Nom de domain Hebergement web téléphonie VoIP SMS

Dans une interview publiée ce vendredi 06 décembre 2019 su

Dans une interview publiée ce vendredi 06 décembre 2019 sur la plateforme numérique du Journal français Le monde , Maurice Kamto le président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), a reprécisé les raisons du boycott des élections municipales et législatives de 2020, annoncé par ses soins il y a plusieurs semaines. En substance, le principal opposant du Cameroun est également revenu sur les tensions communautaires qui font leur nid dans la société camerounaise. Voici l’essentiel de cet entretien proposé par Cameroon-info.net

Pourquoi avez-vous décidé d’opter pour la politique de la chaise vide lors des prochaines élections ?

 

La première raison est la non-résolution du conflit armé dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Aller aux élections sans avoir réglé cette crise serait dire aux populations de ces régions qu’elles ne sont pas camerounaises. On acterait ainsi la partition du pays. La deuxième raison, c’est la non-résolution des problèmes du système électoral, l’une des causes majeures de la crispation politique au Cameroun. Même Elecam, l’organisation en charge des élections, demande la réforme du code électoral adopté en 2012. Pendant les neuf mois de notre détention, la communauté internationale, emboîtant le pas aux acteurs politiques camerounais, a aussi demandé la modification consensuelle du système électoral avant l’organisation de nouvelles élections. Ce qui n’a pas été le cas. Si nous allions aux élections dans les conditions actuelles, les mêmes causes produiraient les mêmes effets.

 

Ne risquez-vous pas de payer cher cette stratégie ? Celle-ci pourrait vous éliminer de la prochaine course présidentielle car, sans élus, le MRC ne pourrait présenter de candidat.

 

C’est un risque réel. Mais là n’est pas le sujet. La question est de savoir si l’on crée un parti politique pour s’adjuger quelques sièges supplémentaires à l’Assemblée nationale ou quelques mairies sans avoir d’impact sur la vie politique et surtout sur celle des Camerounais qui souffrent énormément. Participer à ces élections serait un calcul à très courte vue. Si le pays est dans cette situation terrible, que ce soit sur le plan sécuritaire ou économique et social, c’est parce que nous n’avons pas des dirigeants choisis par les Camerounais et qui doivent leur rendre compte.

 

Vous continuez de revendiquer la victoire à la dernière présidentielle. N’est-ce pas vain ?

 

Ce n’est pas parce que quelqu’un est un voleur et qu’il ne vous rendra peut-être jamais votre bien que vous n’avez pas le droit de dire qu’il a volé. Nous sommes devant une situation où nous avons tendu la main pour que nous soldions le passif de la présidentielle de 2018, ce qui aurait permis à tout le monde de regarder l’avenir. Personne n’a saisi notre main. Nous n’avons fait que demander le recomptage des voix sur la base des procès-verbaux d’Elecam. C’était la meilleure façon de nous confondre si nos accusations étaient des affabulations. Cela n’a pas eu lieu et donc rien ne nous interdit de dire qu’il y a eu un hold-up électoral en 2018.

 

Comment alors sortir de la crise politique ? Par une transition ?

 

Il faut que le pouvoir en place accepte que l’on s’assoit. Nous ne réfléchissons pas en termes de transition, la question est institutionnelle. Ce ne sont pas les individus qui comptent, ce qui importe est la mise en place d’un dispositif législatif électoral qui garantisse des élections libres et transparentes au Cameroun.

 

Quelles ont été vos conditions d’arrestation et de détention ?

 

Terribles et humiliantes. Ceux qui sont venus nous arrêter arbitrairement voulaient nous humilier. C’était commandé. Le délégué régional de la police du Littoral qui est venu nous arrêter était au téléphone avec Yaoundé puisqu’il a dit : « Oui Monsieur le ministre, je les ai eus. » Sur le trajet entre Douala et Yaoundé, les mains menottées, nous ne pouvions pas faire de miracles lorsque nous voulions répondre à nos besoins naturels. Il fallait faire sur nous-mêmes, ce qui est une humiliation suprême pour des gens dont on connaît les services rendus à leur pays et qui surtout n’avaient commis aucun crime. Je ne vous parle pas du traitement réservé à nos camarades que l’on ne découvrira qu’à Yaoundé. Je crois que la torture est devenue un fait banal au Cameroun. Il se passe des choses terribles dans notre pays, mais on va se battre car il ne faut jamais transférer aux générations à venir les combats de notre génération.

