Nom de domain Hebergement web téléphonie VoIP SMS

Le droit de vote n’a jamais été, n’est pas, et ne sera

Le droit de vote n’a jamais été, n’est pas, et ne sera jamais synonyme d’une obligation de participer à une mascarade électorale.

Oui, dans un contexte réellement démocratique et de paix sociale, la politique de la chaise vide n’est pas constructive pour le progrès de la nation. Mais force est de constater qu’il ne s’agira pas d’une élection le moindrement démocratique le 9 février prochain au Cameroun, mais plutôt d’une supercherie électorale, d’une véritable parodie d’élection aux résultats déjà fixés depuis la période préélectorale, et mises en œuvre dans un processus électoral biaisé, partial, partisan, injuste et complétement antidémocratique.

En plus de ce déficit criard de tout aspect démocratique dans cette entreprise «électorale» en cours, la paix sociale n’est pas au rendez-vous au Cameroun en ce moment, puisque le génocide Anglophone en cours prive nos compatriotes résidents des deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NOSO) de toute participation sur quelque forme que ce soit à une quelconque élection, en ce temps de guerre civile.

Par conséquent, toute participation à un tel exercice de filouterie politique déguisé en élection est un grave crime contre la République. Il est de notoriété publique et mondiale que participer à une mascarade électorale n’a jamais rien donné ni au pays, ni à son peuple.

Plus concrètement, au-delà de toutes les bravades, de toute l’exaltation publique d’un patriotisme de circonstance et de la profession de foi quant à leur conviction de participer au double scrutin du 9 février prochain pour « battre le parti au pouvoir» et effectuer le changement que recherche le peuple camerounais, les partis politiques de l’opposition camerounaise qui ont accepté de collaborer avec le régime en place pour l’accompagner à ce scrutin à polémique mentent au peuple Camerounais.

Cette opposition collabo sait très bien que « l’élection législative » portera en réalité seulement et uniquement sur 46 députés sur les 180 que compte l’assemblée nationale du Cameroun, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) de Paul Barthélemy Biya s’étant déjà irréversiblement auto-attribué les 134 députés restant, par la fraude préélectorale. Voici comment cette fraude préélectorale a été réalisée par le régime en place :

Durant la période de constitution des dossiers de candidature et du dépôt des listes des candidats de chaque parti politique à ces élections, période anormalement écourtée à dessein dans le code électoral taillé à la mesure du dictateur, son régime a utilisé un stratagème de tricherie préélectorale inédit; Ce stratagème consista à ce que les sous-préfet, les préfets et maires qui sont presque tous militants du RDPC, les seuls ayant le pouvoir de signer les pièces administratives requises pour se porter candidat aux

élections au Cameroun fuirent de leurs bureaux respectifs durant toute cette petite fenêtre de temps crucial de candidature, afin de ne pas signer les pièces exigées dans le dossier de candidature des postulants des partis d’opposition. Pendant ce même temps, un circuit administratif parallèle était mis en place pour délivrer en cachette et sans entraves ces mêmes pièces requises à chaque postulant du parti au pouvoir.

De plus, il est établi de façon concordante et irréfutable que des dossiers incomplets ou retardataires des candidats du parti au pouvoir auraient été acceptés par l’organe électoral, ÉLECAM ( Voir les témoignages concordants des candidats déclarés et validés par ÉLECAM, des circonscriptions électorales du NOSO qui se sont désistés de toute participation à cette élection en révélant qu’ils n’ont jamais ni constitué, ni déposé un quelconque dossier à ELECAM pour être candidats à cette mascarade électorale).

Ainsi, victime des tracasseries administratives sciemment initiées et délibérément entretenues par le régime en place, toute l’opposition camerounaise confondue n’a pu réunir les candidatures complètes acceptées par ÉLECAM que pour 46 postes de député sur les 180 à pourvoir. Ce déficit de l’opposition contraste avec le RDPC qui est en compétition pour la totalité de180 députés que compte l’assemblé Nationale. C’est ainsi le comment et le pourquoi la compétition à l’élection législative se portera seulement et uniquement sur 46 poste de députés, pendant que le parti au pouvoir, le RDPC s’est déjà arrogé d’avance les 134 restants. Ceci est tout sauf une compétition démocratiques, n’en déplaise aux affidés du régime de Yaoundé.

