Nom de domain Hebergement web téléphonie VoIP SMS

Voici exactement deux mois, jours pour jour, que le chef du

Voici exactement deux mois, jours pour jour, que le chef du régime RHDP, Alassane Dramane Ouattara, installé dans une confiance en soi inégalée dans son histoire politique, procédait à la plus spectaculaire destruction des acquis démocratiques de la Côte d’Ivoire. Non content d’avoir contraint, au mépris de toutes les offres de réconciliation ambiantes, l’ex-président Laurent Gbagbo et son compagnon de lutte Charles Blé Goudé au maintien en résidence surveillée après 7 ans d’exil en Europe , non content d’avoir jeté contraint de nombreux cadres du PDCI-RDA en exil - tel Noël Akossi Bendjo, jeté d’autres en prison tel Jacques Mangoua, un vice-président du PDCI-RDA embastillé sur la base d’un coup d’Etat monté par les plus ridicules pièces à conviction qui soient - , Alassane Dramane Ouattara, interprétant l’étrange visite des 20 au 22 décembre 2019 du président français Emmanuel Macron à Abidjan comme un blanc-seing pour compresser les dernières poches de libertés en Côte d’Ivoire, s’est jeté avec une rage insoupçonnable contre le leader de Générations et Peuples Solidaires et ses compagnons. Ouattara a contraint un fils avéré de la Côte d’Ivoire, Guillaume Kigbafori Soro, à l’exil. Crachant dans la main de celui-là même qui sacrifia sa jeunesse avec ses compagnons pour qu’un certain Alassane Dramane Ouattara ne soit pas exclu de la nation ivoirienne.

Le vol-retour du Président Guillaume Kigbafori Soro, candidat depuis le 12 octobre 2019 à l’élection présidentielle d’octobre 2020, était violemment empêché d’atterrir à Abidjan, en raison d’une mise en mouvement de forces militaires agressives sur le tarmac de l’aéroport, en même temps qu’un état de siège mis sur la ville d’Abidjan, où des milliers de militants soroistes allaient subir un incroyable véritable baptême du feu. Jour d’accueil du leader, le 23 décembre 2019 se transforma aussitôt en lundi noir de la démocratie ivoirienne : militants tabassés et gazés ; direction du mouvement décapitée et déportée sans ménagement dans les prisons les plus archaïques du pays ; députés GPS arrêtés et emprisonnés en violation de leur immunité parlementaire ; siège de GPS fracassé et pillé en plein jour par des policiers, des gendarmes, mais surtout des escadrons de la mort encagoulés, tous habités par une véritable rage méphistophélique, expression sans fards d’intentions non moins méphitiques du pouvoir Ouattara. Compagnons légendaires du leader Guillaume Kigbafori Soro, Koné Kamaraté Souleymane et Alain Michel Lobognon, repartaient injustement pour la deuxième fois en l’espace de trois ans dans les geôles d’Alassane Dramane Ouattara, aux côtés d’une quinzaine d’autres membres de GPS, dont le seul défaut reconnu à ce jour serait d’avoir participé à une réunion au siège officiel du mouvement dans la journée fatidique du 23 décembre 2019.

Depuis lors, c’est le statu quo en Côte d’Ivoire. Alassane Dramane Ouattara et son gouvernement ont montré ouvertement aux Ivoiriens leur détermination à aller jusqu’au bout de leur logique de confiscation du pouvoir d’Etat par tous les moyens. Là où les avocats des détenus politiques ont brillé par la démonstration de l’arbitraire massif du pouvoir, ce dernier a brillé par un silence dont le mépris assourdissant remue encore les entrailles du pays. Là où l’opposition espérait ouvrir un dialogue fructueux sur la réforme nécessaire d’une Commission Electorale la quasi-totalité des 600 membres appartiennent au parti au pouvoir, le gouvernement Gon a répondu par une fin de non-recevoir. Là où l’on pouvait croire que l’appel à la paix de l’Eglise catholique serait entendu voire écouté, le régime RHDP, mobilisant la pègre la plus abjecte à travers le sieur Al Moustapha, soudard connu de la république, et à travers le sieur Sidi Touré, porte-parole du gouvernement, a menacé de coups et blessures, de meurtres de sang froid les archevêques et prélats de Côte d’Ivoire, mais aussi l’ensemble de la communauté chrétienne, comme jamais cela ne fut le cas sous aucun régime auparavant.

