Nom de domain Hebergement web téléphonie VoIP SMS

Le droit de vote n’a jamais été, n’est pas, et ne sera

Le droit de vote n’a jamais été, n’est pas, et ne sera jamais synonyme d’une obligation de participer à une mascarade électorale.

Oui, dans un contexte réellement démocratique et de paix sociale, la politique de la chaise vide n’est pas constructive pour le progrès de la nation. Mais force est de constater qu’il ne s’agira pas d’une élection le moindrement démocratique le 9 février prochain au Cameroun, mais plutôt d’une supercherie électorale, d’une véritable parodie d’élection aux résultats déjà fixés depuis la période préélectorale, et mises en œuvre dans un processus électoral biaisé, partial, partisan, injuste et complétement antidémocratique.

En plus de ce déficit criard de tout aspect démocratique dans cette entreprise «électorale» en cours, la paix sociale n’est pas au rendez-vous au Cameroun en ce moment, puisque le génocide Anglophone en cours prive nos compatriotes résidents des deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NOSO) de toute participation sur quelque forme que ce soit à une quelconque élection, en ce temps de guerre civile.

Par conséquent, toute participation à un tel exercice de filouterie politique déguisé en élection est un grave crime contre la République. Il est de notoriété publique et mondiale que participer à une mascarade électorale n’a jamais rien donné ni au pays, ni à son peuple.

Plus concrètement, au-delà de toutes les bravades, de toute l’exaltation publique d’un patriotisme de circonstance et de la profession de foi quant à leur conviction de participer au double scrutin du 9 février prochain pour « battre le parti au pouvoir» et effectuer le changement que recherche le peuple camerounais, les partis politiques de l’opposition camerounaise qui ont accepté de collaborer avec le régime en place pour l’accompagner à ce scrutin à polémique mentent au peuple Camerounais.

Cette opposition collabo sait très bien que « l’élection législative » portera en réalité seulement et uniquement sur 46 députés sur les 180 que compte l’assemblée nationale du Cameroun, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) de Paul Barthélemy Biya s’étant déjà irréversiblement auto-attribué les 134 députés restant, par la fraude préélectorale. Voici comment cette fraude préélectorale a été réalisée par le régime en place :

Durant la période de constitution des dossiers de candidature et du dépôt des listes des candidats de chaque parti politique à ces élections, période anormalement écourtée à dessein dans le code électoral taillé à la mesure du dictateur, son régime a utilisé un stratagème de tricherie préélectorale inédit; Ce stratagème consista à ce que les sous-préfet, les préfets et maires qui sont presque tous militants du RDPC, les seuls ayant le pouvoir de signer les pièces administratives requises pour se porter candidat aux

élections au Cameroun fuirent de leurs bureaux respectifs durant toute cette petite fenêtre de temps crucial de candidature, afin de ne pas signer les pièces exigées dans le dossier de candidature des postulants des partis d’opposition. Pendant ce même temps, un circuit administratif parallèle était mis en place pour délivrer en cachette et sans entraves ces mêmes pièces requises à chaque postulant du parti au pouvoir.

De plus, il est établi de façon concordante et irréfutable que des dossiers incomplets ou retardataires des candidats du parti au pouvoir auraient été acceptés par l’organe électoral, ÉLECAM ( Voir les témoignages concordants des candidats déclarés et validés par ÉLECAM, des circonscriptions électorales du NOSO qui se sont désistés de toute participation à cette élection en révélant qu’ils n’ont jamais ni constitué, ni déposé un quelconque dossier à ELECAM pour être candidats à cette mascarade électorale).

Ainsi, victime des tracasseries administratives sciemment initiées et délibérément entretenues par le régime en place, toute l’opposition camerounaise confondue n’a pu réunir les candidatures complètes acceptées par ÉLECAM que pour 46 postes de député sur les 180 à pourvoir. Ce déficit de l’opposition contraste avec le RDPC qui est en compétition pour la totalité de180 députés que compte l’assemblé Nationale. C’est ainsi le comment et le pourquoi la compétition à l’élection législative se portera seulement et uniquement sur 46 poste de députés, pendant que le parti au pouvoir, le RDPC s’est déjà arrogé d’avance les 134 restants. Ceci est tout sauf une compétition démocratiques, n’en déplaise aux affidés du régime de Yaoundé.

