Nom de domain Hebergement web téléphonie VoIP SMS

L’ancien secrétaire d’Etat adjoint des Etats-Unis en ch

L’ancien secrétaire d’Etat adjoint des Etats-Unis en charge des affaires africaines (1989-1993) donne son avis sur la crise anglophone.

Vous avez aujourd’hui 87 ans et n'assumez plus de fonction officielle. Cependant, vous suivez des affaires internes à des pays dans le monde et en Afrique et n’hésitez pas à donner votre avis. C’est une passion pour les affaires publiques ? Un peu de nostalgie de votre carrière de diplomate ?
C’est plutôt une passion pour les affaires publiques et surtout pour les affaires africaines. J’ai un attachement à l’Afrique depuis très longtemps et je voudrais continuer à promouvoir le développement de l’Afrique.

Pourquoi précisément l’Afrique ? Comment comprendre votre intérêt pour ce continent ? Promouvoir le développement de l’Afrique, de quelle manière ?
J’ai un cabinet de consulting depuis 1994 (Herman and Woods, ndlr) et j’ai des clients. Surtout des sociétés américaines qui cherchent à investir, qui cherchent à faire du commerce et donc, comme je connais beaucoup d’Africains, beaucoup de dirigeants ; je crois que je peux apporter une contribution au développement de l’Afrique avec les conseils que je donne aux investisseurs potentiels.

Votre cabinet conseille actuellement les investisseurs dans quels pays africains ?
Au Sénégal par exemple, il y a 18 mois, nous avons inauguré un nouveau centre électrique. Ça c’était un investissement privé d’une société américaine, avec un contrat de vendre l’électricité dans ce pays pendant 20 ans. C’est moi qui ai négocié ça et je crois que c’est une contribution qui sera utile aux habitants de Dakar et aux industries qui ont besoin d’électricité.

Parlons du Cameroun. Quel souvenir gardez-vous de ce pays ? Y avez-vous des liens particuliers ?
Quand j’étais plus jeune, j’étais au département d’Etat ; nous avons reçu la visite de l’ancien président, Ahmadou Ahidjo. C’était en 1972. Il n’était pas en visite officielle, c’était une visite privée. Il a reçu des invitations pour visiter plusieurs entreprises et plusieurs Etats. Mon patron m’a demandé de l’accompagner et d’être son interprète. J’ai donc eu l’occasion de bien faire sa connaissance pendant son voyage. J’ai aussi dirigé la division Afrique centrale du Département d’Etat et je me suis rendu assez souvent au Cameroun et j’ai beaucoup apprécié le Cameroun parce que c’était le pays d’Afrique centrale ayant la meilleure gouvernance économique.

Vous vous êtes rendus une fois dans les régions anglophones ?
Oui. J’ai visité Bamenda, j’ai visité Buea. Je me rappelle d’une plage avec du sable noir. J’ai passé pas mal de temps dans ces régions.

Des groupes séparatistes armés revendiquent aujourd’hui l’indépendance de ces régions. Le 1er octobre, sur votre page Twitter, vous avez souhaité un bon anniversaire d’Indépendance
aux populations de ces régions. Cela a été perçu comme un soutien de votre part à leur prétention séparatiste. Est-ce exact ?
Non. Pas du tout. Je ne suis pas du côté des séparatistes ni d’autres groupes politiques. Ce que je souhaite, c’est que la culture anglophone continue, qu’elle ne soit pas écrasée par les francophones. Quand ils ont eu leur indépendance en 1961 sous le mandat des Nations Unies, il leur a été demandé s’ils voulaient se rattacher au Nigeria ou au Cameroun dans un système fédéral. Et dans ce système fédéral, il y avait une très grande autonomie pour l’éducation, pour la justice et pour beaucoup de choses. A mon avis, le referendum de 1972 qui a aboli ce système fédéral était illégal.

Pourquoi pensez-vous que ce référendum était illégal ?
Parce que les Anglophones ont opté pour une fédération sous le mandat des Nations Unies. Le référendum de 1972 a permis à la majorité francophone de supprimer la fédération. C’était illégal.

Donc, il aurait fallu organiser un référendum uniquement dans ces régions anglophones ?
Non. Il ne fallait pas du tout organiser ce référendum. Le système fédéral marchait très bien. Les Anglophones avaient leur autonomie mais en même temps, ils faisaient partie de la fédération. Il y avait un vice-président anglophone. Anglophones et Francophones utilisaient la même monnaie, ils avaient une politique extérieure commune mais les Anglophones préservaient leur culture et ça marchait très bien. Je ne voyais aucune raison de changer ça.