Et au moment où l’on pouvait s’attendre à ce que l’ultime recours dans la République, le Chef de l’Etat en sa qualité de garant des institutions, souffle un air d’apaisement, c’est plutôt un Alassane Dramane Ouattara en pleine folie des grandeurs qui s’est moqué de l’opposition devant ses partisans à Treichville. Ouattara a juré ses grands dieux qu’il modifierait la constitution à sa guise, à moins de 7 mois de la future élection présidentielle ; maintenu le suspense sur sa candidature pourtant anticonstitutionnelle pour un 3ème mandat présidentiel ; enfoncé le clou de ses accusations fantasmagoriques de coup d’Etat contre le leader de GPS ; rigolé à gorge déployée, avec force gnagnagna hystériques, des faiblesses supposées de son opposition politique. Dans un documentaire de Jérôme Pin réalisé en 2019, Alassane Dramane Ouattara dit ouvertement que ses adversaires politiques sont « des animaux, des barbares, moins que des humains ». Et ses ouailles s’en repaissent, admirant la palme d’or de la truculence qu’il vient ainsi de ravir à l’insultologue députée Traoré Mariam dite Ibièkissê pour les connaisseurs.

Une chape de plomb énorme pèse depuis lors sur la Côte d’Ivoire. La population, angoissée, s’inquiète à juste titre pour les sombres lendemains que dessine le surarmement ostentatoire de Ouattara. Tous les Ivoiriens savent qu’il se prépare à combattre le peuple de Côte d’Ivoire pour conserver coûte que vaille le pouvoir. L’opposition, quasi tétanisée, attend un miracle de son unique enfant prodige, Guillaume Kigbafori Soro. Nous n’avons eu cesse d’entendre geindre, çà et là, des attentes messianiques tournées vers Tienigbanani : « Soro, sauve-nous ! », entend-on sourdre de tous les camps. Les religieux musulmans, catholiques, protestants, n’osent plus dire ce qu’ils pensent, de peur d’être pris à partie par la violence régnante. De nombreux chefs traditionnels, à défaut de faire allégeance, rasent les murs du pays, dans l’espoir qu’une bouffée d’air de liberté leur vienne enfin du ciel, face à un régime Ouattara déterminé à humilier toutes les nuques raides des terroirs. Un silence suspect règne même parmi les colonnes intellectuelles du pays, où les voix contestataires se sont raréfiées, comme par enchantement, dans l’espoir que la diaspora ou le leadership de l’opposition assument la part ingrate de l’inévitable confrontation avec la dictature. Tout ceci s’accompagne, bien sûr, d’un concerto de ralliements alimentaires de personnalités issues du FPI, du PDCI-RDA ou même de GPS, chacune d’entre elles n’hésitant pas à justifier son entrée à la mangeoire par les plus nobles intentions de servir l’intérêt général du pays.

Ce tableau d’une ambiance fataliste, laxiste et attentiste nous laisse dès lors incontestablement face à une question drue et crue : Alassane Dramane Ouattara va-t-il capturer l’Etat de Côte d’Ivoire ?

On l’a vu. L’ambition de Ouattara et de son clan est, ni plus, ni moins que celle-là. IL a commencé par concentrer les pouvoirs de l’Etat, en brisant les deux socles de l’Etat de droit : l’équilibre des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, mais aussi leur séparation. Comme l’ont en effet souligné les syndicats de magistrats et d’avocats en janvier 2019, la justice ivoirienne est aux ordres de Ouattara. Comme l’a reconnu l’actuel chef du parlement ivoirien, Amadou Soumahoro dit Cimetière, sous sa législature les quatre volontés de l’exécutif seront faites au Parlement. Ensuite, Ouattara a saucissonné l’armée, la gendarmerie et la police par la montée en puissance de forces parallèles et surarmées, les Escadrons de la mort contrôlés directement par la Présidence de la République. Contrôlant la CEI, contrôlant la cour constitutionnelle et les médias d’Etat, il s’apprête donc, ni plus, ni moins qu’à proclamer son régime vainqueur des futures élections générales. Dans la tête de Ouattara, la capture durable de l’Etat de Côte d’Ivoire n’est plus donc qu’une question de mois.