 

Le MRC n’a pas participé au dialogue national convoqué fin septembre début octobre au sujet de la crise anglophone. Quelles sont vos solutions pour mettre un terme à ce conflit ?

 

Nous avons refusé, car il nous était impossible de nous rendre au dialogue puisque nous étions emprisonnés. Nous avons néanmoins fait preuve de bonne volonté pour qu’il soit utile et fructueux. Nous avons envoyé une délégation rencontrer le premier ministre dans le cadre des consultations préliminaires. Nous n’avons pas d’attitude de rejet systématique. Avant sa tenue, nous avons présenté nos modalités de sortie des crises multiformes qui affectent notre pays. Il n’y a pas que le Nord-Ouest et le Sud-Ouest ou la crise post-électorale, il y a aussi la guerre terrible dans l’Extrême-Nord. Il faut une approche collective nationale de responsabilité pour résoudre ces crises.
Concernant le Nord-Ouest et du Sud-Ouest, il faut prendre des mesures de décrispation pour reconstruire la confiance. La première mesure à prendre est la libération sans condition de tous les prisonniers détenus dans le cadre de la crise anglophone. On nous a répondu parfois que ce sont des criminels. Mais cette crise, qui est politique, ne trouvera pas de solution par des voies judiciaires. D’autant que certains éléments de nos forces de défense et de sécurité ont pu commettre des crimes punissables. Les morts sont déjà morts, il faut désormais que d’autres morts ne viennent pas s’ajouter. Il faut laisser aux gens désigner leurs représentants et ensuite commencer à reconstruire les villages. Plus de quatre cents ont été détruits, alors quand on demande aux gens de rentrer, on aurait envie de rire. Il faut négocier un cessez-le-feu pour que les sécessionnistes déposent leurs armes, retirer l’armée et le Bataillon d’intervention rapide et laisser la police et la gendarmerie assurer le maintien de l’ordre. Pour la forme, la majorité des Camerounais pense que le fédéralisme peut régler notre problème. J’étais au début favorable au régionalisme avec un statut spécial pour les régions anglophones. Mais après trois ans de conflit, plus de 12 000 morts d’après ce que l’on dit, plus de 500 000 déplacés internes, 40 000 réfugiés et une économie qui n’existe plus. On ne peut plus s’en tenir aux solutions qui étaient valables auparavant. Il faut voir comment réorganiser l’Etat pour transférer le maximum de pouvoir aux entités régionales. Nous souffrons dramatiquement d’un trop grand centralisme. Un autre danger qui menace le Cameroun est la montée des tensions communautaires.

 

Comment réagissez-vous à ceux qui vous accusent d’être à la tête d’un parti tribaliste ?

 

Les accusateurs sont ceux qui inspirent la haine ethnique au Cameroun. Avoir laissé prospérer le tribalisme est le plus grand mal que le régime aura fait à ce pays. Nous pouvons situer précisément le début de cette dérive tribaliste. Elle a commencé après la convention du MRC au Palais des congrès en avril 2018. Personne ne donnait cher de notre peau à l’époque, mais nous avons rempli la plus grande salle du pays avec nos délégués venus de toutes les régions. A partir de là, on a construit ce discours qui ne repose sur rien. Le premier vice-président est originaire du Nord, la deuxième est du Centre, le troisième est du Littoral, le quatrième est du Sud-Ouest. Ceux qui développent ce genre de discours le font car ils sont incapables de résoudre les problèmes des Camerounais qui ne sont pas dupes.

 

Des pressions occidentales ont été exercées ces derniers mois sur les autorités camerounaises. Paul Biya s’est rendu par deux fois en France depuis votre libération. Considérez-vous que Paris fasse preuve d’une trop grande mansuétude à son égard?