Pour preuve, les informations contenues dans la publication officielle des candidatures par Élection Cameroun (ÉLECAM) confirment qu’effectivement, le RDPC est le seul candidat, c’est-à-dire sans opposition le jour d’élection du 9 février prochain pour 134 députés et que toute l’opposition réunie se battra contre le RDPC seulement pour 46 députés sur les 180 que compte l’assemblée nationale du Cameroun. Il est fort à parier que les fraudes subséquentes du RDPC le jour des élections et après les élections lui permettront d’ajouter un nombre substantiel de députés additionnels à ses 134 déjà acquis par la fraude préélectorale.

Ce déficit criard du nombre de candidats de l’opposition à ces «élections» n’est pas le résultat d’une incompétence, d’une négligence ou d’un quelconque manquement de la part de toute l’opposition tel qu’allégué par roublardise par les thuriféraires du régime Biya, mais est plutôt la conséquence du refus délibéré et organisé des autorités administratives du Régime Biya, de délivrer les pièces administratives requises aux candidats de l’opposition.

Par conséquent, dans la nouvelle Assemblée Nationales issue de ce double scrutin, tous les partis d’opposition réunis du Cameroun auront au plus 46 députés et le RDPC, parti au pouvoir aura au moins 134 députés.

Au Cameroun, comme c’est le cas ailleurs dans le monde, les lois de la République seront évidemment adoptées par vote à l’assemblée nationale. Comment l’opposition qui aura au plus 46 députés pourrait-elle gagner quoi que ce soit pour les changements démocratiques dont aspire le peuple Camerounais, face au refus d’au moins 134 députés de Paul Biya ? D’où la vérité cachée de l’opposition qui ment au peuple Camerounais quant à leur mission (imaginaire) d’aller voter le 9 février prochain pour le changement. Tout vote le 9 février prochain sera un vote pour valider les fraudes

électorales du régime de Paul Biya et ce faisant, légitimera le statut quo insupportable actuel.

Cette vérité indiscutable et vérifiable est scrupuleusement cachée au public camerounais et du reste du monde, par les «partis d’opposition», par le régime Biya et par l’élite prédatrice qui tel un parasite vit au crochet du régime en place.

Ainsi, le mythe de ces partis « d’opposition » montant en bloc au front de ce double scrutin pour se battre pour le peuple n’est qu’un leurre mensonger pour accéder à la mangeoire et améliorer les conditions de vie d’une poignée de membres de ces « partis d’opposition » qui participent chacun à cette mascarade électorale uniquement pour leur ventre personnel et individuel, et non pour servir le peuple camerounais.

Ce faisant, cette « opposition » ment à la population, entretient le maintien du statut Quo ambiant, et trahit la volonté générale et populaire de changement de ce régime néocolonial animé en ce moment par monsieur Paul Barthélemy Biya, mais, régime en place au Cameroun depuis 1955.

Au lieu de continuer à collaborer et légitimer les fraudes électorales récurrentes qui maintiennent ce régime incompétent, paresseux, hideux, inepte et crapuleux de monsieur Biya au pouvoir, les partis d’opposition devront plutôt boycotter cette farce électorale et travailler ensemble pour forcer une révision en profondeur, la refonte du processus électoral du pays. Seul un processus électoral transparent, juste, équitable, traçable et consensuel permettra à notre pays d’organiser des vraies élections compétitives, qui seules permettent de sélectionner les meilleurs compatriotes pour présider à la destinée de notre pays.

Le plus grave de tous est la présente situation de guerre civile et de génocide dont sont victimes nos compatriotes du NOSO. Est-il normal de mener des élections dans le reste du Pays, en absence de nos frères et sœurs Anglophones qui se cachent dans les forêts et en exil, pour sauver leur vies de la guerre et du génocide que leur déclarés le régime de Paul Barthélemy Biya? Leurs maisons sont brûlées, leurs villages sont rasés, leurs infrastructures de base détruites. Sans régler la crise en cour dans cette région en ce moment, comment est-il possible d’y organiser ou participer à une élection?