Pour preuve, les informations contenues dans la publication officielle des candidatures par Élection Cameroun (ÉLECAM) confirment qu’effectivement, le RDPC est le seul candidat, c’est-à-dire sans opposition le jour d’élection du 9 février prochain pour 134 députés et que toute l’opposition réunie se battra contre le RDPC seulement pour 46 députés sur les 180 que compte l’assemblée nationale du Cameroun. Il est fort à parier que les fraudes subséquentes du RDPC le jour des élections et après les élections lui permettront d’ajouter un nombre substantiel de députés additionnels à ses 134 déjà acquis par la fraude préélectorale.

Ce déficit criard du nombre de candidats de l’opposition à ces «élections» n’est pas le résultat d’une incompétence, d’une négligence ou d’un quelconque manquement de la part de toute l’opposition tel qu’allégué par roublardise par les thuriféraires du régime Biya, mais est plutôt la conséquence du refus délibéré et organisé des autorités administratives du Régime Biya, de délivrer les pièces administratives requises aux candidats de l’opposition.

Par conséquent, dans la nouvelle Assemblée Nationales issue de ce double scrutin, tous les partis d’opposition réunis du Cameroun auront au plus 46 députés et le RDPC, parti au pouvoir aura au moins 134 députés.

Au Cameroun, comme c’est le cas ailleurs dans le monde, les lois de la République seront évidemment adoptées par vote à l’assemblée nationale. Comment l’opposition qui aura au plus 46 députés pourrait-elle gagner quoi que ce soit pour les changements démocratiques dont aspire le peuple Camerounais, face au refus d’au moins 134 députés de Paul Biya ? D’où la vérité cachée de l’opposition qui ment au peuple Camerounais quant à leur mission (imaginaire) d’aller voter le 9 février prochain pour le changement. Tout vote le 9 février prochain sera un vote pour valider les fraudes

électorales du régime de Paul Biya et ce faisant, légitimera le statut quo insupportable actuel.

Cette vérité indiscutable et vérifiable est scrupuleusement cachée au public camerounais et du reste du monde, par les «partis d’opposition», par le régime Biya et par l’élite prédatrice qui tel un parasite vit au crochet du régime en place.

Ainsi, le mythe de ces partis « d’opposition » montant en bloc au front de ce double scrutin pour se battre pour le peuple n’est qu’un leurre mensonger pour accéder à la mangeoire et améliorer les conditions de vie d’une poignée de membres de ces « partis d’opposition » qui participent chacun à cette mascarade électorale uniquement pour leur ventre personnel et individuel, et non pour servir le peuple camerounais.

Ce faisant, cette « opposition » ment à la population, entretient le maintien du statut Quo ambiant, et trahit la volonté générale et populaire de changement de ce régime néocolonial animé en ce moment par monsieur Paul Barthélemy Biya, mais, régime en place au Cameroun depuis 1955.

Au lieu de continuer à collaborer et légitimer les fraudes électorales récurrentes qui maintiennent ce régime incompétent, paresseux, hideux, inepte et crapuleux de monsieur Biya au pouvoir, les partis d’opposition devront plutôt boycotter cette farce électorale et travailler ensemble pour forcer une révision en profondeur, la refonte du processus électoral du pays. Seul un processus électoral transparent, juste, équitable, traçable et consensuel permettra à notre pays d’organiser des vraies élections compétitives, qui seules permettent de sélectionner les meilleurs compatriotes pour présider à la destinée de notre pays.

Le plus grave de tous est la présente situation de guerre civile et de génocide dont sont victimes nos compatriotes du NOSO. Est-il normal de mener des élections dans le reste du Pays, en absence de nos frères et sœurs Anglophones qui se cachent dans les forêts et en exil, pour sauver leur vies de la guerre et du génocide que leur déclarés le régime de Paul Barthélemy Biya? Leurs maisons sont brûlées, leurs villages sont rasés, leurs infrastructures de base détruites. Sans régler la crise en cour dans cette région en ce moment, comment est-il possible d’y organiser ou participer à une élection?