 

Je m’interdis de porter des jugements sur la politique conduite par d’autres pays. La France est un pays ami, un partenaire historique du Cameroun, qui a des intérêts dans notre pays. Qu’elle reçoive celui qui, suivant le Conseil constitutionnel, est le président du Cameroun ne doit pas émouvoir outre mesure. La question est de savoir si Paris a toutes les informations qu’il faut sur le Cameroun pour construire sa position. Parfois, on a l’impression qu’un discours univoque a prévalu à Paris, où l’on pense que le pays est stable et l’on entend que le son de cloche venant du palais d’Etoudi.

 

Vous avez été relâché sur instruction de Paul Biya. Vous sentez-vous pleinement libre aujourd’hui ?

Je suis toujours prisonnier car mes camarades sont encore en prison. Mon esprit est chaque jour avec eux et je travaille avec nos avocats pour obtenir leur libération. Je ne suis donc pas totalement libre. Par ailleurs, je suis confronté aux difficultés, plus encore qu’avant mon arrestation, de faire travailler mon parti. La police a empêché des séances d’adhésion massive. Il nous parvient des menaces récurrentes sur notre propre sécurité. On parle d’assassinats physiques, d’une machination pour nous accuser d’avoir importé des armes pour déstabiliser le pays. Mais rien ne nous dissuadera de poursuivre le cours de notre vie.

 

 

 

 

 

Auteur:


Le scandale dos Santos, test pour la lutte anticorruption en Angola
Gouvernance : Selon Transparency international (TI), le Cameroun est le 28e pays le plus corrompu du monde en 2019
SOS Méditerranée porte secours à 92 personnes au large de la Libye
Cameroun - Yaoundé: La mort d’un élève au lycée de Nkol Eton provoque des échauffourées
Bien présent au pays, le président de l’Assemblée nationale a boycotté la cérémonie de triomphe de la 37e promotion de l’EMIA présidée le vendredi 24 janvier 2020 au QG de Yaoundé par le Chef de l’Etat.
Campagne électorale RPDC : 52 millions FCFA exigés aux membres du gouvernement dans le Haut Nyon
GUINÉE ÉQUATORIALE : 25 voitures de luxe de Teodorin Obiang vendues aux enchères
Guerre Gicam-DGI : Et si le Gicam était instrumentalisé par le MRC…
Cameroun : Le ministère des finances met un terme à la vente du timbre fiscal physique
Notre consœur dit vouloir donner une nouvelle orientation à sa carrière.
CHAN 2020 : incurie - la FECAFOOT délocalise le match Cameroun - Tchad
Cameroun - Accidents routiers: Le ministère des transports enregistre 937 morts en 2019
Camtel, l’opérateur public des télécoms du Cameroun, pourrait céder le transport de la fibre optique à une nouvelle entité
Louis Paul Motaze se pose en sapeur-pompier dans le conflit ouvert entre le patronat et le fisc camerounais
Sur la gifle de la sous-préfète
Cameroun - Catastrophe: Un incendie ravage plusieurs boutiques au Marché central de Foumban (Ouest)  
Cameroun - Exposition: La ville de Yaoundé accueille au mois de décembre 2020, une foire internationale  réservée aux jeunes chercheurs africains
Yaoundé met de l’ordre dans le paiement de ses contributions financières dans les organisations internationales
Les Femmes Maires du Cameroun se réunissent autour du REFELA-Cam.
Cameroun : le combat de Michel Thierry Atangana inspire une proposition de loi française
Cameroun : Quatre morts dont un magistrat dans un accident de la route, toute une famille décimée.
En raison de la crise anglophone au Cameroun, les chiffres d’affaires de Pamol et CDC chutent de 83,9 et 60,9% entre 2016 et 2018
Un magistrat de 34 ans écrasé dans sa voiture avec sa femme, son fils et son beau-père
Cameroun - Affaire Martinez Zogo: Après sa lettre d’excuses au couple Mvondo Ayolo, l’animateur a écrit au Président Paul Biya pour dénoncer le ‘‘la
Cameroun : Voici la biographie de l’officier général Kodji Jacob que le président Paul Biya a choisi d’ériger en modèle pour la 37e promotion de l’EM
Cameroun – La Tropicale Amissa Bongo: Clovis Kamzong Abessolo: «Après ma victoire exceptionnelle, j’ai encore du jus dans les jambes pour un avenir meille
Cameroun - Lycée bilingue d’Ayos: Comment le sous-préfet a giflé un enseignant et ordonné son interpellation
Cameroun – Lions Indomptables: Après Nicolas Nkoulou, Narcisse Mouelle Kombi, le Ministre des Sports entame de nouvelles négociations pour le retour de Joel
Dans son allocution de circonstance, le Chef de l’Etat a une fois de plus, salué l’action de l’armée dans la défense de l’intégrité territoriale.
Pour reconstituer les cheptels détruits par Boko Haram, 2000 petits ruminants offerts aux familles de l’Extrême-Nord du Cameroun
Le Port autonome de Kribi promeut l’éducation, à travers un don de 500 tables-bancs à des établissements scolaires
Gouvernance : La corruption ne recule pas au Cameroun
Gouvernance : La corruption ne recule pas au Cameroun
Carte nationale d’identité : Les récépissés font un carton
MTN Cameroun accompagne l’emploi des jeunes diplômés.
Cameroun - Transport ferroviaire: L’Etat se dote de 4 nouvelles locomotives à 7,6 milliards de FCFA
Cameroun: Paul Biya accorde 5 milliards de FCFA pour l’aménagement urgent de la voirie de Douala
En 2018, les secteurs des hydrocarbures, postes & télécoms et eau ont cumulé plus de 70% de la dette des entreprises publiques du Cameroun
Cameroun – Cyclisme: Clovis Kamzong Abossolo devient le premier cycliste camerounais de l’histoire à remporter une étape de la Tropicale Amissa Bongo
Ladite amende sera infligée par opération contre les agents de ladite société.
Cameroun - Contentieux Pré-électoral des municipales: La chambre administrative de la Cours Suprême rejette 107 requêtes sur les 127 reçu
Le Cameroun perçu comme le 28e pays le plus corrompu du monde (Transparency International)
Elle va se dérouler 24 janvier 2020 au quartier général de Yaoundé.
CAN 2021 : la métamorphose du Stade Omnisports de Bépanda
Cameroun : comment la diaspora prépare sa révolution
Cameroun – Dénonciation: Le journaliste J. Remy Ngono s’en prend à Samuel Eto’o et l’accuse d’exploitation de mineurs et d’affairisme.
Cameroun - Changement climatique: L’Institut des Relations Internationales du Cameroun tient un séminaire international de formation sur la diplomatie clima