Il faut quand même préciser que plusieurs dirigeants anglophones ont donné leur caution à a ce référendum. Ce qui l’a rendu légitime…
Moi j’ai reçu plusieurs Anglophones qui, à cette époque-là, dénonçaient déjà ce référendum. Plus tard, quand j’ai quitté le département d’Etat pour la coalition mondiale pour l’Afrique, c’était quasiment tous les mois que des leaders anglophones s’en plaignaient. Peut-être qu’en 1972, le président Ahidjo leur avait fait la promesse que rien ne changerait.

La lutte armée des séparatistes est-elle justifiée ?
C’est dommage qu’ils aient pris des armes. Moi je suis contre la violence. C’est dommage d’en être arrivé là. Une solution aurait pu être trouvée bien avant.

Certains séparatistes vous ont choisi pour être leur interlocuteur dans le cadre des négociations avec le gouvernement camerounais. Vous avez décliné l’offre. Pourquoi ?
Dans la diaspora camerounaise aux Etats-Unis, il y a effectivement des gens qui soutiennent les séparatistes et qui m’ont contacté pour être leur représentant dans les négociations. Je leur ai dit non. Il vaut mieux avoir un médiateur gouvernemental pour trouver une solution pour que ce soit appliqué.

Quand vous dites un médiateur gouvernemental, vous pensez à un gouvernement en particulier ?
J’ai vu dans les journaux que le gouvernement suisse a fait une offre. Je crois que c’est une bonne idée. Ils ont de l’expérience dans les médiations. Ils sont neutres. Donc, je crois que ce sera une bonne chose d’accepter l’offre suisse. Je propose aussi les Etats-Unis. Les Etats-Unis ne sont pas volontaires mais je pense que si les deux parties le demandent, notre gouvernement peut accepter. Quand j’étais aux affaires, nous avons fait la médiation pour arrêter la guerre entre l’Erythrée et l’Ethiopie. Tout comme en Angola entre le gouvernement et l’Unita. Au Mozambique aussi entre le gouvernement et la RENAMO. C’est toujours mieux d’avoir un gouvernement comme médiateur parce que les décisions ont plus de chance d’être appliquées.

Etes-vous néanmoins prêt à vous associer aux négociations si les séparatistes, le gouvernement camerounais et la Suisse vous sollicitent ? Vous avez quand même une expérience certaine et, une importante diaspora camerounaise se trouve ici aux Etats-Unis…
Au début de l’interview, vous avez dit que j’avais 87 ans. Donc, je suis trop vieux. C’est un peu trop de stress pour un travail comme ça. Je préfère laisser ça au gouvernement suisse, au gouvernement américain ou un autre gouvernement. Pourquoi pas l’Union Africaine qui a déjà une bonne expérience pour ce genre de médiation.

L’ambassade des Etats-Unis au Cameroun a publié un communiqué dans lequel elle affirme que les Etats-Unis sont « neutres » dans le conflit. Au Cameroun, certaines voix officielles reprochent au gouvernement américain d’abriter et de protéger plusieurs séparatistes. Quel commentaire en faites-vous ?
Je crois que c’est une bonne chose d’être neutre. Les Etats-Unis ne sont pas impliqués directement dans le conflit mais je crois que si on sollicite notre pays, le gouvernement va contribuer. Protéger les séparatistes ? Je crois que c’est un nonsens. Selon notre constitution, toute personne qui vit aux Etats-Unis a le droit d’avoir son opinion. S’ils envoient des armes au Cameroun, ce serait une violation de nos lois. Mais, ils ont parfaitement le droit de parler de séparatisme.

Donc, si le gouvernement camerounais présente les preuves que certains envoient des armes ou financent la guerre, les Etats-Unis vont réagir ?
Je ne peux pas parler pour le gouvernement des Etats-Unis sur un sujet comme ça.

Le président camerounais vient de faire arrêter les poursuites contre plus de 300 personnes détenues dans le cadre de cette crise dite anglophone. Qu’en pensez-vous ?
Je me félicite de cette décision. Ça montre deux choses : qu’il a reconnu qu’il ne peut résoudre le conflit par la force, par les armes. Deuxièmement, qu’il a compris qu’il faut négocier, qu’il ne trouvera pas de solution sans la négociation. C’est une bonne chose.

