koupit Adamou (député UDC): «Pour le moment, il n’y a aucun projet de loi de modification de la Constitution ou sur le Code
Cameroun - Ouest: Le Préfet du département du Ndé somme le nouveau Sous-Préfet de Bazou de se marier
Cameroun - Diocèse de Bafoussam (Ouest): Un prêtre sanctionné pour avoir participé à une danse cultuelle d’une société sécrète à Bandjoun
Dans perspective de la Zlecaf, Mbarga Atangana remet sur la table la création de l’Agence de promotion des exportations
Cameroun - TIC: Le deuxième Forum sur l’Innovation et les Technologies émergentes se prépare !
Le port de Douala crée, en PPP avec Business Facilities Corporation SA, une filiale dédiée à la gestion du pesage
Cameroun - TIC: La 5ème édition du concours HUAWEI «SEEDS FOR THE FUTURE 2020» prévue au mois de septembre à Yaoundé
Un gang sème la terreur au marché Central de Douala.
Cameroun - Positionnement/Bayero Fadil (militant du RDPC): «Nous voulons démontrer que le septentrion uni peut soit faire d’un homme Président de la Répub
L’Australien Avima Iron Ore choisit d’exporter ses minerais de fer du Congo via le port de Kribi
L’agro-industriel Hevecam, filiale camerounaise de Corrie MacColl, annonce des licenciements économiques
Opportunisme : Kamto pour une militarisation étrangère au NOSO
Stade Omnisports Paul Biya : des avancées, mais il reste du travail
Le Président Mouvement Patriotique pour un Cameroun Nouveau ne lâche pas d’une semelle le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun et allié d’hier, dont il regrette amèrement d’avoir fait la rencontre.
Cameroun - Concertation: La sécurité à la frontière du Cameroun et de la Guinée équatoriale préoccupe les présidents Paul Biya et Theodoro Obiang Nguema
Cameroun - Crise: HEVECAM va licencier des employés pour «motif économique»
Cameroun - Insécurité: Le nouveau dispositif sécuritaire dans la ville de Yaoundé produit ses premiers résultats.
Crise: Le Zimbabwe plus que jamais au fond du trou
Indépendance du Congo: Lumumba, icône inusable des luttes anticoloniales
Cameroon, Equatorial Guinea, Begin Border Demarcation Talks In Yaoundé June 29 After Clashes
Dans son 20h du 26 juin 2020, la chaine de télévision Vision 4 a réglé ses comptes avec des personnalités qui ont lancé, selon elle, le mot d’ordre de boycott des médias du groupe l’Anecdote.
Cameroun: Décès de l’ancien vice-président de l’Assemblée nationale, Charles Moukouri Manga Bell.
LA DOUBLE NATIONALITÉ SANS DEMOCRATIE, SANS JUSTICE ET SANS LIBERTÉ EST UN LEURRE
Cameroun - Tension: Sam Mbende raconte l’histoire de la résolution manquée du conflit entre Richard Bona et les autorités camerounaises
Cameroun - Humanitaire: La footballeuse internationale camerounaise, Jacquette Ada, crée sa Fondation
Cameroun - Football/Mercato: L’international camerounais Frank Boya rejoint Antwerp, un club belge de première division
Cameroun - Lutte contre le Covid-19: Le Camerounais Alain Nkontchou, co-fondateur d’Enko Capital, offre du matériel médical d’une valeur de 120 millions d
Cameroun - Représailles: Marlène Emvoutou menace de «déshabiller» Amougou Belinga, le patron de Vision 4
Cameroun - Accueil: A peine né, le "Mouvement 10 millions de Nordistes" récolte déjà des réactions hostiles
Cameroun - Formation: La FIFA va dispenser des cours de recyclage à 30 arbitres camerounais pour renforcer leurs capacités
Christophe Guilhou : « Je ne suis pas le porte-parole de Paul Biya »
Enquête - Evasion fiscale: L’Afrique perd 224 milliards de dollars chaque année
Cameroun - Initiative: Le journaliste Guibai Gatama lance le «Mouvement 10 millions de Nordistes»
Cameroun - Parlement: Trois nouveaux députés admis à l’Assemblée nationale