En conclusion, au regard de tout ce qui précède :

1. Le double scrutin du 9 février prochain sera de nul effet sur les changements démocratiques qu’attendent et recherchent les Camerounais, car le RDPC au pouvoir s’est déjà assuré par la fraude préélectorale d’une majorité écrasante à l’assemblée Nationale du Cameroun, après ce scrutin;

2. «L’opposition» sait très bien qu’elle ment aux Camerounais quant à toute possibilité réelle de challenger le RDPC à ce scrutin. Le résultat de l’élection est déjà connu d’avance : Toute l’opposition réunie est contrainte par la fraude préélectorale du RDPC à ne servir que de caution démocratique au RDPC; Il va sans dire que l’opposition n’aura aucun poids lui permettant de changer quoi que ce soit dans le statut quo actuel;

3. Participer sous quelque forme que ce soit à cette mascarade électorale du 9 février prochain, c’est voter contre le Cameroun déjà martyrisé actuellement par le régime RDPC qui s’est spécialisé dans :

a. La prédation multiforme des ressources de la nation

b. Le détournement des fonds empruntés à la communauté internationale sous le faux couvert des projets faramineux qui ne sont jamais réalisés, endettant ce faisant et sans contrepartie les générations futures;

c. La destruction de la cohésion nationale et du vivre ensemble jadis acquis, entre les collectivités nationales;

d. La guerre civile et le génocide de nos compatriotes Anglophones au NOSO;

e. Le sous-développement et la paupérisation galopante du peuple camerounais ;

f. Le maintien du Cameroun dans un sous-développement chronique

Le seul devoir patriotique qui s’impose à tout Camerounais qui aime vraiment son pays est de boycotter cette mascarade électorale du 9 février 2020, mettre par la suite toute la pression possible sur le régime Biya pour arracher la fin de la guerre au NOSO et la refonte du processus électoral.

Voter le 9 février prochain, c’est voter contre le Cameroun et contre le peuple camerounais.

L’histoire nous observe. À chacun sa conscience.

Que vive le Cameroun fédéral, juste, inclusif, apaisé et maître de son destin.

Michael Fogaing, Porte-parole de Diaspora pour la Modernité-Diaspora for Modernity

N.B: Diaspora pour la Modernité est une organisation de la société civile de la Diaspora camerounaise, pour qui l’espoir de l’avènement de l’indépendance des institutions démocratiques les unes des autres est la pierre angulaire de son activisme politique au Cameroun. Elle est basée au Canada.