Comment doivent réagir ceux qui bénéficient de ces arrêts de poursuites ?
Je crois qu’ils doivent accepter de négocier. Que ce soit les séparatistes, les opposants et tous ceux qui ne cherchent qu’une meilleure vie ; il est nécessaire de négocier pour trouver une solution pacifique à la crise.

Comment résoudre durablement cette crise et, quel rôle les Etats-Unis et la communauté internationale peuvent jouer à cet effet ?
Il faut retourner à la fédération qui existait avant 1972. A mon avis, c’est la meilleure solution. Les gens veulent juste préserver leur culture anglophone, parler anglais dans les écoles, les tribunaux, ne pas sentir qu’ils sont dominés par les Francophones. Pas de vivre dans un Etat qui serait trop petit. Je crois que Francophones et Anglophones peuvent vivre ensemble et le gouvernement n’a rien à perdre.

Justement, certains membres du gouvernement camerounais redoutent que le retour à la fédération ne soit qu’une étape vers une division du pays…
Au contraire, je crois que le meilleur moyen de garder les Anglophones, c’est de revenir à la fédération, de leur laisser une autonomie culturelle.

Donc, pour vous, l’idée d’un Etat Indépendant d’Ambazonie est à exclure ?
Non, non. Pas d’Etat indépendant. Il faut retourner à la fédération. La culture, le système anglophone doit perdurer.

Il se pourrait que ce ne soit pas le seul enjeu. La gestion du pétrole et autres ressources de ces régions serait aussi l’un des facteurs de la crise….
Je ne peux pas faire un commentaire là-dessus.

Donc on retient que pour vous, c’est le retour à la fédération qui est la solution…
Oui. Mais c’est l’une des solutions. Il y en a probablement d’autres. Ce qui compte, c’est que les Anglophones préservent leur culture, qu’ils se sentent bien dans leur relation avec les Francophones, qu’ils cohabitent pour le bien-être de tout le monde, y compris sur le plan économique.

