Nom de domain Hebergement web téléphonie VoIP SMS

Les élections annoncées au Cameroun le 9 février 2020, po

Les élections annoncées au Cameroun le 9 février 2020, pour la désignation des maires et députés, ont été reportées par deux fois déjà. La première fois en 2018 pour « éviter le chevauchement de ce scrutin avec l’élection présidentielle », la seconde fois le 19 juillet 2019 pour des raisons d’harmonisation du calendrier électoral. Ce sont là en tout cas les raisons officielles. En réalité, ces élections s’avèrent être les plus complexes que le Cameroun n’aie jamais connues, et si le pouvoir de Yaoundé pouvait par enchantement les faire disparaitre, il n’hésiterait pas une seule seconde. Tout est en effet compliqué pour ces élections, malgré les assurances martelées par le ministre de l’Administration territoriale Paul Atanga Nji, dont le ton utilisé à chaque fois qu’il prend la parole, démontre qu’il n’est pas lui-même convaincu des conditions dans lesquelles elles vont se dérouler.

Climat de terreur

Depuis le 9 janvier 2020 soit 30 jours avant le scrutin, Elections Cameroon, devait déjà, d’après l’article 188 du Code électoral, arrêter et rendre publiques les listes définitives de candidatures, après les remplacements des candidats de certaines listes ou l’annulations pure et simple des autres, tels que décidés par les tribunaux administratifs et le Conseil Constitutionnel lors des contentieux. Mais ce n’est pas encore le cas. Ce n’est pourtant pas la chose la plus difficile à faire, puisque les listes qu’on peut qualifier de provisoires sont déjà connues, et il suffisait juste d’éliminer du fichier les listes déclarées inéligibles et mettre à la disposition du public les listes définitives. La vrai raison de ce retard est à chercher dans la terreur semée dans les régions anglophones par les combattants séparatistes, qui ont engagé une vrai chasse à l’homme après la première publication, avec pour cible les candidats dont les noms sont contenus dans ces listes. Pour se mettre en sécurité, certains candidats ont simplement décidé, courrier à l’appui, de se retirer des listes en évoquant clairement les conditions sécuritaires. Cela n’était jamais arrivé sous l’ère du renouveau.

Plan de guerre

A cause de cette situation, et de la complexité de ces élections, le pouvoir de Yaoundé se prépare à y aller comme un pays se prépare pour aller en guerre. Le ministre de l’Administration territoriale a à cet effet appelé à Yaoundé le 13 janvier 2020 les gouverneurs des dix régions du Cameroun. Que d’être une conférence statutaire des gouverneurs comme on en connait deux fois chaque année, cette rencontre avait tout l’air d’une réunion de crise convoquée par un général de guerre pour travailler sur les stratégies de déploiement des troupes sur le terrain, au vu de la dangerosité de l’ennemie. La présence à cette rencontre du Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense, chargé de la gendarmerie nationale, et du Délégué général à la Sûreté nationale en dit long. Il ne manquait à l’appel que le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense pour que le tableau soit complet.

Et le ministre de l’administration territorial a confirmé le caractère ad hoc de cette rencontre, en rappelant que c’est le Chef suprême des forces armés lui-même, le président Paul Biya, qui avait instruit la tenue de rencontre. « Les travaux qui s’ouvrent aujourd’hui, se tiennent sur très hautes instructions de Son Excellence monsieur Paul Biya, Président de la République, Chef de l’Etat et Chef des forces armées, qui nous a prescrit de faire le point des mesures prises ou envisagées en vue de permettre un encadrement sécuritaire optimal du double scrutin législatif et municipal du 09 février prochain », a-t-il dit. La précision faite selon laquelle le président de la République est le chef des forces armées n’est pas gratuite, elle rappelait le caractère hostile de la rencontre. Et c’est en véritable chef de guerre qu’il a martelé ces phrases « En effet, les très hautes directives du Chef de l’Etat sont claires : les élections doivent avoir lieu sur l’ensemble du territoire national, à savoir dans les 10 régions, les 58 départements et les 360 arrondissements. Ces élections doivent se dérouler en toute sécurité et en toute sérénité… Les gouverneurs et les Forces de défense et de sécurité feront leur travail de sécurisation du processus électoral dans les 10 régions en général et plus particulièrement dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Sur très hautes instructions du Chef de l’Etat, Chef des armées, un dispositif sécuritaire spécial et conséquent sera déployé dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest avant, pendant et après le double scrutin du 09 février 2020.»

La contradiction relevée dans ces propos traduit toute la complexité des élections de 2020. On ne peut faufiler entre les armes pour aller voter et parler de sérénité en même temps, car la simple présence des forces de défense dans un lieu de vote est la preuve que le climat n’est pas serein.