Les principaux piliers de la révolution numérique
Les nouvelles technologies au service du développement économique durable d’un pays
Comment le mobile money brise le mystère autour de la banque en Afrique
Les principales tendances du marché de transfert de fonds au Cameroun
Cameroun-entrepreneur : comment exploiter les paiements mobiles pour développer son activité ?
La valeur ajoutée de l'économie numérique au développement du Cameroun
Quels sont les piliers de la révolution digitale en Afrique ?
Les défis du marché de transfert d’argent Afrique - étranger
Comment envoyer de l’argent vers un compte Mobile money depuis l’étranger ?
Peut-on dire que les paiements mobiles ont rendu la banque plus accessible au Cameroun ?
Quel est l'impact des transferts d’argent mobiles sur l'économie numérique au Cameroun ?
Transferts d’argent : le téléphone portable au secours des institutions bancaires
Le mobile banking au service de l’inclusion financière au Cameroun 
Jetcamer : le leader du web service
Quel est le moyen le plus fiable pour conserver son épargne au Cameroun?
Les avantages et les limites des transferts d’argent mobiles au Cameroun
Des solutions par cher pour envoyer de l’argent au Cameroun depuis l’étranger
Les tendances actuelles des transferts d’argent au Cameroun
Les avantages des paiements mobiles internationaux pour les camerounaisPowered by Froala Editor
Quels sont les avantages d’un portefeuille électronique ?Powered by Froala Editor
Pourquoi devez-vous opter pour le paiement mobile lorsque vous achetez sur internet au Cameroun ?Powered by Froala Editor
Quels sont les moyens de paiement en ligne les plus utilisés au Cameroun ?Powered by Froala Editor
Les transferts mobiles entre le Cameroun et l’étranger, c’est possiblePowered by Froala Editor
Cameroun – Deux ans après sa déchéance, Dieudonné Yebga se considère toujours comme «le président du MANIDEM»
Cameroun - Alliance Politique: PCRN-MPCN ? Cabral Libii ne ferme pas la porte à Paul Eric Kingue
Cameroon – Charity: Entrepreneur cum politician, Edison Fru Ndi, champions fight against COVID-19 in North West
Cameroun – Futures échéances électorales/Maurice Kamto (Président national du MRC): «Zéro élection sans la fin de la guerre civile au NOSO (Nord-Ouest
La Brigade Anti-Sardinards réfute une fois de plus toute inféodation au Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, à la suite des manifestations anti-Biya cette fin de semaine à Bruxelles, mais proclame avec insistance son allégeance à Maurice Kamto le le
Paiements mobiles des moyens pratiques et sécurisésPowered by Froala Editor
Qu’est-ce qu’un portefeuille électronique et à quoi il sert ?Powered by Froala Editor
Qu’est-ce qu’un paiement mobile ?Powered by Froala Editor
Cameroun - Accès à l’énergie: Des centrales solaires photovoltaïques d’une capacité de 100,5 MW bientôt construites dans les régions septentrionales
Cameroun - Médias: Le Syndicat national des journalistes du Cameroun crée le Conseil national d’éthique et de déontologie pour protéger les citoyens «fa
Cameroun - Critique contre les Beti: La sénatrice Nicole Okala Bilaï prend la défense de Jean Pierre Amougou Belinga
Cameroun - Carnet noir: L’ancien ministre chargé de mission à la Présidence, John Ebong Ngole, est mort
Cameroun - Performance: Gaz du Cameroun réalise un chiffre d’affaires de près de 12 milliards de FCFA en 2019
Cameroun - Crise Anglophone: Sons discordants en "Ambazonie" au sujet des négociations de cessez-le-feu avec Yaoundé
Engagé dans ce qu’il a lui-même appelé «un processus de grande réalisation», Jean Pierre Amougou a visité, le 2 juillet 2020, le chantier de construction de ses deux tours jumelles dans la ville de Yaoundé.
Un projet de pont frontalier entre Mfum et Ekok, pour doper les échanges commerciaux entre le Cameroun et le Nigeria
En février 2020, les banques du Cameroun ont capté 20% de la liquidité injectée dans le système bancaire par la Beac
Qu’est-ce que l’économie numérique ?Powered by Froala Editor
En février 2020, les pays de la Cemac ont mobilisé 168 milliards de FCFA par BTA contre aucune émission en OTA
Les transferts d’argent au Cameroun, de la banque vers le mobilePowered by Froala Editor
Football : la CAN au Cameroun reportée à 2022 en raison du coronavirus
Quel avenir pour les transferts d’argent mobiles au Cameroun ?Powered by Froala Editor
Cameroun - Polémique: Joseph Antoine Bell répond à Richard Bona sur la question de l’alternance
Cameroun – Abus: Le journaliste de la CRTV Moki Edwin Kindzeka malmené par des policiers pour s’être exprimé en anglais
Passé colonial belge: "regrets" historiques du roi Philippe aux Congolais
Crise politique en RDC: Tshisekedi met en garde ses partenaires pro-Kabila
Les entreprises camerounaises les plus rentables en 2020Powered by Froala Editor
Enjeux et défis de l’économie numérique au CamerounPowered by Froala Editor
Cameroun - Frontière Cameroun/Guinée Équatoriale/Joseph Beti Assomo (ministre de la Défense): «En ce qui nous concerne côté camerounais, nous ne voyons p
BTP : le coronavirus ampute d’un demi-milliard de FCFA le budget de la Mission de promotion des matériaux locaux