Cameroun - Football : Après quatre mois de trêve, le championnat d’élite one a redémarré avec 16 clubs sur 18.
Cameroon: "Leave Cameroon alone. We can manage our own affairs", Bony Dashaco
Lions en Club : Allan Nyom et Getafe enfoncent Leganes
Cameroon - Humanitarian Assistance: Kumba/Muyuka Residents Laud Military For Free Medical Care
Cameroun - Art et Sculpture: La deuxième édition du Salon Africain du Bois se tient du 25 octobre au 5 novembre 2019 à Yaoundé
Elite One : une victoire de Bamboutos pour lancer la saison
Cameroun/Canada - Basketball: Pascal Siakam prolonge de quatre ans son contrat avec les Toronto Raptors pour 130 Millions de Dollars
Cameroun - Jacques Fame Ndongo face à la communauté Bamoun de Sangmelima: «La couleur locale ici dans le Sud, c’est la couleur du RDPC et non pas d’un a
Cameroon - Poor Services: New Attacks On Camair-co After MINAT Boss Holds Down Plane In Maroua To The Disadvantage Of A Booked Douala Flight
Le dirigeant camerounais exige de ceux qui l’accusaient de malversations financières qu’ils lui présentent des excuses
Construction : le français NGE veut se faire un nom en Afrique
Malgré un bénéfice de 11 milliards de FCFA en 2018 (+155%), la situation financière de l’électricien Eneo reste « critique »
Championnat national féminin : Canon Filles bat Vision FC pour le premier match de la saison
Cameroon: Atanga Nji Takes President Biya’s Succour To Flood Victims In Far North
Cameroun - Réconfort: Après les inondations à l’Extrême-Nord, Paul Atanga Nji promet 150 millions aux sinistrés
Cameroun – Football: Malgré le lancement effectif des championnats professionnels de football, le Général Pierre Semengue convoque une réunion préparatoi
Cameroun - Qualité du carburant: Des contrôles inopinés seront lancés dans les stations-service à travers le pays
Cameroun - Justice: Une coalition contre la peine de mort voit le jour
Cameroun: Après MTN, Express Union, Campost, la ministre des enseignements secondaires signe un partenariat avec UBA pour le paiement des frais de scolarité
Cameroun : D’après Jacques Fame Ndongo, le Sultan Mbombo Njoya a exprimé son opinion et non la position du RDPC au sujet de l’alternance au pouvoir.
Cameroun – Crise anglophone : Selon le ministre Sadi, le gouvernement n’organisera pas un autre dialogue inclusif comme les Etats-Unis et l’Union europé
Le ministre de la Communication, à son tour, dénonce les positions de Maurice Kamto dans l’interview diffusée le 16 octobre 2019 sur RFI.
Ces prochaines années, les dépenses de personnel dans le secteur public resteront un casse-tête budgétaire au Cameroun
Cameroun – MRC: Maurice Kamto rend un hommage très appuyé à Mamadou Mota son premier vice-président toujours en prison
Lions U17 : Etienne Eto’o, Enzo Tchato, Barel Fotso et cie, brisés
Jeux Mondiaux militaires : Le Cameroun bat la France, 2-0
Barbarie de Sangmelima: Le silence assourdissant du Rdpc
Burkina Faso. Thomas Sankara, la possibilité d’une Afrique émancipée
Le RDPC s’insurge contre les discours de Maurice Kamto
Sorcellerie sur un bendskin
Sorcellerie sur un bendskin
LES HAUT-NKAMOIS DU MONDE ENTIER: ENTRE EXALTATION ET SCEPTICISME
Les 18 compagnies aériennes autorisées à desservir le Cameroun entre novembre 2019 et mars 2020
HORTYCELIA COIFFEUR VISAGISTE BEAUTÉ AFRO EUROPÉEN S’INSTALLE 1 RUE DAUTANCOURT A PARIS
Déviances: Pourquoi certaines Camerounaises marchent-elles nues dans nos cités?
Le CPD se redéploie pour atteindre l’objectif d’un changement véritable au Cameroun
Emeutes de Sangmélima : Un sapeur pompier nommé Paul Atanga Nji.
Zone de libre-échange continentale africaine : surmonter les nombreux obstacles
Un pickpocket livré à la vindicte populaire à Yaoundé
Cameroon - Instituting Order At MINESEC: Minister Nalova Lyonga To Dispatch 200 Inspectors To Schools Within Two Weeks
Cameroun - Inondations à l’Extrême-Nord: Paul Biya dépêche Atanga Nji sur le terrain
Cameroun - Climat social: Le Secrétaire général du RDPC, Jean Nkueté fustige les récentes déclarations de Maurice Kamto
Cameroun - Fame Ndongo répond à Maurice Kamto sur RFI: «Si la résistance se fait dans la paix, on a aucun problème»
Le Cameroun veut limiter les importations de blé et de malt qui ont coûté au pays 149 milliards de FCFA en 2018
Cameroun – Crise anglophone/Jacques Fame Ndongo : « Il faut 3 mille milliards 500 millions de FCFA pour reconstruire les infrastructures détruites par les
Jean Nkuete, le Secrétaire général du Comité central du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais, a publié ce jeudi 17 octobre 2019, un communiqué dans lequel il s’insurge contre certains hommes politiques et certains partenaires du Cameroun qui o
Dès le 23 octobre, le Cameroun repart sur le marché monétaire avec pour objectif de mobiliser 60 milliards de FCFA
L’ambassade des États-Unis au Cameroun alloue 42 millions de FCFA aux communautés locales œuvrant pour le développement
Des dockers menacent de paralyser le port de Douala, principale entrée commerciale du Cameroun, dès le 23 octobre 2019