Mais, il n’y a pas que Ouattara qui pense à la Côte d’Ivoire. Heureusement : les présidents Bédié, Gbagbo, Soro, à la tête des trois plus importantes formations politiques de l’opposition aujourd’hui, le PDCI-RDA, le FPI et GPS, mesurent désormais le poids immense de l’alternance démocratique imparable qui pèse sur leurs épaules. Un accord politique ferme, public et solennel entre ces trois forces de l’opposition ivoirienne signerait inéluctablement la défaite du régime RHDP à la prochaine élection présidentielle ivoirienne. L’arme fatale de 2020, qu’on le veuille ou non, est entre les trois paires de mains de Laurent Koudou Gbagbo, Henri Konan Bédié et Guillaume Kigbafori Soro. L’intérêt général bien compris de la Côte d’Ivoire habiterait-il tout uniment ces trois hommes d’Etat que le projet de capture de l’Etat de Côte d’Ivoire par Alassane Dramane Ouattara serait immédiatement kaputt, comme disent les Allemands.

Enfin, l’inconnue absolue de l’équation, avouons-le, c’est l’intrépide peuple de Côte d’Ivoire. On le sait par les sondages d’opinion internes et externes, ce peuple est dans son écrasante majorité, opposé au régime arrogant, corrompu, violent et mesquin d’Alassane Dramane Ouattara. Ce peuple ne veut pas voir Ouattara capturer l’Etat avec son clan. Mais cette opposition de principes a besoin de se traduire, dans les prochaines semaines et mois, en résistance pacifique et populaire, en union de pensée et d’action avec le leadership de l’opposition républicaine ivoirienne. Car la foi n’est rien sans les œuvres. IL va falloir prendre le taureau du RHDP par les cornes et le reconduire dans les fosses de l’archaïsme politique le plus abscons. Le meeting du 15 février 2020 à Paris a annoncé heureusement ces couleurs prometteuses. C’est en effet lorsque les idées les plus lumineuses pénètrent les masses qu’elles se transforment en forces matérielles qui transforment positivement l’Histoire. Telle est l’alchimie à laquelle Générations et Peuples Solidaires, qui travaille à faire du peuple de Côte d’Ivoire l’acteur principal de sa propre émancipation politique, économique, socioculturelle et spirituelle, espère donner ses lettres de noblesse pour le bonheur de la nation africaine de nos espérances. Non, Alassane Dramane Ouattara ne peut pas capturer l’Etat de Côte d’Ivoire, si nous travaillons ardemment à lui en ôter toute légitimité et toute capacité. Aide-toi, Peuple ivoirien, et le Ciel t’aidera ! Car il n’existe heureusement pas de serpent qui soit capable, en ce monde, d’avaler un éléphant !