Effet boomerang

Le ministre rassure également que les élections se tiendront dans les 360 communes du pays. Et l’on sait d’après l’article 96 du Code électoral que tout bureau de vote doit se situer dans un lieu public ou ouvert au public, et en général ce sont les écoles et les églises qui sont réquisitionnées pour servir de centres et des bureaux de votes. Or, de l’aveu du ministre de l’Education de base, dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, 4 482 écoles sont détruites ou fermées, ou encore transformées en base arrière pour les groupes armés. Ce sont autant de centres de vote qui n’existent plus. Où iront donc voter les électeurs de ces communes aux écoles détruites ? L’on se rappelle d’ailleurs que lors des élections sénatoriales du 25 mars 2018, A Menji, chef-lieu du département du Lebialem, les électeurs ont été transportés par hélicoptère vers un centre de vote où ils ont voté sous haute sécurité. Si l’on en est arrivé là pour une élection au collège électoral très réduit, qu’en sera-t-il pour une élection au suffrage universel ?

Le pouvoir se prépare pour une élection comme l’on se prépare pour aller en guerre, une guerre non seulement contre les fauteurs de troubles mais aussi contre le boycott. Mais à bien y regarder, c’est contre lui-même que le pouvoir se prépare à aller en guerre, parce que c’est bien lui le premier à avoir organisé le boycott de ces élections, en laissant pourrir une situation qui aurait dû être maîtrisée aux premières heures, en niant l’existence d’une crise aussi visible que le nez sur le visage, en trouvant des solutions inappropriées aux problèmes existants.