La Cemac prépare l’entrée en bourse forcée de certaines entreprises exerçant dans la sous-région
Championnats nationaux : retour à l’appellation Elite One et Elite Two
Cameroun - Cyclisme : A cause des atermoiements dans l’organisation, le Grand prix Chantal Biya a été lancé sans les coureurs ivoiriens et burkinabés.
Cameroun / France : L’activiste politique pro-Biya Amer Kamer accusé de menacer ses adversaires à la machette
Cameroun - Prisonniers de luxe: Marafa, Abah Abah, Olanguena Awono, Amadou Vamoulké… dans un état de santé inquiétant
Cameroun - Assassinat de Florence Ayafor: Sa famille porte plainte contre inconnu pour acte de terrorisme, torture et assassinat
Cameroun - Rentrée scolaire: l’association Mariannes offre des dons à près de 500 orphelins camerounais
Cameroun - Showbiz: Le chanteur Numérica lance sa ligne de vêtements
Afrique du Sud: manifestation de réfugiés contre les violences xénophobes
Afrique: Poutine signale le retour russe par un ambitieux sommet
Les autorités de la Cemac saluent l’accroissement du volume des rétrocessions des devises par les banques
Cameroun - Dépôts pétroliers: La Société Camerounaise des Dépôts Pétroliers envisage de construire deux bacs de stockage de 10 000 m3 de gasoil dans les
Au 2e trimestre 2019, le pétrole a sauvé l’indice des cours des produits énergétiques exportés par les pays de la Cemac
Cameroun - Curiosité: Un homme tente de brûler vif son fils qu’il soupçonnait de sorcellerie
Succès et défis de la construction de la route reliant les régions camerounaises du Centre et de l’Adamaoua
Afrique centrale : Le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) recherche des fonds pour protéger les forêts du bassin du Congo
Cameroun - Réseau routier: La Banque Africaine de Développement accorde une enveloppe de 12 milliards de FCFA pour la construction d’un axe routier entre le
Libiih Thomas : « je ne suis qu’un petit entraîneur. Je ne peux pas outrepasser les instructions du Chef de l’État »
Volatiles vers d’autres pays de l’UE, les exportations des sciages camerounais vers les Pays-Bas augmentent
En raison de la crise anglophone, l’électricien camerounais Eneo a perdu 8 milliards de FCFA sur ses ventes en 2018
Les dix-huit compagnies aériennes autorisées à desservir le Cameroun entre novembre 2019 et mars 2020
La France est le 1er fournisseur des produits importés sous le régime de l’APE conclu entre le Cameroun et l’UE
Cameroon – Government Blunder: Separatist Fighter Killed 24 hours After Dropping Arms In Wum
Cameroon - Ethnic Atracks In Sangmelima: Minister Paul Atanga Nji In Sangmelima, Holds Evaluation Meeting
Cameroun - Emeutes de Sangmelima: Une semaine après, le ministre Atanga Nji est allé organiser un repas communautaire avec les conducteurs de moto
Cameroun - Normalisation : Les produits pétroliers produits localement ou exportés soumis à une certification de l’Anor dès le 10 novembre 2019
Cameroun - 2e forum des investisseurs internationaux : 45 projets recherchent 1188 milliards de FCFA
Cameroon – Instability: Gendarmes Restricted From Participating On Social Media
Cameroon – Sangmelima Saga: Bamouns Plan Massive Protest In Yaoundé
Cameroun - Réforme du système électoral: Pour Maurice Kamto, «le Sultan Mbombo Njoya a tenu des propos de sagesse et de bon sens»
Manu Dibango, une légende du jazz toujours en live
Cameroon: Biya, 86, congratulates Ethiopia’s Abiy Ahmed, 43, for winning Nobel Peace Prize
Haut-Nkam/Nord : Le président de section Rdpc dans de sales draps
Cameroon - Insecurity: USDP Condemns Kidnapping and Torture of Kumba Female Teacher
Cameroon – Anglophone Crisis: Four CDC Workers Kidnapped, One Maimed, Five Others Badly Beaten By Armed Men
Cameroun – Crise anglophone : Laurent Esso, le ministre de la justice, suspend Chi Valentine Bumah, magistrat kidnappé en juillet 2019.
Cameroon - Entrepreneurship: 450 Cameroonians Shortlisted For First Stage Of Tony Elumelu Entrepreneurship Programme
Cameroon: MTN Cameroon Launches End-of-Year Festive Season By Offering New Vehicles, Cash To Subscribers
Cameroun – incident: Le trafic routier interrompu sur la route nationale N05 (Bekoko-Bandjoun), au lieu dit Bandja-Bafang, suite à un affaissement de la cha
Cameroon - Gruesome Murder of Ayafor Florence: Two Arrested In Connection To Murder, Although Separatists Claim They Have Captured Culprits
Cameroon - Illegal Immigration: Outrage As Cameroonian Legal Immigrant Tells Donald Trump To Build Wall On Mexican Border
Baisse des exportations camerounaises des bois sciés vers les États-Unis en août 2019
Après la faillite de Set Mobile, la star camerounaise du foot, Samuel Eto’o, lance une plateforme pour les paris sportifs
L’entreprise chinoise Sinohydro achève la construction de la route Yoko-Lena, dans le Centre du Cameroun
Gérard Romero nommé directeur d’Air France-KLM pour le Cameroun et la Guinée Équatoriale
La BAD octroie un crédit de 12 milliards de FCFA au Cameroun, pour construire une route reliant le pays au Nigeria