LE DÉLITEMENT DE LA PENSÉE CRITIQUE ET LES VOIES D’UNE REFONDATION (FIN)
LE DÉLITEMENT DE LA PENSÉE CRITIQUE ET LES VOIES D’UNE REFONDATION (FIN)
Le Cameroun accusé d’avoir traité le coronavirus à la légère
Manoeuvres : Les schémas possibles
Jean Michel Nitcheu : « LA RÉFORME CONSENSUELLE DU SYSTÈME ÉLECTORAL EST LA PANACÉE »
Décès du journaliste Samuel Wazizi: Reporters sans frontières exige une enquête indépendante
Nécrologie : Le ministre Ngallé Bibehe perd sa mère
Stand Up For Cameroon demande justice pour Samuel Wazizi
Stand Up For Cameroon demande justice pour Samuel Wazizi
CAN2021  : encore beaucoup à faire à Bafoussam
Réaction de Cabral LIBII suite au décès du journaliste Samuel WAZIZI.
ETAT DE LA RÉVOLUTION CAMEROUNAISE EN DIASPORA : MISE AU POINT
Déclaration du Front des démocrates camerounais(FDC) sur la disparition du journaliste Samuel Wazizi
Cameroun - Lutte contre le coronavirus: La ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng, révèle qu’elle a souffert de la redoutable
Cameroun : les obsèques impossibles de Victor Fotso
Cameroun - Lutte contre le Coronavirus: L’hôpital régional de Bertoua (Est) reçoit deux extracteurs d’oxygène pour la ventilation des malades
La PME KmerPad sollicite l’appui de l’État pour produire plus de masques et de serviettes hygiéniques réutilisables
Cameroun - Climat sociopolitique: La plateforme Stand Up For Cameroon appelle les Camerounais à se mobiliser ce 5 juin 2020 en l’honneur de Samuel Wazizi et
Dette intérieure : le Gicam redoute que le Cameroun renonce à une partie de ses engagements en 2020
Cameroun - Dons: Les sénateurs de la région du Centre équipent la prison centrale de Yaoundé-Kondengui d’un forage pour mieux lutter contre le Coronavirus
Cameroun - Football: PWD de Bamenda, le champion du Cameroun, reçoit des dons en  équipements sportifs du ministre délégué à la Présidence chargé du C
Cameroun - Kyé-Ossi (Sud): Un vigile s’enfuit avec une somme de 6 millions de FCFA appartenant à son employeur
Cameroun - Réactions/Pr Alphonse Bernard Amougou Mbarga (politologue) à propos des 100 premiers jours des maires de villes: «Ils ont pris fonction alors que
Cameroun - Opération Epervier/Amadou Vamoulke (ancien DG de la CRTV) devant les juges du TCS: «A ma demande, mon salaire est passé de 8,9 millions de FCFA à
Cameroun – Infrastructures: Le visage des Chantiers de la CAN 2021 dans la région de l’Ouest en vidéo
Génocide au Rwanda: feu vert à la remise de Félicien Kabuga à la justice internationale
Afrique Centrale - Coopération: La lutte contre le Coronavirus au menu de la 9ème session extraordinaire des ministres de la Communauté Économique des Éta
Cameroun - Crise anglophone: Le Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations-Unies dénonce l’intensification des  «attaques» et des «e
DECLARATION CONJOINTE SNJC- CAMASEJ A PROPOS DU DÉCÈS DE SAMUEL WAZIZI
Cameroun - Parlement: L’Assemblée nationale aménage déjà au palais des Congrès de Yaoundé
Cameroun - Coopération: Le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Alamine Ousmane Mey, signe trois conventions de
Moh Sylvester: « le Cameroun est le seul pays au sud du Sahara qui s’endette à moins de 3% pour les titres de courte maturité… »
Cameroun - Football: L’ex-sélectionneur des Lions indomptables, Hugo Broos, balance tout sur les misères de Fabrice Ondoa au KV Ostende (Belgique)
La pandémie du Covid-19 repousse l’édition 2020 du Salon international de l’artisanat du Cameroun
Le groupe Kadji apporte son soutien à la ville de Douala
Juwel Jessic Ngankam : des débuts prometteurs en Bundesliga
Le ministre de la santé ordonne la réouverture de la Polyclinique Marie O de Douala
Cameroun - Lutte contre le coronavirus: Le ministre de la Santé ordonne la réouverture de la clinique Marie O de Douala
Demande de réduction d’impôts des exploitants forestiers : le ministère camerounais des Forêts répond à Greenpeace
Cameroun - Musique: Richard Bona sort un single hostile au régime de Yaoundé et caracole sur les plateformes de téléchargement en ligne !
Les exportations de la banane camerounaise chutent de plus de 4000 tonnes en mai 2020
Cameroun - TCS: Le procès de Nguini Effa (ancien DG de la SCDP) bloqué à cause de deux décès
Cameroun - Gestion des dépouilles du Covid-19/Dr Siméon Kuissu (Pneumologue): «Implorons le gouvernement pour qu’il arrête cette barbarie ridicule, irresp
Cameroun - Décès de Samuel Wazizi: Maurice Kamto, Cabral Libii et Serge Espoir Matomba mettent le régime au banc des accusés !
Cameroun - Marché de la BEAC: Le Trésor public camerounais lance une nouvelle opération visant à mobiliser 20 milliards de FCFA
Cameroun - Lutte contre le Covid-19: 22 entreprises françaises offrent 16 mille tests au ministère de la Santé Publique