Saccage de l’ambassade du Cameroun en France : Le procès s’ouvre vendredi
Sortie de Emmanuel Macron : Un sujet de parodie de plus
Alassane Dramane Ouattara peut-il capturer l’Etat de Côte d’Ivoire ?
Xavier Messé : « Le Cameroun est plus fort que la Libye, le Soudan ou la Côte d’Ivoire ? »
Décès de Hervé Bourges ancien directeur l’école de journalisme de Yaoundé
Commune de Banka: Joseph Nguessieuk entre effectivement en fonction
Teodorin Obiang retrouve un de ses bolides confisqués à Genève
Alpha Condé, ex-opposant historique accusé de dérive autoritaire
Alpha Condé, ex-opposant historique accusé de dérive autoritaire
Maurice Kamto annonce les marches de résistances
40ème anniversaire: Le groupe KASSAV annoncé le 28 mai prochain à Washington DC
Le cuisinier de Mouelle Kombi lui vole 165 millions FCFA à la maison
[Tribune] Au Cameroun, abstention ne veut pas dire apathie
Crise anglophone au Cameroun : dialogue impossible entre ennemis intimes
[Tribune] Hervé Bourges, un éléphant en or massif
Saccage ambassade du Cameroun à Paris:Le procès renvoyé au 20 novembre prochain (Texte et video)
Février 2008 - Février 2020 au Cameroun : Il y a douze ans, les émeutes de février 2008
Une stratégie en gestation pour l’implication des femmes dans la lutte contre la criminalité maritime au Cameroun
En 2019, le Cameroun a pu mobiliser 643 milliards de FCFA par émission de titres publics
Daniel Ona Ondo : « les pays de la Cemac traînent un déficit alimentaire d’environ 2000 milliards de FCFA par an »
Louis Paul Motaze enjoint au Cenadi de mettre fin aux « faux salaires, faux avancements et fausses pensions »
La moitié des occupants des logements sociaux de Mbanga Bakoko à Douala n’ont pas de contrat avec la Sic
La nouvelle unité en charge du transport de la fibre optique au Cameroun va rester sous le contrôle de Camtel
Le brasseur camerounais SABC investit 12 milliards de FCFA dans une nouvelle ligne de production à Douala
Au cours des 10 dernières années, le Cameroun a levé plus de 2000 milliards de FCFA par émissions de titres publics
Huawei et l’État du Cameroun font le point de leur partenariat stratégique
Les élections législatives 2020 annulées dans 11 circonscriptions des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest
Un projet de 3 milliards de FCFA lancé au Cameroun, pour booster le marché local du bois d’œuvre
Près d’un milliard de FCFA pour promouvoir les activités d’élevage et de pêche dans le Nord-Ouest du Cameroun
Le Camerounais Arthur Zang, inventeur du Cardiopad, partage son expérience du Crowfunding
En 2019, le Cameroun enregistre son plus haut taux d’inflation (2,5%) depuis 4 ans
Conformité à l’ITIE : l’examen de rattrapage du Cameroun lancé le 13 février 2020
Le Cameroun lance un programme de réhabilitation de 320 stations de captage d’eau potable à travers le pays
La reprise des flux vers le Nigeria a renchéri le prix de la viande de bœuf au Cameroun de 3,5% en 2019
Les entreprises sommées de livrer les logements sociaux de Douala « à la fin de cette année » 2020
L’INS redoute une flambée des prix du poisson du fait de l’interdiction des importations de Chine, foyer du Coronavirus
Un réseau de fabrication de fausses peintures démantelé à Yaoundé
En 2020, le taux d’inflation au Cameroun pourrait se situer autour de 2% contre 2,5% en 2019
Le Cameroun densifie son programme de financement de la microfinance en mode islamique
Vers la suppression des frais de roaming dans l’espace Cemac
D’un coût de 74 milliards de FCFA, la construction d’un pont de 620 m entre le Cameroun et le Tchad lancée
Guinness Cameroun revendique une capacité d’embouteillage de 2 200 bouteilles de whisky par heure
Après la construction, le Cameroun confie au Chinois CHEC l’exploitation et la maintenance de l’autoroute Kribi-Lolable
L’État du Cameroun réclame un trop-perçu de 1,5 milliard de FCFA à 3 366 enseignants des promotions 2012-2018
Dangote Cameroon déclare une baisse des ventes de son ciment de l’ordre de 6,5% en 2019
Malgré des procédures judiciaires visant à annuler l’opération, le Marocain BCP, repreneur de la Bicec, affiche sa sérénité
Incident de Ngarbuh : Yaoundé remet en cause les méthodes d’investigation de Human Rights Watch
Discours à la jeunesse : Paul Biya revendique la création de 500 000 emplois au Cameroun en 2019
Le Camerounais Jean Pierre Amougou Belinga rachète la chaîne gabonaise Telesud
Gabon, l’avocat de Brice Laccruche torturé
La tribalisation à outrance du débat politique au Cameroun et au sein des diasporas
Merci Monsieur le Président de la République
Christian PENDA EKOKA : « Le système électoral actuel, verrouillé et corrompu »
Christian PENDA EKOKA : « Le système électoral actuel, verrouillé et corrompu »
Élections au Cameroun: «boycott du boycott» ou «victoire de l’abstention»?
Dr Jean-Louis Benae : “Une opportunité pour les populations locales”
Paul Biya: "Il y a soixante ans j’avais alors votre âge"
Groupement Maha : le Sous-préfet de Bazou remet les clés d’un véhicule au chef supérieur
« Les. Petits partis » : Grégoire Owona Monte au créneau pour défendre Paul Biya
La Nouvelle Zélande propose des bourses d’étude aux ressortissants de plusieurs pays africains dont le Cameroun
Au Nigeria, la route Maiduguri-Dikwa qui connecte les frontières Cameroun et Tchad est réouverte
Législatives 2020: un candidat du PCRN aux arrêts
11 février 2020 : Eric Niat et Nyangono du sud chanteront pour les jeunes
11 février 2020 : Eric Niat et Nyangono du sud chanteront pour les jeunes
Ce qu’est devenu le Cameroun d’après le chef Sokoudjou
A 84 ans, elle veut hériter de son père
A 84 ans, elle veut hériter de son père
UA : Le sommet convoqué en mai sera organisé en Afrique du Sud
Je n’ai pas voté !
MAROC: IMMERSION INTERNATIONALE: ENCG AGADIR 2020
Bandjoun: Gilles Ngnie tire sur Emmanuel Chatué et Albert Kouinche
MEIWAY ILLUMINE LA 4EME EDITION DE LA NUIT AFRICAINE DE BILBAO
Les épaves roulantes de nos campagnes
POINT PRESSE POUR DÉCRYPTER LA NUIT STYLE CHIC ET GLAMOUR EN PRÉSENCE DE DINA BELL
CAMEROUN – MUNICIPALES 2020: MESSAGE DE REMERCIEMENT DU PRESIDENT JEAN BLAISE GWET
Double scrutin du 9 février au Cameroun : la vérité cachée au grand public et au peuple camerounais
La démocratie ne se construit pas sur un boycott sélectif et orienté des artistes
La démocratie ne se construit pas sur un boycott sélectif et orienté des artistes
Atanga Nji: " Les populations des régions anglophones ont voté massivement "
Municipales et legislatives : le coup de geule de Paul Biya (Vidéo)
Législatives et municipales 2020 : le Cameroun vote sous haute surveillance
Bandjoun: Emmanuel Chatue ou Gilles Ngnie? Le choix cornélien de Djomo Kamga
Bandjoun: Emmanuel Chatue ou Gilles Ngnie? Le choix cornélien de Djomo Kamga
Un jour avant l’Abattoir : LE CHOIX DE LA CANCRITUDE
Réhabilitation de la Sonara : La piste russe en discussion
« Biens mal acquis »: un fils du président du Congo mis en examen en France pour « blanchiment »
Comment les diasporas attendent le double scrutin
Enquête au cœur du système de passation des marchés au gré à gré
Bamenda: De présumés sécessionnistes tuent un policier et emportent son arme
Le Cameroun actualise son Plan directeur d’industrialisation
Le Cameroun va taxer les transactions électroniques pour financer le développement de l’économie numérique
Financement public: Cabral Libii dit avoir reçu 49 millions pour la campagne électorale
La diplomatie au secours du jet-setter Teodorin Obiang
Cameroun : Un système de délivrance de visas électroniques sera installé
L’unique victime camerounaise du coronavirus « est maintenant en bon état de santé » (Ambassade de Chine)