En conclusion, au regard de tout ce qui précède :

1. Le double scrutin du 9 février prochain sera de nul effet sur les changements démocratiques qu’attendent et recherchent les Camerounais, car le RDPC au pouvoir s’est déjà assuré par la fraude préélectorale d’une majorité écrasante à l’assemblée Nationale du Cameroun, après ce scrutin;

2. «L’opposition» sait très bien qu’elle ment aux Camerounais quant à toute possibilité réelle de challenger le RDPC à ce scrutin. Le résultat de l’élection est déjà connu d’avance : Toute l’opposition réunie est contrainte par la fraude préélectorale du RDPC à ne servir que de caution démocratique au RDPC; Il va sans dire que l’opposition n’aura aucun poids lui permettant de changer quoi que ce soit dans le statut quo actuel;

3. Participer sous quelque forme que ce soit à cette mascarade électorale du 9 février prochain, c’est voter contre le Cameroun déjà martyrisé actuellement par le régime RDPC qui s’est spécialisé dans :

a. La prédation multiforme des ressources de la nation

b. Le détournement des fonds empruntés à la communauté internationale sous le faux couvert des projets faramineux qui ne sont jamais réalisés, endettant ce faisant et sans contrepartie les générations futures;

c. La destruction de la cohésion nationale et du vivre ensemble jadis acquis, entre les collectivités nationales;

d. La guerre civile et le génocide de nos compatriotes Anglophones au NOSO;

e. Le sous-développement et la paupérisation galopante du peuple camerounais ;

f. Le maintien du Cameroun dans un sous-développement chronique

Le seul devoir patriotique qui s’impose à tout Camerounais qui aime vraiment son pays est de boycotter cette mascarade électorale du 9 février 2020, mettre par la suite toute la pression possible sur le régime Biya pour arracher la fin de la guerre au NOSO et la refonte du processus électoral.

Voter le 9 février prochain, c’est voter contre le Cameroun et contre le peuple camerounais.

L’histoire nous observe. À chacun sa conscience.

Que vive le Cameroun fédéral, juste, inclusif, apaisé et maître de son destin.

Michael Fogaing, Porte-parole de Diaspora pour la Modernité-Diaspora for Modernity

N.B: Diaspora pour la Modernité est une organisation de la société civile de la Diaspora camerounaise, pour qui l’espoir de l’avènement de l’indépendance des institutions démocratiques les unes des autres est la pierre angulaire de son activisme politique au Cameroun. Elle est basée au Canada.