Cameroun - Décès de Samuel Wazizi: Reporters Sans Frontières demande au gouvernement de «briser le silence» et de restituer son corps à sa famille !
Cameroun - Justice: Un commissaire de police radié suite à une affaire d’agression sexuelle sur une fillette de 13 ans sourde-muette
La BAD fait un don de plus de 6 milliards de FCFA à la Cemac pour lutter contre le Covid-19
Succession : Le Mrc et le fantôme du gré à gré
La famille de MANU DIBANGO désapprouve le projet de PAPILLON
Cameroun - Yaoundé: Voici les lieux où se déroulent les tests du COVID-19
Cameroun - Football/CAN 2021: Le ministre des Sports, Mouelle Kombi, satisfait de l’avancée des travaux dans la région de l’Ouest
Cinq soldats de l’armée camerounaise tués dans le Sud-ouest
RIVALS: UN FILM DE LA PRODUCTRICE JEANNE ESSOMBE BIENTÔT DISPONIBLE
Allô Fokou : Le nouveau single de Richard Bona cartonne
Cameroun - Education nutritionnelle: Nestlé lance la cuisine numérique Maggi pour aider les consommateurs africains à adopter un régime alimentaire plus éq
Le butin a été présenté le 2 juin 2020 au commandant de la 5ème région militaire, le général Valère Nka.
Deux présumés malfrats neutralisés par la Gendarmerie Nationale au cours d’un braquage dans un hôtel
Deux présumés malfrats neutralisés par la Gendarmerie Nationale au cours d’un braquage dans un hôtel
FC Porto : Aboubakar Vincent a rejoué
Cuisine Africaine : Un site web pour les recettes Maggi de Nestlé.
Cameroun - Décès de Samuel Wazizi: Dans une déclaration conjointe, les organisations professionnelles SNJC et CAMASEJ dénoncent un «comportement revanch
Cameroun – Désaveu: La famille de Manu Dibango s’oppose au projet d’hommage initié par l’artiste Papillon
Cameroun – Mort de Samuel Wazizi: Le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique Centrale (REDHAC) demande au gouvernement d’organiser une entrevu
Une jeune fille assassinée à Mbang.
Etats-Unis: Décès tragique de George Flyod, le racisme tue
DECLARATION SUR L’ARRESTATION ARBITRAIRE SUIVIE DE LA TORTURE A MORT DE WAZIZI
CAN 2021 : les dates aussi vont glisser
C’est la quintessence d’un message porté du patron de la région siège des institutions, adressé aux préfets de son territoire de commandement.
Le journaliste Samuel Wazizi est-il encore vivant ?
Le journaliste Samuel Wazizi est-il encore vivant ?
Cameroun - Football/Infrastructures de la CAN 2021: A l’Ouest, les Chantiers sont quasiment achevés
Indignez-vous !
Top Food veut investir 5,5 milliards de FCFA dans une unité de production de lait et jus de fruits au Cameroun
Succession de gré à gré à Etoudi : Maurice Kamto ouvre une nouvelle révolution.
Cameroun - Lutte contre le COVID-19/Fonds de solidarité nationale: Voici la répartition des contributions financières par région
L’INS optimiste pour la reprise de l’activité économique dans l’Extrême-Nord et les régions anglophones du Cameroun
Cameroun - Journée mondiale de l’Environnement: Le ministre de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable, Hele Pierre, se
Samuel Wazizi torturé et mort: Un cas de trop
Cameroun - Football/Elite One et Two: Malgré la fin prématurée de la saison, la FECAFOOT redistribue aux clubs la première partie de la subvention de l’Et
Télécoms : Camerounais et Belges en compétition sur le marché d’étude de la taille critique des licences de 1ère catégorie
Manoeuvre : Maurice Kamto agite le spectre d’une présidentielle anticipée
Crise anglophone: Décès confirmé du journaliste Samuel Wazizi
Crise anglophone: Décès confirmé du journaliste Samuel Wazizi
Pas d’accord en vue entre Sundance et AustSino sur le projet minier de Mbalam le 30 juin comme convenu
Génocide au Rwanda: comment Félicien Kabuga a pu mener 25 ans de cavale
Greenpeace appelle au rejet de la demande de réduction d’impôt du Groupement de la filière bois du Cameroun
«Tué» une nouvelle fois par la rumeur il y a quelques jours, le président du Sénat va, sauf accident, présider l’ouverture de la session parlementaire le 10 juin 2020.
Pourquoi l’opinion politique des artistes dérange au Cameroun?
Cameroun - Crise anglophone: Des ONG de défense des droits humains réclament des clarifications au gouvernement suite à l’annonce du décès en détention
Cameroun - Opération Epervier: L’ancien ministre Polycarpe Abah Abah compare son lieu de détention du SED à la célèbre prison de Guantanamo
Cameroun - Lutte contre le Covid-19: Afriland First Bank remet une contribution en nature d’une valeur de 132 millions de FCFA au ministère de la Santé
Cameroun - Crise anglophone: Le président du Syndicat National des Journalistes du Cameroun, Denis Nkwebo, confirme la mort du confrère Samuel Wazizi
LE DÉLITEMENT DE LA PENSÉE CRITIQUE ET LES VOIES D’UNE REFONDATION (SUITE)