MRC–BAS: BIEN MALIN CELUI QUI SAURA FAIRE LA DIFFÉRENCE– PUREMENT FORMELLE
Cameroun/France - Football: Benjamin Moukandjo quitte Lens après y avoir passé seulement 4 mois et rebondit à Valenciennes !
Les charges de personnel de certaines entreprises publiques camerounaises dépassent 70% du chiffre d’affaires
Cameroun - Agenda présidentiel: Paul Biya attendu à la cérémonie de triomphe de la 37ème promotion de l’EMIA
Cameroun - Santé Publique: Une alerte au choléra dans la région du Littoral
Cameroun – Municipales et Législatives: Le PADDEC, la formation politique de Jean De Dieu Momo jette un de ses candidats aux législatives en prison pour une
Cameroun - Me Emmanuel Simh (vice-président du MRC) à propos du décès de Me Sylvain Souop: « Laissez Maurice Kamto subir cette douleur dans le silence. Il
En vue d’améliorer leur recouvrement, le Cameroun annonce un audit des recettes de services en 2020
Cameroun - Législatives et municipales 2020/Patricia Ndam Njoya (députée UDC): «Quand le ministre de la Défense nous fait savoir que les militaires vont as
Le Port autonome de Kribi, au sud du Cameroun, dématérialise la facturation et le paiement de la redevance marchandise
Au 1er trimestre 2020, le Cameroun prévoit une émission record de 305 milliards de FCFA de titres publics sur le marché de la Beac
La régie du terminal à conteneurs fait des prodiges
Le Cameroun tient sa Stratégie nationale de développement 2020-2030
Investissement public : le Cameroun stagne à un taux de réalisation de 73% du fait des tensions de trésorerie et de l’insécurité
Batailles pré-électorales: Scène d’intimidations publiques contre les militants du Mcnc à Banka
Facilité élargie de crédit : le Cameroun recevra un nouveau décaissement de près de 44 milliards de FCFA du FMI
Port de Douala : Les employés de DIT rentrent dans leurs droits.
Cameroun – Lettre à Paul Biya : La Direction générale des impôts réagit aux accusations du président du Gicam
64 Fonctionnaires du ministère des Finances volent 33 milliards FCFA en 02 mois
64 Fonctionnaires du ministère des Finances volent 33 milliards FCFA en 02 mois
Malgré une lettre d’excuses adressée à la plaignante, Sylvie Essono, épouse Mvondo Ayolo, le présentateur de la redoutable émission « Embouteillages » sur Amplitude FM à Yaoundé, a été placé sous mandat de dépôt à la prison centrale de Yaoundé.
Chaudes empoignades sur les rives de la Sanaga
Éliminatoires Mondial 2022 : les équipes africaines fixées sur leurs adversaires
TRÈS URGENT: LE CÉLÉBRÉ ANIMATEUR RADIO MARTINEZ ZOGO DÉFÉRÉ A LA PRISON DE KONDENGUI
Accusé de corruption en Angola, Eduardo dos Santos sort du silence
Accusé de corruption en Angola, Eduardo dos Santos sort du silence
CONDOLEANCES DU MPDR - PMDR AU MRC
De sa prison, Mamadou Mota rend hommage à Me Sylvain Souop
De sa prison, Mamadou Mota rend hommage à Me Sylvain Souop
Cameroun – Municipales et Législatives: Le concept de «centres de vote» sera en vigueur pendant le processus électoral dans les régions du Nord-ouest et
Deux ex-petites siamoises séparées en France de retour au Cameroun
Cameroun – Colère: Le président du GICAM dénonce le directeur général des impôts chez Paul Biya
Cameroun - Réduction de la mortalité infantile: Les vaccinations de routine seront désormais gratuites pour les enfants de 0 à 23 mois
Cameroun - CRTV: Charles Ndongo suspend un de ses collaborateurs pour ‘‘distraction de biens publics’’
Cameroun - Budget d’investissement: Environ 11 000 milliards de FCFA ont été injectés  dans les investissements publics entre 2010 et 2019  
Cameroun - Transport ferroviaire: La ligne Yaoundé-Douala sera relancée en 2020
Cameroon – Anglophone Crisis: Separatists Kill 7-Year-Old Pupil In North West, Chop-Off Mother’s Hand
Attiré par une épargne d’environ 4000 milliards de FCFA, le Cameroun lèvera de plus en plus de fonds sur le marché local
Cameroon – Anglophone Crisis: Soldiers rescues 23 kidnapped school children in Kumba, kill two separatists
Allam-Mi Ahmad, SG de la CEEAC : « Nous condamnons ceux qui essaient d’empêcher les Camerounais (…) de participer aux élections »
Coupe du Monde 2022 : choc des qualifications, Cameroun et Côte d’Ivoire dans le groupe D
Vient de paraître: La communication de l’État en Afrique. Discours, ressorts et positionnements
Un nouveau DG attendu à la tête de MTN Cameroun d’ici mars 2020, en remplacement du Néerlandais Hendrik Kasteel
Cameroun - Tribunal Militaire: Six des sept soldats accusés d’avoir tué deux femmes et leurs enfants dans la région de l’Extrême Nord affirment avoir ob
Un duel Cameroun-Côte d’Ivoire au menu des éliminatoires de la Coupe du monde 2022 au Qatar
Les noms, matricules et administrations respectives de quinze d’entre eux ont été publiés par le ministère des Finances.
Le Cameroun veut étendre les missions du régulateur des télécoms au secteur postal
Le PCA accuse le DG de détournements