Cameroun: Le président Paul Biya donne son feu-vert pour la signature d’un contrat de concession du Terminal polyvalent du Port de Kribi avec la société ph
Certains internautes ont attribué au journal du 17h de la CRTV-Radio, édition de ce samedi 06 juin 2020, la vraie fausse nomination d’André Magnus Ekoumou au très convoité et prestigieux poste de Chef de la mission diplomatique du Cameroun en France.
LE CAMEROUN QUE NOUS VOULONS DOIT ÊTRE CE PAYS TOUJOURS PLUS GRAND ET PLUS PROSPÈRE.
Décès de Samuel Wazizi : Le frère aîné de Samuel Wazizi contredit la version du gouvernement (Video)
Disparition du journaliste : Tous pour une enquête indépendante
Huit morts dans un accident de la route à Ngan-Ha
Décès de Samuel Wazizi: Le CODE appelle à la mobilisation générale en vue de dénoncer cette entrave
Jean Nkuete jette une mère en prison et investit son hôtel
Cameroun – Santé: A la faveur du Sommet mondial sur la vaccination à Londres, le président Paul Biya fait un don de 600 millions de FCFA pour la lutte cont
Cameroon – Anglophone Crisis: Manyu Traditionalists Invoke “Juju” Spirits Against Separatist, Say “Anyone Who Supports Armed Rebels In Anyway Should Rep
Carburants : pourquoi les prix à la pompe ne baissent pas au Cameroun, malgré la chute des cours mondiaux
Cameroun – Document : Voici en détail, l’ordonnance modifiant et complétant la loi des finances 2020.
Cameroun - Banditisme: La police met la main sur deux présumés malfrats à Yaoundé
Cameroun - Douanes: Le ministre des finances, Louis Paul Motaze, lance le nouveau système informatique de payement (CAMCIS)
Cameroon: Mimi Mefo tackles President Biya over journalist Wazizi’s death in military custody. Tell him “you will definitely not be in power forever”
Trafic d’ossements humains : Un squelette et une tête de femme saisis à Foumbot
Burundi-Florence Nisabwe: Une ambassadrice hors-pair de l´entrepreneuriat féminin africain
Mort de Samuel Wazizi: Paul Biya prescrit l’ouverture d’une enquête
Cameroun – Document : Voici en détail, l’ordonnance modifiant et complétant la loi de finances 2020.
Elixir Covid et Adsak Covid sont les deux produits grâce auxquels le prélat déclare avoir déjà soigné au moins 3000 patients.
Cameroon – Anglophone Crisis: “Covid-19 is now more friendly to us than your military” - Former Student Leader, Tata Mbinglo Tells President Biya
Cameroun - Initiative: Des détenus de la prison centrale de Douala composent une chanson de sensibilisation contre le Covid-19
Cameroun - Insécurité routière: Trois personnes dont une mère et sa fille tuées dans un accident de la circulation à Koutaba (Ouest)
Cameroun - Religion: L’archevêque de Yaoundé, Mgr Jean Mbarga, lance une campagne diocésaine permanente contre la pandémie du Coronavirus
Cameroun/France - Indignation: La Brigade anti sardinards manifeste devant le siège du Groupe Castel à Paris
Dans l’avalanche de versions contradictoires sur les causes du décès entre les mains de l’armée camerounaise du journaliste Samuel Wazizi, certains entrevoient déjà un scenario à la Ngarbuh, du nom d’un village dans la Région du Nord-Ouest où l’armée av
Cameroon – 10 Months After: Government Opens Up On How Journalist Samuel Wazizi Died In Military Custody
Cameroun - Conjoncture: Les prix du riz Paddy flambent dans la région de l’Extrême-Nord en raison des exportations illégales vers le Nigeria
Cameroun – Mort de Samuel Wazizi/Blick Bassy (artiste-musicien): «Ils règnent et agissent comme des étrangers dans leur propre pays, vous allez rendre des
Cameroon – Higher Education: University of Buea Registrar Makes Open Call For “Sexual Harassment” Complaints
Cameroon: Committee to Protect Journalists demands independent autopsy for journalist Samuel Wazizi who died ın military custody
Pour Lucien Mettomo, il faut privilégier la méritocratie
Cameroon: President Paul Biya Receives French Ambassador For Third Time In Four Months, Bids Farewell To Outgoing South Korean Envoy
CAN 2021 : le Stade Fotso Victor de Bandjoun a été réceptionné
Cameroun - Mort de Victor Fotso: Le Ministre des Relations Extérieures, Lejeune Mbella Mbella, appelé en pompier pour le dilemme de la programmation des obsè
Cameroun - Maintien de la Paix: Mort d’un casque bleu camerounais en République Centrafricaine
Au final, les recettes pétrolières au Cameroun baissent d’à peine 40% en 2020, contre 70% annoncées par la SNH
Cameroun/France - Rupture: Calibri Calibro accuse Franklin Nyamsi de chercher à supplanter Maurice Kamto
Samuel Wazizi serait mort d’une sepsi sévère selon le MINDEF
Cameroun - Mort du journaliste Samuel Wazizi: Le député Jean Michel Nintcheu (SDF) exige la mise sur pied d’une commission d’enquête Parlementaire
Fusillade d’un jeune à Bafoussam : L’enquête toujours en cours
Fusillade d’un jeune à Bafoussam : L’enquête toujours en cours
Fusillade d’un jeune à Bafoussam : L’enquête toujours en cours
Fusillade d’un jeune à Bafoussam : L’enquête toujours en cours
Cameroun - Jeune homme tué par balles à Bafoussam (Ouest): Près d’un mois après l’assassinat de Cyrille Epanda, le tribunal attend toujours la clôture