Cameroun - Lutte contre le Coronavirus: 70 hygiénistes communautaires de la région de l’Est formés à la prévention et au contrôle de la maladie
Déjà plus de 2400 demandes d’emploi enregistrées au Douala Grand Mall pour ses 160 enseignes qui ouvriront en septembre
Cameroun - Soutien: Plus de 80 avocats prennent d’assaut les locaux de la direction régionale de la Police judiciaire du Sud-Ouest à Buea
Cameroun - Co-working: Le ministre des Petites et Moyennes Entreprises, Achille Bassilekin III, inaugure ‘’Africa Business Center’’ à Yaoundé
Relance du projet de poste de contrôle unique de Koutéré pour faciliter le commerce frontalier entre le Cameroun et le Tchad
Cameroun - Représailles: Bibou Nissack (porte-parole de Maurice Kamto) a peur pour sa famille
Face au faible recouvrement de la taxe d’intégration, la Commission de la Cemac suggère de créer de nouveaux prélèvements
Cameroun - Enseignement Supérieur: Les docteurs PhD recrutés dans les universités d’Etat organisent une marche de soutien à Paul Biya
Cameroun - Football/CHAN 2020 et CAN 2021: La CAF se prononce ce jour
Cameroun - Pêche et Aquaculture: Le ministre des Pêches et des Industries Animales, Dr Taïga, offre du matériel de travail aux pêcheurs
Cameroun - CAN 2021/Abel Mbengue (porte-parole du COCAN): «Par expérience, aucune tendance n’est à l’annulation»
Cameroun - Succession de gré à gré/Oumarou Fadil (membre influent du RDPC): «Le pouvoir n’est pas dans les rues encore moins dans les réseaux sociaux ou
Le Cameroun enregistre un déficit de production du maïs de plus 500 000 tonnes au cours de l’année 2019
Élimination du commerce illicite du tabac : les industriels camerounais redoutent un coup tordu des multinationales
Cameroun - Athlétisme: La lanceuse camerounaise Auriol Dongmo change de nationalité
Cameroun - Education: Plus de 180.000 élèves à l’assaut du concours d’entrée en 6ème ce 30 juin 2020.
Cameroun - Coronavirus: L’OMS offre 183 concentrateurs d’oxygène au Cameroun pour près de 79 millions FCFA
Zambo-Anguissa et Villarreal aux portes du top 4 en Liga
Cameroun - Gendarmerie Nationale: Le Groupement de la circulation routière reçoit du matériel moderne de surveillance des voies de communication
Cameroun - Stade d’Olembé: L’entreprise MAGIL reporte la livraison du chantier au mois de novembre 2020
Cameroun - Institution: Après trois années passées à la BAD, le camerounais Célestin Monga retourne à la Banque Mondiale
Cameroun - Kye-Ossi (Sud): La disparition de deux Camerounais ravive les tensions entre Camerounais et Equato-guinéens aux frontières
Cameroun - Invention: Un compteur intelligent inventé pour contrôler la consommation à distance de l’énergie électrique 
Cameroun - Affaire des biens de feu Marc-Vivien Foe/Martin Amougou Foé (père de Marc-Vivien Foe): «Marie Louise a simplement profité de mon absence du Came
Cameroon: Anglophones sidelined from influential posts in new appointments at CRTV
Au Cameroun, le Covid-19 plombe le budget d’investissement public (BIP), exécuté à 17% au premier semestre 2020
Cameroun - Collectivités territoriales décentralisées: Le Ministre de la Décentralisation, Georges Elanga Obam, évalue les compétences transférées dix a
Au Cameroun, le Covid-19 plombe le budget d’investissement public (BIP), exécuté à 17% au premier semestre 2020
Cameroun - Enseignement supérieur: Le ministre Jacques Fame Ndongo ne reconnaît par les diplômes de Doctorat et Phd délivrés par l’Institut Panafricain d
Cameroun - Crise anglophone: L’armée annonce la libération de deux otages dans le Donga Mantung (Nord-Ouest) 24h après leur kidnapping
Roland Maxime Ak’a Ndi’i prend les rênes du Chantier naval et industriel du Cameroun, suite au décès d’Alfred Nforgwei
Cameroon – COVID-19: Cameroonians barred from entering European Union when borders reopen on July 1
La start-up camerounaise Ndoto Sarl conçoit un compteur électrique intelligent permettant de réduire la fraude
Burundi: un nouveau gouvernement dominé par les durs du régime
Covid-19 : les échanges commerciaux globaux du Cameroun régressent de 16% au premier semestre 2020
Hon. Joshua Osih, 1st Vice National Chairman of the opposition Social Democratic Front, SDF, has called on the Head of State to restrict travels into Cameroon for citizens of the European Union.
Vient de paraître: Il y a des Camerounais qui vous aiment de Marie Louise Eteki Otabela
Cameroun - Salubrité: Célestine Ketcha Courtes, ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, lance le concours «Ville la plus propre» 2020 à Douala
Cameroun - Dénonciation/Pr Jean Bahebeck (universitaire, militant de l’UPC): «Les Bassa sont la seule tribu du Cameroun dispersée dans trois régions… Le
Cameroun - Assemblée Nationale/Koupit Adamou (député UDC): «Pour le moment, il n’y a aucun projet de loi de modification de la Constitution ou sur le Code
Cameroun - Ouest: Le Préfet du département du Ndé somme le nouveau Sous-Préfet de Bazou de se marier
Cameroun - Diocèse de Bafoussam (Ouest): Un prêtre sanctionné pour avoir participé à une danse cultuelle d’une société sécrète à Bandjoun