Cameroun - Décès de Samuel Wazizi/Denis Nkwebo (président du Syndicat National des Journalistes du Cameroun): «Le communiqué du gouvernement est un tissu d
Selon le Chef de division de la communication au Ministère de la Défense, le défunt est mort des suites de sepsis sévère et non de tortures.
Effondrement des immeubles : Un phénomène récurrent
Nouvelles attaques contre des travailleurs humanitaires au Cameroun
Cameroun - Mort de Samuel Wazizi: Le député français Sébastien Nadot demande à la France d’intervenir au Conseil de Sécurité des Nations-Unies sur le C
Pas de cas suspects de Covid-19 dans le premier vol commercial d’Air-France en direction du Cameroun
Calibri Calibro: Dictatorship, Sacrifice, and the Politics of Rational Ignorance
Cameroun - Reprise des classes le 1er juin 2020: Le Premier Ministre, Joseph Dion Ngute, exprime son satisfecit
Cameroun - Mise au point: Le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) dément les accusations de détournements de fonds portées par les réfugiés à Doual
Les exportations frauduleuses du paddy camerounais vers le Nigeria renchérissent les prix du riz à l’Extrême-Nord
Cameroun: Un technopole industriel va être érigé sur le site de l’ex-Cellucam a Edéa (Littoral)
Ce dernier passe de 4951,7 milliards de FCFA à 4409 milliards de FCFA.
Électricité : la demande du Cameroun (Alucam exclue) augmente de 3,3% au 1er trimestre 2020
Siméon Kuissu:"les chiffres annoncés par le gouvernement sont certainement en dessous de la réalité
Cameroun - Lutte contre le Coronavirus et ses répercussions: L’international camerounais Pierre Kunde Malong offre des kits de survie et de protection à 20
Cameroun - Transport ferroviaire: De nouvelles voitures aux couleurs nationales pour la CAMRAIL sont annoncées
Cameroun - Urbanisation: Selon le maire de Douala, Roger Mbassa Ndine, «la ville dispose plus d’un million d’habitations pour moins de 10% de permis de bâ
Coronavirus : l’État du Cameroun réduit son budget 2020 de plus de 542 milliards de FCFA
Cameroun - Succession: La famille de Victor Fotso s’entredéchire pour l’organisation de ses obsèques
L’indice des prix à la consommation finale des ménages à Yaoundé a augmenté de 0,4% au mois d’avril 2020
Mintp: Bien comprendre les mécanismes de la construction de la Nationale No 15
Cameroun - Télécommunications/Fourniture d’accès à internet: CAMTEL réalise une augmentation de 170% du trafic total de ses usagers dans la ville de Doua
Cameroun - Indignation/L’ancien footballeur Bernard Tchoutang dénonce la mort du journaliste Samuel Wazizi: «Chez nous, la mort est devenue banale. Et je ne
Cameroun - Décès tragique de Samuel Wazizi: Le Gouverneur de la Région du Sud-Ouest s’en lave les mains
Cameroun - Coronavirus: Selon un rapport publié par «Nkafu Policy Institute », la pandémie a des conséquences dramatiques sur l’économie ainsi que sur l
Cameroun - Lutte contre le tribalisme: La récente sortie de l’ancien ministre de la Fonction Publique, Michel Ange Angouing, irrite des cadres du RDPC
Cameroun - Edéa (Littoral): La société camerounaise d’industrie et d’exploitation du bois va redonner vie à l’ancien site de la Cellulose du Cameroun
Cameroun - Coup de gueule: Le rappeur Valsero appelle Mboma, Ngannou, Bassogog, Siakam, Veruska… à se prononcer sur les scandales de la gouvernance au Camero
Trois morts dans un accident à Koutaba
Transport ferroviaire : Le retour de l’Intercity annoncé
Transport ferroviaire : Le retour de l’Intercity annoncé
L’électricien Eneo comptabilise 1 392 165 clients actifs au 1er trimestre 2020, en hausse de 9,4%
La famille de Fotso Victor à couteaux tirés
LE DÉLITEMENT DE LA PENSÉE CRITIQUE ET LES VOIES D’UNE REFONDATION (FIN)
LE DÉLITEMENT DE LA PENSÉE CRITIQUE ET LES VOIES D’UNE REFONDATION (FIN)
Le Cameroun accusé d’avoir traité le coronavirus à la légère
Manoeuvres : Les schémas possibles
Jean Michel Nitcheu : « LA RÉFORME CONSENSUELLE DU SYSTÈME ÉLECTORAL EST LA PANACÉE »
Décès du journaliste Samuel Wazizi: Reporters sans frontières exige une enquête indépendante
Nécrologie : Le ministre Ngallé Bibehe perd sa mère
Stand Up For Cameroon demande justice pour Samuel Wazizi
Stand Up For Cameroon demande justice pour Samuel Wazizi
CAN2021  : encore beaucoup à faire à Bafoussam
Réaction de Cabral LIBII suite au décès du journaliste Samuel WAZIZI.
ETAT DE LA RÉVOLUTION CAMEROUNAISE EN DIASPORA : MISE AU POINT
Déclaration du Front des démocrates camerounais(FDC) sur la disparition du journaliste Samuel Wazizi
Cameroun - Lutte contre le coronavirus: La ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng, révèle qu’elle a souffert de la redoutable
Cameroun : les obsèques impossibles de Victor Fotso
Cameroun - Lutte contre le Coronavirus: L’hôpital régional de Bertoua (Est) reçoit deux extracteurs d’oxygène pour la ventilation des malades
La PME KmerPad sollicite l’appui de l’État pour produire plus de masques et de serviettes hygiéniques réutilisables